Bréviaire des politiciens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Bréviaire des politiciens
Image illustrative de l’article Bréviaire des politiciens
Jules Mazarin

Auteur Jules Mazarin
Préface Umberto Eco (pour la version traduite)
Titre Breviarum politicorum secundum rubricas Mazarinicas.
Traducteur François Rosso
Date de parution 1997
Nombre de pages 138
ISBN 2-86959-770-3
Série Collection "Retour aux grands textes."

Le Bréviaire des politiciens est un ouvrage attribué à Jules Mazarin, diplomate qui vécut au XVIIe siècle et qui exerça principalement en France.

Présentation[modifier | modifier le code]

" Vous y trouverez, écrit Umberto Eco, plein de gens que vous connaissez pour les avoir vus à la télé ou rencontrés en entreprise. (...) Nous avons là un modèle de stratégie démocratique - à l'âge de l'absolutisme ! (...)Les futurs hommes publics, s'ils lisent ce bréviaire, verront que mazariner n'est pas obligatoirement à leur mesure, ce qui sera dommage, au fond, pour leurs administrés."

En bref : 1. Simule. 2. Dissimule. 3. Ne te fie à personne. 4. Dis du bien de tout le monde. 5. Prévois avant d'agir.

Extraits[modifier | modifier le code]

  • Sache qu’un homme qui se contredit ne répugnera pas à te voler.
  • Méfie-toi des hommes de petite taille : ils sont butés et arrogants.
  • Donne-toi pour règle absolue et fondamentale de ne jamais parler inconsidérément à qui que ce soit – pas plus en bien qu’en mal -, et de ne jamais révéler les actions de quiconque bonnes ou mauvaises. En effet, il est toujours possible qu’un ami de celui que tu critiques soit présent et s’empresse de rapporter tes propos en les exagérant, te faisant un ennemi de plus. En revanche, si tu fais l’éloge de quelqu’un en présence d’autrui qui le hait, c’est de cet autre que tu t’attireras l’inimitié.
  • Attribue tes réussites et tes succès à autrui. Par exemple, à une personne d’expérience qui t’a aidé de sa prévoyance et de ses avis prudents.
  • Montre-toi l’ami de tout le monde, bavarde avec tout le monde, y compris avec ceux que tu hais, ils t’apprendront la circonspection. De toute façon, cache tes colères, un seul accès nuira plus à ta renommée que toutes les vertus ne pourront l’embellir. Préfère les entreprises faciles pour être plus facilement obéi et quand tu as à choisir entre les deux voies d’actions, préfère la facilité à la grandeur avec tous les ennuis qu’elle comporte.
  • Veille, pour flatter le peuple, à rendre compte de tes actes, mais seulement après coup, afin que personne ne se mêle de contester tes décisions.
  • Entraîne-toi à simuler chacun des sentiments qu'il peut t'être utile de manifester, jusqu'à en être comme imprégné. Ne dévoile à personne tes sentiments réels. Farde ton cœur comme on farde un visage.

Liens externes[modifier | modifier le code]