Brabant-Septentrional

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brabant-Septentrional
Noord-Brabant
Blason de Brabant-Septentrional Noord-Brabant
Héraldique.
Drapeau de Brabant-Septentrional Noord-Brabant
Drapeau du Brabant-Septentrional.
Brabant-Septentrional
Administration
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Chef-lieu Flag of 's-Hertogenbosch.svg Bois-le-Duc
Communes 61
Commissaire du Roi Ina Adema (VVD)
ISO 3166-2 NL-NB
Démographie
Population 2 573 853 hab. (2021)
Densité 506 hab./km2
Religion Catholiques : 57 %
Protestants : 6 %
Musulmans : 5 %
Géographie
Coordonnées 51° 34′ nord, 5° 11′ est
Superficie 508 206 ha = 5 082,06 km2
Liens
Site web www.brabant.nl

Le Brabant-Septentrional ou Brabant-du-Nord (Noord-Brabant en néerlandais ; Noord-Braobant en brabançon) est la troisième plus grande province des Pays-Bas, située dans leur partie sud. Il couvre une superficie de 5 082,06 km2 dont 4 905,46 km2 de terres. Voisine des provinces néerlandaises de Limbourg, Gueldre, Hollande-Méridionale et Zélande, ainsi que des provinces belges d'Anvers et de Limbourg, il compte des villes importantes telles que Bois-le-Duc, son chef-lieu, Eindhoven, Tilbourg, Bréda, Oss, Helmond, Waalwijk, Oosterhout, Berg-op-Zoom et Rosendael.

Ces villes jouent un rôle important dans l'évolution de l'industrie néerlandaise et se trouvent ainsi dans la métropole de la Brabantse Stedenrij, comparable toutes proportions gardées à la Randstad ou à la Ruhr (Allemagne). Cependant, contrairement à la Randstad, qui s'étend sur quatre provinces de l'ouest des Pays-Bas, seules les villes de la province même composent cette association. La Brabantse Stedenrij compte plus de 2 millions d'habitants, soit près de la quasi-totalité de la population de la province.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire correspondant à l'actuelle province néerlandaise du Brabant-Septentrional faisait jusqu'au XVIIe siècle partie du duché de Brabant, dont la majeure partie se trouve aujourd'hui en Belgique. Le duché de Brabant (capitale : Bruxelles) a connu un âge d'or aux XIVe siècle, XVe siècle et XVIe siècle, particulièrement dans les villes d'Anvers, Louvain, Bréda et Bois-le-Duc.

La période de la guerre de Quatre-Vingts Ans (1568-1648)[modifier | modifier le code]

La séparation du Brabant septentrional a lieu au cours de la guerre de Quatre-Vingts Ans (1568-1648), opposant le roi d'Espagne (souverain, par héritage des ducs de Bourgogne, des Pays-Bas à partir de Charles Quint[1]) et les insurgés des Dix-sept provinces des Pays-Bas, dirigés au départ par Guillaume d'Orange (« le Taciturne »).

Après la déposition de Philippe par l'acte de la Haye (26 juillet 1581) et la prise de Tournai (30 novembre 1581), le Brabant et la Flandre sont le théâtre de combats entre les insurgés (le plus souvent protestants) et les troupes espagnoles, qui contrôlent les provinces de l'union d'Arras (1579), le Hainaut et l'Artois. Les Espagnols réussissent à reprendre la Flandre et la plus grande partie du Brabant, mais ne pourront pas aller plus loin (notamment en Hollande et Zélande, les deux provinces essentielles de la rébellion antiespagnole).

En 1648, lors des accords de la paix de Westphalie, qui met fin à la guerre de Trente Ans, le roi d'Espagne reconnait aussi par le traité de Munster (janvier 1648) l'indépendance de la République des Sept Provinces-Unies des Pays-Bas, qui était indépendante de facto depuis très longtemps (création de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales en 1602).

Des Provinces-Unies au royaume des Pays-Bas (1648-1830)[modifier | modifier le code]

La partie nord du Brabant reste alors aux Provinces-Unies : ce n'est cependant pas une des sept provinces, mais un pays de la Généralité, administré par les États généraux des Provinces-Unies, et non pas par ses propres États provinciaux, en raison de la forte proportion de catholiques dans la population.

