Boult-sur-Suippe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Boult-sur-Suippe
Boult-sur-Suippe
La mairie.
Blason de Boult-sur-Suippe
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Reims
Intercommunalité Communauté urbaine du Grand Reims
Maire
Mandat
Christian Thiebeaux
2020-2026
Code postal 51110
Code commune 51074
Démographie
Gentilé Bouquin
Population
municipale
1 780 hab. (2020 en augmentation de 5,01 % par rapport à 2014)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 17″ nord, 4° 08′ 47″ est
Altitude Min. 66 m
Max. 116 m
Superficie 19,75 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Bazancourt
(banlieue)
Aire d'attraction Reims
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bourgogne-Fresne
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boult-sur-Suippe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boult-sur-Suippe
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Boult-sur-Suippe
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Boult-sur-Suippe
Liens
Site web https://www.boultsursuippe.fr

Boult-sur-Suippe (se prononce "boule sur Suippe") est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans la plaine de Champagne, à 15 km au nord-est de Reims, elle est traversée par la Suippe. Commune du département de la Marne, elle est limitrophe de celui des Ardennes.

Au Moyen Âge, Boult compte deux écarts : la Bricogne, maison forte édifiée durant l’époque mérovingienne et détruit pendant la guerre de Cent Ans et le hameau de Ferrières, cité au XIIIe siècle sur la Chaussée romaine de Reims à Cologne.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Suippe.

La rivière la Suippe, qui se jette dans l'Aisne en rive gauche et un sous-affluent de la Seine, par l'Oise., passe dans la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Boult-sur-Suippe est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bazancourt, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[4] et 3 917 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Reims dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 295 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (86,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (86,4 %), forêts (9 %), zones urbanisées (4,6 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première trace étymologique de ce village date de 1213 : Bou, puis Bodillum en 1226 ; Boul, 1384 ; Boult, 1394.

La commune est instituée par la Révolution française sous le nom de Boult. Elle ne prend qu'ultérieurement le nom de Boult-sur-Suippe[11].

Ce nom serait dérivé de Bodium, diminutif qui désigne une habitation, une manse.

Les habitants de Boult-sur-Suippe s'appellent les Bouquins et les Bouquines[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces de fréquentation du territoire de Boult-sur-Suippe remontent au Néolithique, vers 5000 à 4500 ans av. J.-C.

La Mort d’Adonis, fresque, Reims, musée Saint-Remi.

Sous l’Empire romain, un site est occupé sur la voie romaine de Reims à Cologne, site important à l’époque gallo-romaine comme le révèle la découverte en 1984, lors de travaux de terrassement, d’un mausolée décoré de 4 500 fragments d'une fresque représentant la mort d’Adonis. Trois personnages occupent le centre de la scène : Éros qui panse Adonis blessé, trépassant dans les bras d'Aphrodite. Les couleurs employées — carmin, mauve, rose, turquoise — le sont rarement dans ce type de réalisation[13].

En 2022, des archéologues de l'INRAP mettent au jour les vestiges d'un théâtre romain en bois, dont le diamètre faisait plus de 65 m.[14]

Les guerres ravagent la vallée de la Suippe : les guerres de Religion (1560-1598), la Fronde (1648-1658) et la guerre de Succession d'Espagne (1701-1713). Mais ce sont les éléments naturels qui causent le plus de destructions au village. L’inondation en 1784 atteint son apogée le 22 février à 19 heures. Pour prévenir un désastre similaire, le village est déplacé plus haut et l’église se trouve de fait excentrée. À la veille de la Révolution française, les débordements successifs de la Suippe ont ruiné les villageois.

La commune de Boult, instituée par la Révolution française, absorbe entre 1790 et 1794 celle de Ferrières[11].

Les deux guerres mondiales ont éprouvé la population, les infrastructures (ports et usines) et le terroir (champs bouleversés par les obus, les tranchées, les réseaux de barbelés…).

