Bouxurulles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bouxurulles
Bouxurulles
La mairie de Bouxurulles.
Blason de Bouxurulles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté de communes de Mirecourt Dompaire
Maire
Mandat
Jean Vaubourg
2020-2026
Code postal 88130
Code commune 88070
Démographie
Gentilé Bouxurullois, Bouxurulloises
Population
municipale
172 hab. (2018 en augmentation de 9,55 % par rapport à 2013)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 08″ nord, 6° 14′ 01″ est
Altitude 350 m
Min. 282 m
Max. 402 m
Superficie 6,7 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Charmes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Charmes
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Bouxurulles
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Bouxurulles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouxurulles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouxurulles

Bouxurulles est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation géographique de Bouxurulles.
Légende.

Le village de Bouxurulles est traversé par le ruisseau le Rulies qui rejoint le Colon[1], lui-même affluent du Madon.

La commune est constitué d'un Village-rue entouré de collines ; il s'ouvre sur son chef-lieu de canton, Charmes, à 7 km au nord-est.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bouxurulles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Charmes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 10 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (73,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (28,5 %), prairies (27,8 %), forêts (26,6 %), terres arables (12,8 %), zones urbanisées (4,3 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Bouxurulles vient du latin buxere signifiant buis.

Le , un orage épouvantable tombe sur le haut du village qui se trouve enclavé entre deux collines. Il emporte tout sur son passage, les outils agricoles, les égouts, etc. Certaines maisons du milieu du village comptent deux mètres d'eau dans l'habitation. Aucune mort n'est à déplorer, mais des dégâts sont considérables. À la suite de cette catastrophe, une dame et des enfants du village ramassent des pierres dans les environs et construisent une Vierge dans le but de conjurer le sort. La clémence des inondations de 1968 a motivé l'élévation d'une statue.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[9] :

  • total des produits de fonctionnement : 208 000 , soit 1 361  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 209 000 , soit 1 364  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 130 000 , soit 852  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 29 000 , soit 190  par habitant ;
  • endettement : 23 000 , soit 218  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 23,40 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 17,33 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 25,37 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 21,26 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michel Laurent    
mars 2008 En cours
(au 25 mai 2020)
Jean Vaubourg [10]
Réélu pour le mandat 2020-2026
   

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2018, la commune comptait 172 habitants[Note 3], en augmentation de 9,55 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,43 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
408444437512580601558543503
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
493509460431414412347349338
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
321252229212200203193153151
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018 -
106105124149153149162172-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue sur l'église.
  • Église Saint-Maur[16].
  • Orgue du XVIIIe siècle en fonction dans l'église Saint-Maur[17],[18],[19],[20],[21].
  • Stèle des aviateurs : un avion de la Royal Air Force s'est écrasé durant la Seconde Guerre mondiale[22].
  • Statue de la Vierge Marie, érigée en 1968 après les inondations du .
  • Bois de la Logeotte : forêt qui fut partiellement détruite lors de la tempête du 26 décembre 1999. 18 années de récolte de bois ont été couchées en quelques minutes. Bon nombre des hêtres qui avaient survécu à la tempête n'ont pas résisté à la sécheresse de 2003.
  • Le seul point de services, ouvert en face du cimetière municipal, porte l'enseigne humoristique de « Ici mieux qu'en face ».
  • La fontaine de Bozon, érigée au centre de l'agglomération et lieu de rencontre[23].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Charles Olivier Olivier Pinot Olivier Collet Jean Vaubourg Michel Laurent [24].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
e gueules à trois quintefeuilles d'or 2 et 1; au chef triangulaire d'argent à la branche de buis de sinople.
Commentaires : Création Robert A. Louis. Adopté le 6 mars 2017. Le rameau de buis est une arme parlante pour le toponyme Bouxurulles du village, jadis Buxeriolo, Bosserioles, dérivé de buxius : le buis. Les trois quintefeuilles d’or sur le champ de gueules évoquent les trois quintefeuilles du blason sculpté sur la clé de voûte du chœur de l’église du village vouée à Saint Maur.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Découverte d’autres cours d’eau : le Madon et la Moselle.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Charmes », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 19 avril 2019 sur l'Internet Archive).
  10. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. Inventaire des Les scieries hydrauliques à cadre du canton de Brouvelieures.
  16. Église Saint-Maur.
  17. Notice no PM88001972, base Palissy, ministère français de la Culture buffet d'orgue
  18. Notice no PM88001973, base Palissy, ministère français de la Culture orgue.
  19. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 130 à 133.
  20. L'orgue de Bouxurulles.
  21. Inventaire de l'instrument.
  22. Le 11 novembre 1939.
  23. Quatrième édition des Rencontres autour du Saule.
  24. Jean Charles Olivier et Charles Olivier Pinot, Biographie vosgienne.