Brévonnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Aube
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Aube.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Brévonnes
L’église Saints-Clément-et-Barthélemy
L’église Saints-Clément-et-Barthélemy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Brienne-le-Château
Intercommunalité Communauté de communes Forêts, lacs, terres en Champagne
Maire
Mandat
Lydie Finello
2014-2020
Code postal 10220
Code commune 10061
Démographie
Gentilé Brévonnais
Population
municipale
703 hab. (2014)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 28″ nord, 4° 23′ 59″ est
Superficie 19,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Brévonnes

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Brévonnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brévonnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brévonnes

Brévonnes est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Brévonnes fait partie du parc naturel régional de la forêt d'Orient et est situé à la limite entre la Champagne humide et la Champagne crayeuse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Brévonnes, nom d'origine gauloise Biberonna signifiant « fontaine des Bièvres ». En effet, l'Auzon, rivière traversant le village et proche de la forêt d'orient, devait être, autrefois, riche en castors.

Brévonnes a toujours fait partie de la seigneurie de Piney.

Célèbre jadis pour ses haricots.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Lydie Finello[1] DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 703 habitants, en augmentation de 0 % par rapport à 2009 (Aube : 1,56 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
728 714 714 735 810 860 840 866 876
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
786 792 850 829 808 776 796 787 761
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
733 721 663 617 661 764 648 644 629
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
637 648 563 655 604 584 687 703 703
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Distinctions culturelles[modifier | modifier le code]

Brévonnes fait partie des communes ayant reçu l’étoile verte espérantiste, distinction remise aux maires de communes recensant des locuteurs de la langue construite espéranto.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église du XVIe siècle avec abside du XIXe siècle : tombe de Jacques Gadonot, seigneur de Planfort - statue XVIe siècle - piscine XVIe siècle - lutrin XVIIIe siècle

Architecture civile[modifier | modifier le code]

Fermes nées des essarts du village : Planfort, les Usages, la Milly, la Loge Lionne. Ces deux dernières ont été les propriétés des Templiers, puis des Hospitaliers, jusqu'en 1789. La ferme de l'Abondance n'existe plus depuis la mise en service du lac-réservoir Aube. Une de ses granges a été démontée et reconstruite à L'Étape, commune de Mathaux où elle accueille désormais les services techniques de l'Institution Interdépartementale des Barrages-Réservoirs du Bassin de la Seine.

Édifices industriels[modifier | modifier le code]

Tuileries et briqueteries du Marmoret 
La S.A. des tuileries et briqueteries du Marmoret fait édifier une tuilerie et briqueterie vers 1934. Cette usine fonctionne jusqu'en 1960 environ et a laissé la place à des activités artisanales.

Sites archéologiques[modifier | modifier le code]

Au Sud-Est du village, contrée des Usages, on a trouvé un cercueil de pierre d'origine franque.

Curiosités[modifier | modifier le code]

Lac du Temple, 1800 ha
Étang de Jonchery
Fontaines Ste Reine et Ste Sophie

Fermes[modifier | modifier le code]

Ferme de Planfort Ferme des Usages Ferme de la Loge Lionne

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]