Première Guerre mondiale

Le , les Allemands font leur entrée à Boult et l’empereur d’Allemagne Guillaume II vient rendre visite à ses troupes. Pendant cette occupation allemande il y avait dans le village un hôpital et un cimetière militaire de la Première Guerre mondiale. Au lieu-dit les Golets été découvert en 2016 par l'Inrap ce lieu d'inhumation qui avait été transféré au cimetière militaire allemand de Saint-Étienne-à-Arnes, il restait cependant les traces des sépultures, des monuments mais aussi de nombreux corps et restes humains. Dans ce cimetière, les Allemands avaient enterré dès 1914 des militaires morts au front mais aussi des victimes décédées à l'hôpital[15].

Ce n’est que tardivement, le que le village est entièrement évacué, il est alors dans la zone de la 19e division d'infanterie.

Le retour des habitants se fait progressivement en décembre 1918 et au cours de l’année 1919. Les réparations sont considérables.

Le village est considéré comme détruit à la fin de la guerre[16] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [17].

Deuxième Gerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale apporte aussi son lot de destruction. Les ponts sont détruits par l’armée française ainsi que les maisons environnantes. Le château Saint-Denis–Polliard est détruit par l’explosion du dépôt de munitions français. Les Allemands occupent Boult le 10 juin 1940 vers 17 heures. Le 30 août 1944 à 11 heures, la 90e DI du général Patton libère le village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Reims du département de la Marne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la première circonscription de la Marne.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Bourgogne[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 24 à 28 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes de la Vallée de la Suippe, créée fin 2003.

Dans le cadre des prescriptions du schéma départemental de coopération intercommunale approuvé par le préfet de la Marne le [18] qui prévoit le regroupement de 144 communes dans une communauté urbaine centrée sur Reims, cette intercommunalité fusionne avec ses voisines pour former, le , le Grand Reims, communauté urbaine dont est désormais membre la commune.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1789   Martin-Marie Chabaud    
Les données manquantes sont à compléter.
1822 1831 Lambert Saint-Denis    
1831 1832 Antoine Menneson    
1832 1837 Jean-Pierre Petit    
1837 1852 Pierre Antoine Auguste Flamant    
1852 1862 Philippe Demogue    
1862 1869 Jules Alfred Courmaux    
1869 1871 Jean-François Guillaume    
1871 1881 Pierre Marie Narcisse Dauphinot    
1881 1887 Jean-Marie Dauphinot    
1887 1894 Jean-Baptiste Hennegrave    
1894 1900 Auguste Épiphane Pocquat    
1900 1919 Félix Edmond Polliart    
1919 1935 Eugène Victor Hubert Guillaume   Fils de Jean-François Guillaume
1935 1944 Paul Ducreux    
1944 1953 Paul Cercelet    
1953 1963 Gabriel Chappée    
1963 1977 Lucien Petit    
1977 1989 Albert Baumart    
1989 1995 Jean-Marie Petit DVD Fils de Lucien Petit
1995 2001 Gilbert Duke    
2001 2014 Claude Scrabalat UMP[19]  
2014 avril 2018[20] Laurent Combe   Vice-président de la CC de la Vallée de la Suippe (2014 → 2016)
Démissionnaire
décembre 2018[21],[22],[23] En cours
(au 2 décembre 2020)
Christian Thiébeaux   Retraité
Réélu pour le mandat 2020-2026[24],[25]

Démocratie participative[modifier | modifier le code]

La commune s'est dotée d'un conseil municipal des enfants et des jeunes, qui se réunit en 2019[26].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[28].

En 2020, la commune comptait 1 780 habitants[Note 3], en augmentation de 5,01 % par rapport à 2014 (Marne : −0,73 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0401 0431 0401 0301 3641 2911 3321 3661 357
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3331 3171 3741 5181 4331 4361 4581 4351 279
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 064919916639843809810791770
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8409749388991 3611 3531 4361 6771 707
2020 - - - - - - - -
1 780--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Au premier plan, la chapelle Notre-Dame-du-Bonsecours et au second l'église Sainte-Croix.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Sainte-Croix est construite avec des parties des XIIe et XIIIe siècles. Cet ensemble fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [30].
  • Une chapelle est édifiée en 1537 par Jean Blondel, qui fut reconstruite en 2002.
  • Une filature et tissage construite en 1865 par Hennegrave et Barrecle, elle abritait 175 métiers à tisser en 1914 ; cet ensemble fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [31].
  • Le monument aux morts construite par la société des porphyres français ; cet ensemble fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [32].
  • La Pouplie est le nom donné à un peuplier noir plusieurs fois centenaire dont la circonférence est de 9 mètres 50[33] qui est élu plus bel arbre de France par Terre Sauvage[34].
  • Plusieurs chemins pédestres ont été aménagés dans la commune[35].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Boult-sur-Suippe

