Bournazel (Tarn)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bournazel.

Bournazel
Bournazel (Tarn)
Croix du XVIe siècle de Bournazel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement d'Albi
Canton Carmaux-2 Vallée du Cérou
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Cordais
Maire
Mandat
Claude Laurent
2014-2020
Code postal 81170
Code commune 81035
Démographie
Gentilé Bournazelois(es)
Population
municipale
182 hab. (2015 en augmentation de 2,82 % par rapport à 2010)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 34″ nord, 1° 58′ 09″ est
Altitude Min. 193 m
Max. 330 m
Superficie 7,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Bournazel

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Bournazel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bournazel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bournazel
Liens
Site web https://bournazeltarn81.wordpress.com/

Bournazel est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Bournazel (en occitan Bornasèl) est un diminutif basé sur le pré-latin borna (trou, cavité dans le rocher) et désigne généralement la petite source qui en sort[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1876 1880 François Mandirac SE  
1880 1884 Dieudonné Delclaux SE  
1884 1888 Pierre Delmur SE  
1888 1892 Louis Marre SE  
1892 1896 Dieudonné Delclaux SE  
1896 1919 Elie Ruffel SE  
1919 1929 Camille Gaillard SE  
1929 1930 Elie Fabre SE  
1930 1934 Eloi Loupiac SE Agriculteur
1934 mars 1977 Irénée Valette SE Agriculteur
mars 1977 mars 1995 Claude Cayre SE Agriculteur
mars 1995 en cours Claude Laurent SE Ingénieur aéronautique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 182 habitants[Note 1], en augmentation de 2,82 % par rapport à 2010 (Tarn : +2,97 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
309238327356396380372386389
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
393390395375398385401356319
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
294290273234222212198196174
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
174155125119134152166177180
2015 - - - - - - - -
182--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Croix du XVIe siècle sur la place du village. Croix en fer forgé fixée sur un socle de pierre. La hampe sort d'un bouquet de feuilles de tôle effilées, motif reproduit à mi-hauteur. Le montant s'achève en fleur de lys et le croisillon en fer de lance. Classée par les Monuments historiques par arrêté du 15 juin 1959[6].
  • Église du XIIe siècle. Les écrits les plus anciens, datant de 1196, confirment que l'église, dédiée à saint Barthélemy, appartenait au chapitre Sainte-Cécile d'Albi. Elle contient une relique de saint Clair que l'on sortait tous les ans lors des processions faites autour de la source de Saint-Clair. Les processions furent interdites en 1757 par l'archevêque d'Albi pour cause du débordement et des excès auxquels elle donnait lieu. Située non loin du château de Boisse, la source de Saint-Clair était réputée bonne pour les yeux.
  • Le monument aux morts a été érigé en 1943 sur la place principale face à l'école, grâce au don d'un gendarme retraité et ancien combattant de la Grande Guerre, Antoine Mayran. Il est de forme obélisque en pierre blanche posé sur un socle en ciment et protégé par un grille. Ce monument possède deux particularités, en effet, il est l'un des rares monuments aux morts en France où sont inscrits les enfants de la commune tombés lors des trois conflits, 1870-1871, 1914-1918 et 1939-1945. De plus, lors de son édification, le maire a souhaité que les noms des prisonniers de guerre de ces trois conflits soient aussi gravés dans la pierre. Ce qui fait que pendant des décennies, il y avait des personnes vivantes inscrites sur cet édifice, jusqu'à la disparition du dernier prisonnier de guerre. En 2013 suite à la construction d'un bâtiment à usages multiples comprenant une halle pour le comité des fêtes, une salle pour l'école de rugby, un garage municipal et la Mairie, le monument aux morts a été déplacé en accord avec le Ministère de la Défense, l'association locale des anciens combattants et le conseil municipal. Il se situe à côté de la nouvelle Mairie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 73
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. « Croix du 16e siècle », notice no PA00095489, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :