Boussu-en-Fagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Boussu-en-Fagne
Boussu-en-Fagne
Le château de Boussu-en-Fagnes, en hiver
Blason de Boussu-en-Fagne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Philippeville
Commune Couvin
Code postal 5660
Zone téléphonique 060
Démographie
Gentilé Boussutois(e)
Géographie
Coordonnées 50° 04′ nord, 4° 28′ est
Superficie 2 820 ha = 28,20 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Province de Namur
Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Boussu-en-Fagne
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Boussu-en-Fagne
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Boussu-en-Fagne

Boussu-en-Fagne ou Boussu-en-Fagnes (en wallon Boussu-el-Fagne) est un village belge sur l'Eau Blanche, à 4 kilomètres au nord de la ville de Couvin, dans la province de Namur, à laquelle il est administrativement rattaché. Commune bornée au nord par Senzeilles et Cerfontaine, à l’est par Frasnes-lez-Couvin, au sud par Couvin, et à l’ouest par Dailly. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Boussu-en-Fagne a été occupé dès l’époque préhistorique : outillage tardenoisien et marchets avec tombe à incinération. On a découvert une vaste villa non loin d’une voie romaine secondaire ainsi que des sépultures mérovingiennes.

La localité est citée pour la 1re fois en 1180 dans les possessions du prieuré d’Hastière. Boussu, avec Couvin et ses dépendances, est achetée, en 1096 par Otbert, prince-évêque de Liège, au comte de Hainaut. Jusqu’au milieu du XIIIe siècle, les seigneurs du lieu sont traditionnellement prévôts de Couvin. Le premier connu est Walter de Boussu au début du XIIIe siècle. Au XVIe siècle, la seigneurie passe par mariage aux de Fay avant de brièvement revenir à la famille de Boussu.

Le château fut détruit en 1555 par le prince d'Orange; en 1632, la localité est ravagée par les troupes espagnoles du gouverneur de Chimay. À cette époque, plusieurs sorcières sont exécutées à Boussu.

En 1568, la seigneurie est achetée par un riche bourgeois de Namur, Jean de Marotte, déjà propriétaire avec son frère Nicolas de la baronnie de Vierves. Au décès de Jean Marotte II, en 1625, son gendre Jean de Kiévrain en hérite; en 1786, elle échoit aux Bustancy. A la mort de la douairière de Bustancy née de Villegas, en 1794, le domaine passe à ses neveux du coté Villegas. En raison des lois révolutionnaires destinés à morceler les grandes propriétés, plusieurs familles se retrouvent ainsi co-indivisaires (Villegas, Goubau, Xhénémont, Beughem, van Volden, Failly, Osy de Zegwaart, Carton de Winnezeelle, Huughe de Peutevin, du Parc, Cornet de Grez etc) jusqu'en 1835, date à laquelle le baron de Mesnil de Volkrange acquiert le domaine.

En 1844, Mme Savary, née Honnorez, sœur des célèbres constructeurs de canaux Augustin et Florent Honnorez, et veuve du maître de forges Pierre Savary en fait l'acquisition, pour l'offrir en 1847 à son petit-fils Auguste Licot de Nismes, à l'occasion de son mariage avec la fille du ministre Coghen. Auguste Licot entreprend de grandes transformations au château, dans un style néo-gothique, sous la houlette de l'architecte Suys.

En 1869, le château est vendu au comte de Riocour. Sa fille le cèdera en 1896 au comte Charles de Hennequin de Villermont qui fut bourgmestre du lieu de 1900 à 1921. Il passa ensuite par héritage à la famille de Montpellier d'Annevoie de Villermont qui occupe toujours le château.

Exploitation traditionnelle du bois et élevage du mouton. Moulins, forges et usines dès le XVIe siècle[1]

En 1830, la commune est peuplée de 420 habitants et le hameau de Géronsart compte une vingtaine d’habitations, la plupart construites en bois et en argile. À cette époque, outre l’agriculture et la boissellerie (boisseaux et objets cintrés en bois), il existe un haut-fourneau, une forge et affinerie, un bocard (pour broyer le minerai de fer) et un moulin à eau[2].

De 1844 à 1886, la commune était le rendez-vous des chasses à courre du prince Alphonse de chimay. Celui-ci chassait exclusivement le lièvre avec le célèbre Rallye Beauchamp, dont les propriétaires du château étaient de fervents adeptes.[3]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville be Boussu-en-Fagnes

D'or au double trécheur, fleuronné et contrefleuronné de sable au sautoir alésé de gueules brochant sur le tout qui est de la seigneurie de Boussu-en-Fagne, chargé en abîme d'un écusson d'argent à trois chaudrons de sable, remplis de gueules. L'écu surmonté d'un heaume d'argent, grillé colleté et liseré d'or, doublé et attaché de gueules, aux bourrelet et lambrequins de sable et d'or.

Cimier : une cigogne d'argent aux ailes de sable, membrée, onglée et becquée de gueules

Ces armes concédées par arrêté royal du 30 mai 1958 viennent de celles des seigneurs de Boussu et pour l'écusson central du sieur Jean Marotte[4].

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Charles Hennequin de Villermont, « La seigneurie de Boussu », Annales de la Société archéologique de Namur, vol. 14 et 15,‎ 1877 et 1881, p. 425-502
  • F. de Montpellier, "Le château de Boussu-en-Fagne", Au pays des Rièzes et des Sarts, 2018, p. 232 et ss.
  • Paul Magotteaux et Colette Monier, Boussu-en-Fagne - Extraits d’actes des anciennes cours et justice, Wépion,
  • Marc Thiry, « Les anciens curés de Boussu-en-Fagne », Au Pays des Rièzes et des Sarts, no 20,‎ , p. 219-234
  • Jean-François Goffin et Catherine Goffin, « Les registres paroissiaux de Boussu-en-Fagne 1589-1807 », cahier du Musée de Cerfontaine, no 284,‎
  • André Lépine, « L’état civil de Boussu-en-Fagne au 19e s. », Cahier du Musée de Cerfontaine, no 368,‎

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Françoise Jacquet-Ladrier, Communes de Belgique, Crédit Communal,
  2. Philippe Vandermaelen, Dictionnaire géographique de la province de Namur, Bruxelles, Établissement géographique, , 329 p.
  3. Baron de Mesnil de Volkrange, La chasse à courre en Belgique, Bruxelles, Page 52
  4. Max Servais, Armorial des Provinces et des Communes de Belgique - Complément 1955-1968, Bruxelles, Crédit Communal de Belgique,

Liens externes[modifier | modifier le code]