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
d'azur à la croix d'argent cantonnée, au premier, d'une navette d'or posée en barre, au deuxième, d'une truite aussi d'argent posée en bande adextrée d'une cotice du même, au troisième, d'un bourdon de pèlerin aussi d'or posé en bande et d'une coquille aussi d'argent brochant sur le bourdon, au quatrième, à la gerbe de blé aussi d'or ; au peuplier du même brochant sur le tout.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • É. F, Un grand théâtre antique en bois, article dans : Archéologia, n°615, décembre 2022, p. 11

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Bazancourt », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. habitants.fr, « Marne > Boult-sur-Suippe (51110) » (consulté le ).
  13. Archéologia, n°571, décembre 2018, p.69.
  14. INRAP, Un théâtre antique en bois près de Reims (Marne) (27 octobre 2022).
  15. « Le cimetière allemand de Boult-sur-Suippe : À Boult-sur-Suippe, dans la Marne, les archéologues ont mis au jour un cimetière allemand de la Première Guerre mondiale. Cette découverte permet notamment d’étudier la prise en charge des blessés et des défunts, du champ de bataille à la nécropole », Actualités de l'Inrap, (consulté le ).
  16. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  17. Journal officiel du 3 octobre 1920, p. 14741.
  18. http://marne.gouv.fr/content/download/11198/79409/file/SDCI%20de%20la%20Marne%2030%20mars%202016.pdf
  19. Annuaire des mairies de la Marne, EIP/ Les Editions Céline, coll. « Annuaire des mairies de France », 2006-2007 (ISBN 978-2-35258-151-2, présentation en ligne), p. 38.
  20. « Le maire de Boult-sur-Suippe démissionne : Laurent Combe a décidé de quitter son poste de maire de Boult-sur-Suippe après 4 ans de mandat », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « L’équipe municipale reconstituée à Boult-sur-Suippe : Le second tour des municipales, ce dimanche, a permis de répartir les 19 sièges au sein du conseil municipal de Boult-sur-Suippe », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Christian Thiébeaux a été élu maire de Boult-sur-Suippe », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Compte-rendu du Conseil Municipal du 1er décembre 2018 », Bouq'Info, no 149,‎ , p. 5 (lire en ligne [PDF], consulté le ) {{Les résultats sont les suivants: 19 bulletins dont 1 blanc ou nul, 18 suffrages exprimés (la majorité absolue étant de 10). M. Thiébeaux Christian : 14 voix  ; Mme Mourlon Marie-France: 4 voix. M. Thiébeaux ayant obtenu la majorité absolue est proclamé maire}}.
  24. « Municipales à Boult-sur-Suippe : Christian Thiébeaux brigue un autre mandat : Élu en cours de mandat, Christian Thiébeaux a pris goût à la fonction de maire à Boult-sur-Suippe et vise un nouveau mandat », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Il avait été élu pour la première fois il y a six ans, d’abord comme conseiller municipal puis rapidement adjoint au maire et enfin maire à la suite de la démission de l’ancien conseil municipal de Laurent Combe parti dans le sud de la France ».
  25. « Municipales 2020 : Christian Thiebeaux réélu maire de Boult-sur-Suippe », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Conseil Municipal des enfants et des jeunes », Vie de la municipalité, sur https://www.boultsursuippe.fr (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  30. « Église à Boult-sur-Suippe », notice no PA00078595, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Tissage Hennegrave Frères, puis Lelarge et Cie, puis entrepôt agricole », notice no IA51000164, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Monument aux morts de la guerre 1914-1918 à Boult-sur-Suippe », notice no IA51000544, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. Le peuplier « La Pouplie »
  34. L'Union du 15 janvier 2021
  35. « Chemins pédestres », Vie pratique, sur https://www.boultsursuippe.fr (consulté le ).