Brèdes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Brèdes
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Brèdes » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après

Taxons concernés

Voir texte

Les brèdes désignent un ensemble très divers de légumes feuilles comestibles qui sont cuisinées avant d'être consommées dans les pays tropicaux. Ce terme est employé dans les Mascareignes, Seychelles et Madagascar[1]. Aux Mascareignes, son utilisation date du XVIIe siècle.

Le mot brède s'utilise au singulier, ou plus souvent au pluriel, en créole réunionnais, créole seychellois, créole mauricien et également en français régional. Il est un emprunté à l'indo-portugais[2], du portugais dans lequel bredo désigne la plante Amaranthus blitum (syn. : Amaranthus lividus) - une plante toujours appréciée en tant que brèdes dans les Mascareignes. Pour sa part, le mot portugais bredo descend du mot latin blitum, qui lui-même vient du grec bliton. Le mot latin blitum est aussi la source du mot blette français. Ce mot, qui de nos jours est devenu un synonyme du mot bette (nom de la plante Beta vulgaris), désignait à l'origine la plante Amaranthus blitum lui aussi[2].

Espèces[modifier | modifier le code]

Le terme « brèdes » est souvent suivi du nom de la plante ou d'une région. Parmi les différentes espèces on peut citer plus particulièrement[3] :

Certaines espèces utilisées en brèdes sont considérées comme de mauvaises herbes en métropole, voire des poisons. C'est le cas des brèdes bleus, des brèdes morelle et du raisin d'Amérique si elles sont consommées crues.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les recettes pratiquées pour la préparation des brèdes comportent généralement une cuisson avec des huiles végétales qui augmentent la disponibilité en micro-nutriments tout en inhibant la toxicité de différents composés tels que certains alcaloïdes chez les solanacées et cyanogènes chez le manioc ou la patate douce[1].

Les feuilles ou les pousses sont mangées cuites, sauf pour des légumes importants comme le chou ou le céleri.

Dans la plupart des cas, on utilise les jeunes feuilles ou les bourgeons terminaux de la plante. Pour la préparation du bouillon de brèdes, on jette les brèdes parées dans un bouillon parfumé à l'oignon et à l'ail, parfois au gingembre. On consomme ce bouillon de préférence le soir, avec du riz blanc et quelques piments confits en guise de cornichons. Les brèdes peuvent être également sautées rapidement avec de l'ail et des épices.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rémi Kahane, « Les brèdes : légumes feuilles des pays tropicaux », sur Jardins de France (consulté le 12 août 2018)
  2. a et b Michel Chauvet, « Brède », sur Pl@ntUse (consulté le 12 août 2018)
  3. (en) Michel Chauvet, « Note about the history of brèdes », sur Pl@ntUse, (consulté le 12 août 2018)
  4. a b c d e f g h i j k l et m A. Royer, Nouveau dictionnaire classique d'histoire naturelle; ou, Répertoire universel des sciences naturelles et physiques, Volume 5, 1844 lire en ligne sur [1]
  5. http://www.mi-aime-a-ou.com/bredes.php
  6. Dumas Y (2011), Que savons-nous du raisin d'Amérique (Phytolacca americana), espèce exotique envahissante ? - Synthèse bibliographique, Rendez-vous techniques de l'ONF, pages 33-34 et 48-57.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]