Bourg-Archambault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Archambault (homonymie).

Bourg-Archambault
Bourg-Archambault
Le château, vue d'ensemble.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Montmorillon
Intercommunalité Communauté de communes Vienne et Gartempe
Maire
Mandat
Bernard Richefort
2014-2020
Code postal 86390
Code commune 86035
Démographie
Gentilé Bourg-Archambaugeois
Population
municipale
191 hab. (2015 en diminution de 2,55 % par rapport à 2010)
Densité 7,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 00″ nord, 1° 00′ 13″ est
Altitude Min. 123 m
Max. 201 m
Superficie 24,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de la Vienne
City locator 14.svg
Bourg-Archambault

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Bourg-Archambault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourg-Archambault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourg-Archambault

Bourg-Archambault est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Bourg-Archambaugeois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de la Haute-Vienne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bourg-Archambault[2]
Montmorillon Saint-Léomer
Bourg-Archambault Brigueil-le-Chantre
Lathus-Saint-Rémy Azat-le-Ris
(Haute-Vienne)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région de Bourg-Archambault présente un paysage singulier de bocages et de vallées.

Le paysage de bocage dans le département de la Vienne se caractérise par des champs cultivés ou des prés enclos par des haies avec des alignements plus ou moins continus d'arbres et arbustes . Ces haies si caractéristiques contribuent à une meilleure qualité des eaux, permettent son infiltration et protègent ainsi contre l'érosion des sols. Elles constituent des zones de refuge pour la biodiversité. Elles ont, aussi, un rôle de régulation climatique et de nombreux intérêts agronomiques (brise vent, protection du bétail...).

Le terroir se compose [3] de terres de brande pour 66 % et de sols limoneux sur altérite pour 5 % sur les plateaux du seuil du Poitou ainsi que de sols sur granite à deux micas pour 29 % sur les collines et les plateaux des massifs anciens.

En 2006, 87 % de la superficie de la commune était occupée par l'agriculture et 13 % par des forêts et des milieux semi-naturels [4].

La forêt privée représente, en 2007, 362 hectares soit 15 % du territoire communal[5]. Les espaces boisés (la moyenne sur la région Poitou-Charentes est de 15 %, et 29,2 % pour la France) sur le territoire communal contribuent à assurer des fonctions de production (bois d’œuvre mais aussi bois énergie), de protection (espèces, qualité des eaux) et sociales (accueil du public). Les forêts les plus anciennes ou implantées dans des conditions écologiques particulières (pentes, bords de cours d'eau,...) abritent en général la biodiversité la plus forte. Mais, au cours de l’histoire, pour répondre aux besoins d'une population rurale importante, la forêt poitevine a été intensément défrichée et sur-exploitée jusqu’à la révolution industrielle. Environ la moitié des forêts actuelles de la Vienne n'existait pas il y a 200 ans[6].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par 11 km de cours d'eau dont la principale est la rivière Salleron sur une longueur de 8 km.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune proviendrait du bas latin burgus qui signifie château fort. Au XIIIe siècle, il prendra le nom de Burgus au Chaboz[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est dans la région de Bourg-Archambault que les maquis de la Vienne, pendant la Seconde Guerre mondiale, avaient créé leur propre camp de prisonniers[8]. À la fin de la guerre, il regroupe 600 prisonniers de guerre et déserteurs allemands, russes et hindous[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Bernard Richefort    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2015, la commune comptait 191 habitants[Note 1], en diminution de 2,55 % par rapport à 2010 (Vienne : +1,8 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
330188241322238390417477514
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
550567585664654694710652679
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
631679671619572504473490409
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
351298248209201194194199191
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008,selon l'INSEE, la densité de populationde la commune était de 7,9 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêtde Poitou-Charentes, il n'y a plus que 14 exploitations agricoles en 2010 contre 20 en 2000[15].

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 1 651 hectares en 2000 à 1 473 hectares en 2010. 10 % sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement), 73 % pour le fourrage et 16 % reste en herbes[15].

