Bowes Museum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bowes Museum
Image illustrative de l'article Bowes Museum
Informations géographiques
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Ville Barnard Castle
Coordonnées 54° 32′ 31″ N 1° 54′ 55″ O / 54.541944, -1.915278 ()54° 32′ 31″ Nord 1° 54′ 55″ Ouest / 54.541944, -1.915278 ()  
Informations visiteurs
Site web http://www.thebowesmuseum.org.uk

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Bowes Museum

Géolocalisation sur la carte : Angleterre

(Voir situation sur carte : Angleterre)
Bowes Museum

Le Bowes Museum est un musée d'art situé à Barnard Castle, dans le comté de Durham. Il est implanté dans un imposant château à la française, dominant la ville, construit et conçu comme musée par l’architecte parisien Jules Pellechet (1829-1903).

Historique[modifier | modifier le code]

John Bowes (1811-1885), fils illégitime du 10e comte de Strathmore, hérita, à défaut du titre nobiliaire de son père, d’une partie de la fortune de celui-ci. Clairvoyant éleveur de chevaux de courses, il consolida son aisance financière grâce à ses poulains qui gagnèrent quatre Derbies.

Quittant l’Angleterre, il s’établit à Paris, où il acheta le théâtre des Variétés. Il y rencontra l’actrice lyrique Benoîte Joséphine Coffin-Chevallier (1825-1874), connue sous le nom de Mademoiselle Delorme. Ils se marièrent en 1852 et John Bowes offrit le château de la comtesse du Barry (Louveciennes) à sa nouvelle épouse.

Peintre à ses heures, elle aimait, comme son mari, s’entourer d’œuvres d’art. Collectionneurs avisés, ils entreprirent la construction du château spécifiquement conçu pour accueillir leur collection lors de leur retour en Angleterre.

Collections[modifier | modifier le code]

Tobias redonnant la vue à son père

Le Bowes Museum abrite les importantes collections de John et Joséphine Bowes qui ont valu à ce lieu le nom de « Wallace Collection du Nord. »

Œuvres d'art conservées[modifier | modifier le code]

  • Une pièce d'orfèvrerie en forme de cygne est mue par un mécanisme, elle renferme en plus une boîte à musique. Cet automate est, sans doute, l'objet d'art le plus célèbre du château.
  • Le Panneau central du triptyque de La Crucifixion par le Maître de la Virgo inter Virgines, v. 1490
  • Une splendide nature morte du peintre français Jacques Linard datée de 1642, fut vraisemblablement achetée par M. et Mme Bowes à Paris. Si les archives du musée conservent quelques pièces relatives aux achats, aucune ne mentionne la provenance de ce tableau.
  • Un portrait d'Alfred de Musset (1838) par Stanislas Darondeau
  • Madame de Lamartine Adopting the Children of Patriots Slain at the Barricades in Paris during the Revolution of 1848, par François Claudius Compte-Calix[1],[2]
  • Tobias redonnant la vue à son père, d'Antonio de Pereda (1652)

Remarques[modifier | modifier le code]

  • L’historien de l’architecture Sir Nikolaus Pevsner jugeait le style de ce château d’une incongruité maladroite, le faisant ressembler à n’importe lequel des hôtels de ville français de province.
  • Le , Joséphine fut anoblie par la République de Saint-Marin, Contessa di Montalbo di San Marino. En fait, il semblerait que ce titre fut acheté par Joseph Bowes pour sa future épouse. Ses armes étaient une montagne enneigée.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]