Bouquet de roses dans un vase de cristal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bouquet de roses dans un vase de cristal (1883), collection particulière.

Le Bouquet de roses dans un vase de cristal est un tableau du peintre français Gustave Caillebotte (1848-1894) réalisé en 1883[1]. Il mesure 61 × 50,5 cm[2] et appartient à un collectionneur particulier. Il est signé et daté en bas à gauche.

Description[modifier | modifier le code]

Gustave Caillebotte peint peu de natures mortes avant 1881, date à laquelle il acquiert (en mai)[3] avec son frère Martial un terrain au bord de la Seine au Petit Gennevilliers sur la rive en face d'Argenteuil, où ils font construire une maison de villégiature[4] et surtout où Gustave Caillebotte aménage un jardin qui sera une grande source d'inspiration pour l'artiste surtout dans les quinze dernières années de sa vie[5].

Cette nature morte représente un bouquet de roses d'un rose pâle dans un vase de cristal posé sur un marbre blanc devant un mur sombre.

L'artiste s'est amusé à diviser le tableau par une diagonale (mais qui est inachevée pour donner une certaine impression de légèreté) qui sépare la partie du haut sombre (le mur) de la partie du bas (le marbre blanc strié de délicates veinures bleutées). Les fleurs se détachent sur le fond sombre, tandis que le pied doré du vase fait contraste par sa couleur lumineuse et ses formes contournées. Caillebotte livre ici une réflexion sur les blancs, prétexte à une grande délicatesse[interprétation personnelle].

Les roses d'un rose pâle sont comparables au massif de rosiers sur tige que l'on remarque dans son tableau Les Roses, jardin au Petit Gennevilliers (1886, coll. part.)[interprétation personnelle]. Caillebotte, qui avait une vraie passion de l'horticulture, achetait nombre de catalogues de fleurs et revues de jardinage et entretenait deux jardiniers à l'année. Il semble que celles-ci aient les mêmes caractéristiques que la variété 'La France'[6].

Elles sont disposées dans un vase de cristal au pied de bronze doré rococo dans le goût Napoléon III[7]. Le vase est posé sur un plateau de console en marbre blanc, contre un mur sombre. L'ensemble dégage une impression de raffinement[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce tableau a été exposé à la galerie Durand-Ruel pour l'exposition rétrospective de 1894 organisée après la mort de Gustave Caillebotte[9], il n'a plus été montré au public pendant presque un siècle. En effet ce Bouquet de roses est demeuré jusqu'en 1982 dans la famille Chardeau, héritière du frère de l'artiste, lui-même héritier de l'artiste[10]. Il a été mis en vente à l'hôtel Drouot le 25 juin 1982[11] et acquis par la galerie Wildenstein de New York qui l'a vendu en 1986[12] à un ménage texan[13] qui le vend à la maison Sotheby's de Londres le 5 février 2007[14]. Il est estimé entre 900 000 et 1 200 000 dollars dans le catalogue de la vente de la maison Sotheby's de New York qui a lieu le 5 mai 2015; il est acquis par un collectionneur particulier[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie Berhaut, op. cit., 1994, ill., no 253
  2. Description
  3. Marina Ferretti, Caillebotte peintre et jardinier, cat. exp. (mars-juillet 2016), musée des impressionnismes Giverny, Vanves, éditions Hazan, p. 142
  4. Maison de villégiature dont il fera sa résidence principale à partir de 1888.
  5. a et b (en) Catalogue Sotheby's, New York, vente du 5 mai 2015, no 60
  6. Fabienne Boursier, La Représentation du jardin dans l’œuvre de Gustave Caillebotte : une peinture documentaire entre l'illustration et l'art, Mémoire de Master 1 d'histoire de l'art sous la direction d'Emmanuel Pernoud, université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2014
  7. Marie Berhaut, Catalogue des peintures Caillebotte, Paris, Beaux-Arts, 1951, no 203, intitulé Bouquet de roses
  8. (en) Catalogue Sotheby's , New York, vente du 5 mai 2015, no 60
  9. Cat. 80
  10. (en) Vente sur le site de Sotheby's
  11. Lot no 10
  12. (en) Index des ventes Blouin
  13. Mr and Mrs Paul Haas
  14. Lot no 54

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie Berhaut, Gustave Caillebotte: catalogue raisonné des peintures et des pastels, Bibliothèque des arts, 1994, illustration page 168
  • (en) David Bjelajac, Private Visions. The Paul and Mary Haas Collection, New York, 1987, illustr.