9 exploitations en 2010 comme en 2000 abritent un élevage de bovins (1 133 têtes en 2010 contre 1 031 en 2000). C’est un des troupeaux de bovins les plus importants du département de la Vienne qui rassemblent 48 000 têtes en 2011[16]. 7 exploitations en 2010 (contre 13 en 2000) abritent un élevage d'ovins (4 058 têtes en 2010 contre 5 593 têtes en 2000). Cette évolution est conforme à la tendance globale du département de la Vienne. En effet, le troupeau d’ovins, exclusivement destiné à la production de viande, a diminué de 43,7 % de 1990 à 2007[16]. L'élevage de volailles a disparu en 2010 (218 têtes sur 8 fermes en 2000)[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Laurent[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Laurent fut construite à l'époque romane et a été remaniée au fil des siècles. Le clocher porche érigé à l'ouest est la partie la plus ancienne.

Le portail est inscrit comme Monument Historique depuis 1937. Il comporte deux voussures en arc brisé avec un tore en retrait qui se prolonge dans les jambages. Le décor est sobre. Il comprend des chapiteaux à palmettes dépourvus de tailloirs et quelques motifs sculptés remployés çà et là dans la maçonnerie.

Le plan de l'église est simple : une nef unique divisée en cinq travées. La nef est voutée de briques. Ce voutement en berceau en plein cintre, est tardif. La voute est agrémentée d'ogives décoratives qui épousent l'arrondi du berceau.Les trois baies du côté nord sont ornées de verrières exécutées par Jean Clamens, maitre verrier à Angers. Elles datent de 1889 et 1902. Elles relatent la vie de saint Martin

Deux colonnes maçonnées soutiennent le clocher.

Le chœur est percé d'une baie gothique. .

Le château de Bourg-Archambault[modifier | modifier le code]

Bourg-Archambault possède un château remarquablement conservé, constitué de deux parties, l'une médiévale et l'autre plus récente, entourées de douves. Il se compose d'un enceinte flanquée de tours, d'un châtelet d'entrée et d'un logis très restauré au XIXe siècle.

Le château actuel a été construit par Poncet de Rivière, chambellan du roi de France, Louis XI, sur un édifice plus ancien qui a été rasé. L'édifice est érigé en 1478.

L'enceinte, de plan trapézoïdal, occupe un terre-plein ceint de douves. Au nord, le châtelet d'entrée était jadis protégé par un double pont-levis et une ligne de mâchicoulis. Aux quatre angles de l'enceinte, s'élève une tour pourvue de canonnières, élément militaire repérable aussi sur les deux tours du châtelet. Le système de défense est remarquable grâce à une enceinte élevée au XVe siècle et flanquée de six tours.

Se dresse sur la façade sud, deux logis : l'un résidentiel situé à l'est, et l'autre, militaire, fut construit à l'ouest. Ce dernier communiquait par un pont-levis avec la tour sud-ouest, isolée, qui servait de donjon.

Les deux logis seront réunis par Pierre de Sacierges, évêque de Luçon, seigneur des lieux à partir de 1494. Ainsi, le nouveau logis constitue un vaste corps de bâtiment rectangulaire flanqué des deux tours déjà existantes. L'une de ces tours voit son premier étage converti en chapelle.

Le décor de l'entrée de la chapelle témoigne de l'ornementation gothique flamboyant. Les piédroits et le linteau présentent des moulures séparées par un tore saillant. Un gâble en accolade flanqué de pinacles torsadés couronne l'ensemble. les consoles sculptées sont ornées à l'ouest d'un animal fantastique et à l'est d'un chien. des motifs végétaux larges et épanouis terminés par un fleuron s'ajoutent à ce décor et le complètent. La porte est constituée de quatre panneaux sculptés. Le carrelage de la chapelle est en terre cuite émaillées. il date des années 1494-1499. L'autel est en marbre noir du XVIIIe siècle.

Les façades sont rythmées par de belles fenêtres à meneaux et des lucarnes à fronton-pignon. La façade antérieure sera gratifiée en 1865 de trois tours circulaires supplémentaires par l'architecte Charles Roques.