Les tentatives visant à convertir la population au protestantisme vont cependant échouer : la Brabant du nord reste catholique dans un pays qui est très fortement calviniste. Il va surtout servir de zone tampon face aux Espagnols, puis aux Autrichiens (en 1713, les Pays-Bas espagnols sont attribués à la maison des Habsbourg d'Autriche par le traité d'Utrecht).

Les choses changent après la conquête française en 1795. Les Provinces-Unies deviennent la République batave, dont le Brabant des États devient une province, le « Brabant batave ». Un nouveau changement intervient en 1806 lorsque la République batave est annexée à l'empire français par Napoléon et est donc divisée en départements, notamment celui des Bouches-du-Rhin (chef-lieu : Bois-le-Duc).

Après la chute de Napoléon en 1815, les anciens territoires des Pays-Bas autrichiens, de la principauté de Liège et des Provinces-Unies sont fusionnés dans le cadre du royaume uni des Pays-Bas, dans lequel le Brabant est divisé en trois provinces : Brabant-Septentrional, province d'Anvers et Brabant-Méridional.

Lorsque éclate la révolution belge de 1830, la population (à 90 % catholique) du Brabant-Septentrional a une certaine sympathie pour la cause belge, mais les autorités hollandaises n'ont pas de difficulté à la maintenir sous leur autorité.

La période contemporaine (depuis 1830)[modifier | modifier le code]

À partir de la fin du XIXe siècle, la région s'industrialise. L'industrie textile est importante à Tilbourg et à Helmond, tandis que, plus récemment, Eindhoven devient la cinquième ville des Pays-Bas grâce aux entreprises Philips et DAF.

Bréda et Bois-le-Duc sont encore marquées par leur passé de villes de garnison, comme en témoignent les nombreuses casernes de ces deux communes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire[modifier | modifier le code]

Le Brabant-Septentrional couvre approximativement les pays historiques suivants :

  • la majeure partie du Brabant des États :
    • le bailliage de Bois-le-Duc (meierij van 's-Hertogenbosch) ;
    • le pays de Cuijk et la ville de Grave ;
    • le marquisat de Berg-op-Zoom (markiezaat van Bergen op Zoom) ;
    • la baronie de Bréda (baronie van Breda) ;
    • la seigneurie de Steenbergen (heerlijkheid Steenbergen) ;
    • la seigneurie de Willemstad ;
    • le Prinsenland ;
  • les Pays cédés (gecedeerde Landen) :
    • le comté de Megen (graafschap Megen) ;
    • le comté de Bokhoven ;
    • la seigneurie de Boxmeer ;
    • la seigneurie de Ravenstein ;
    • la commanderie de Gemert (commanderij Gemert) ;
    • Oeffelt ;
    • Luyksgestel ;
    • Huijbergen.

Communes[modifier | modifier le code]

Communes du Brabant-Septentrional (2019).

Le Brabant-Septentrional est découpé depuis 2021, date de la disparition de la commune de Haaren, en 61 communes, le plus grand nombre pour une province aux Pays-Bas, devant la Hollande-Méridionale[2] :

Politique[modifier | modifier le code]

Ina Adema, commissaire du Roi au Brabant-Septentrional.

Les États provinciaux du Brabant-Septentrional comptent 55 sièges. Lors des élections provinciales de 2019, le Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD) remporte 10 sièges, suivi du Forum pour la démocratie (FvD) avec 9 sièges et l'Appel chrétien-démocrate (CDA) avec 8 sièges. Depuis 2020, Ina Adema (VVD) est commissaire du Roi[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

La démographie au Brabant-Septentrional évolue depuis 1960 comme suit :

31/12/1960 31/12/1970 31/12/1980 31/12/1990 31/12/2000 31/12/2010 31/12/2020
Population[4] 1 512 787 1 819 459 2 071 885 2 209 047 2 375 116 2 454 215 2 573 853

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Quint est l'arrière-petit-fils du duc Charles le Téméraire.
  2. (nl) Gemeentelijke herindelingen per 1 januari 2021, www.rvig.nl, 4 août 2020.
  3. (nl) « Ina Adema geïnstalleerd als commissaris van de Koning », www.brabant.nl, 2 octobre 2020.
  4. CBS

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :