Bourdon (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourdon.

En musique, on appelle bourdon (ou drone, du terme anglais) une ou plusieurs cordes ou anches qui vibrent toujours sur la même note ou forment un accord continu (Vielle à roue, harmonium, etc.), avec la tonique ou la dominante.

Ce principe est le fondement de la musique indienne, Ravi Shankar par exemple dans les ragas, le bourdon étant créé, la plupart du temps, avec une tampoura ou un harmonium.

On le retrouve aussi dans la musique populaire dans toute l'Europe. Ainsi, le jeu traditionnel des violoneux d'auvergne, ou les fiddler nordiques utilisent les cordes à vide de leur violon comme bourdon. Des instruments spécifiques, tels que la cornemuse ou la vielle à roue, qui sont des instruments à son continu, jouent en permanence une à trois notes correspondant aux bourdons, en plus de la mélodie.

Lorsqu'ils jouent une partition modale, les joueurs d'instruments à cordes pincées utilisent les cordes à vide comme bourdon chez, comme sur la guitare (en picking), de harpe celtique[1], d'épinette des Vosges

Genre musical[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Drone (musique).

Un genre musical, le drone, est né de ce principe : il présente des morceaux la plupart du temps longs de plus de dix minutes composés de longues notes créant différentes ambiances. Des variantes existent : le drone ambiant et le drone doom ou (drone metal). Exemples d'artistes drone : Sunn O))), Earth, Double Leopards, Charlemagne Palestine, La Monte Young, Éliane Radigue, Keith Fullerton Whitman, Lovesliescrushing, Cisfinitum, Yann Gourdon, Toad...

Emmanuel, le bourdon de Notre-Dame de Paris.

Instruments[modifier | modifier le code]

En campanologie, un bourdon est une grosse cloche (en général de plusieurs tonnes). On utilise également ce terme pour les tubes de certaines cornemuses. Le tambourin à cordes est lui un bourdon à cordes frappées qui sert le plus souvent à accompagner le galoubet qui est une flûte à trois trous ne nécessitant qu'une seule main pour être jouée, l'autre main servant à jouer le tambourin à cordes.

Son du bourdon Marie de Notre-Dame de Paris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Télérama, N°2246, 27 janvier 1993 À la harpe, Katrien Delavier imite souvent le son des bourdons du Uilleann pipes, et même le jeu de ses régulateurs.