Le château est classé Monument Historique en 1986 pour les parties anciennes, le reste est seulement inscrit, mais depuis 1927.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune contient trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) [17] qui couvrent 15 % de la surface communale :

  • Les landes de Sainte-Marie,
  • Les landes de Montmorillon,
  • La vallée du Salleron.

Les brandes de Montmorillon et les landes de Sainte-Marie sont aussi classées par la directive oiseaux qui assure la protection des oiseaux sauvages et de leurs biotopes. Elles couvrent 15 % de la surface communale.

Deux espaces naturels de la commune :les brandes de Montmorillon et la vallée du Salleron, soit 13 % de la surface communale, bénéficient de protections issues d'engagements internationaux relevant de la directive habitats-faune-flore.

La vallée du Salleron[modifier | modifier le code]

La vallée du Salleron est un site classé zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). Le site intègre une grande partie du cours de la rivière qui est un affluent de l’Anglin ainsi que ses affluents. Le Salleron est une petite rivière d’eaux vives avec une forte dénivellation depuis ses sources jusqu’à la confluence avec l’Anglin. Ses eaux sont de de bonne qualité et bien oxygénées. Son lit est riche en sédiments grossiers (sables et graviers). Son bassin versant est à dominante forestière et bocagère et il est encore peu touché par l’intensification agricole.

L’intérêt biologique du site, qui justifie son classement et sa protection, réside dans la présence importante de la Lamproie de Planer qui est un poisson menacé de disparition dans toute l’Europe. La Lamproie de Planer exige des eaux de très bonne qualité et des sédiments à granulométrie moyenne à grossière pour vivre et se reproduire.

De nos jours, les principales menaces sur cet environnement fragile sont: un ralentissement anormal du courant qui modifierait le tri mécanique des sédiments, ou une pollution chimique (toxiques, métaux lourds) ou organique (eutrophisation par surcharge des eaux en nutriments provoquant une pullulation d’algues et une réduction de l’oxygène dissous). La création d’étangs destinés à la pêche le long du cours du Salleron constitue un risque important du aux vidanges des étangs. Elles pourraient, en effet, transférer des maladies aux lamproies, provoquer un réchauffement des eaux du Salleron et introduire des espèces piscicoles exotiques. De même, la transformation des prairies naturelles du bassin versant en cultures céréalières intensives pourrait avoir d’importantes répercussions sur la balance trophique et sédimentaire des eaux (apport d’engrais et de produits phytosanitaires), voire, en cas d’irrigation, sur les débits en période d’étiage.

La présence d’une petite population de Cistude d’Europe, une espèce de tortue, est un autre facteur important justifiant la protection du site. Cette tortue aquatique connaît, en effet, un déclin alarmant dans toute l’Europe de l’Ouest. Elle est victime de la disparition des zones humides ou de leur fragmentation, de la dégradation de la qualité des eaux et de l’introduction d’espèces exotiques comme la Tortue de Floride, les écrevisses américaines, ou le ragondin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pierre de Sacierges, évêque de Luçon (85 de 1498 à 1514 et conseiller du roi Louis XII acquiert un château qu'il restaure.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  4. Observatoire Régional de l'Environnement de Poitou-Charentes
  5. Centre Régional de la Propriété Forestière de Poitou-Charentes - 2007
  6. IFEN-BD CORINE Land Cover® 2006, toutes couches « Forêt », hors espace vert artificialisé non agricole
  7. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Édition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  8. Jean-Henri Calmon, Occupation, Résistance et Libération dans la Vienne en 30 questions, Geste éditions, coll. « 30 questions », Jean-Clément Martin (dir.), La Crèche, 2000, 63 p. (ISBN 2-910919-98-6), p. 51
  9. Roger Picard, La Vienne dans la guerre 1939/1945 : la vie quotidienne sous l’Occupation, Lyon : Horvath, 1993. 264 pages. (ISBN 2-7171-0838-6)
  10. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. a, b et c Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  16. a et b Agreste – Bulletin no 12 de mai 2013
  17. Secrétariat scientifique de l'inventaire des ZNIEFF, DREAL Poitou-Charentes , 2011