Boulevard des Belges (Lyon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Boulevard des Belges.

Boulevard des Belges
Image illustrative de l’article Boulevard des Belges (Lyon)
Demeures cossues longeant le Boulevard des Belges côté parc
Situation
Coordonnées 45° 46′ 24″ nord, 4° 51′ 05″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Ville Lyon
Quartier(s) Les Brotteaux (6e arr.)
Début Avenue de Grande-Bretagne
Fin Place Jules-Ferry
Morphologie
Type Boulevard
Longueur 1 500 m
Histoire
Création 1re moitié XXe siècle
Anciens noms Boulevard du Nord
Monuments Musée Guimet
Protection Site du centre historique
Géolocalisation sur la carte : Lyon
(Voir situation sur carte : Lyon)
Boulevard des Belges
Lyon 6e - Immeuble 65 Boulevard des Belges.JPG
Lyon 6e - Immeubles 59 et 61 Boulevard des Belges.JPG

Le boulevard des Belges est une large avenue huppée du 6e arrondissement de Lyon bordée de beaux immeubles et d'hôtels particuliers témoignant de l’éclectisme de l’architecture lyonnaise à partir de la fin du XIXe siècle (styles Napoléon III, Art nouveau, années 1930,...).

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Le boulevard longe le Parc de la Tête d'Or sur toute sa partie sud.

L'originalité et la réputation du boulevard proviennent essentiellement des constructions situées aux numéros impairs, le long du parc. Celles-ci sont séparées de ce dernier seulement par une grille privée avec un accès au parc, et sont réputées appartenir aux plus riches Lyonnais. On ne trouve souvent sur les plaques que les initiales des résidants.

D'orientation nord-ouest-sud-est, il relie le quai rive gauche du Rhône (Avenue de Grande-Bretagne et quai Charles de Gaulle) au quartier des Brotteaux (place Jules Ferry et ancienne Gare des Brotteaux).

Dans l'édition lyonnaise du jeu Monopoly, il s'agit de la voie la plus chère.

Ce site est desservi par les lignes Bus en mode C Ligne C1 Ligne C6, station Vitton - Belges.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de cette voie rend hommage à la résistance de l'armée belge en 1914[1] (voir Histoire de Belgique de 1914 à 1945), à l'instar de la rue d’Anvers (artère du 7e arrondissement) et la rue de Ypres (4e arrondissement).

Historique[modifier | modifier le code]

En 1831, une ceinture de fortifications est construite autour de l’est Lyonnais. Une trentaine d’années plus tard, elle est détruite au profit d'une promenade arborée qui allait donner naissance au boulevard.

En 1897, le maire Antoine Gailleton édicte un règlement concernant les constructions situées en bordure du parc, côté nord : il y interdit les commerces ainsi que les hauteurs supérieures à trois étages[2]. Les premières constructions de ce côté du boulevard commencent en 1900 et s'échelonnent durant la première moitié du XXe siècle.

Autrefois nommé boulevard du Nord, il est renommé boulevard des Belges en 1916 .

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Le musée Guimet[modifier | modifier le code]

Situé au numéro 28, il s'agit d'un musée d’histoire naturelle, construit en 1878. Il n'est plus accessible au public depuis 2007 et ses collections ont été transférées au Musée des Confluences (2e arrondissement).

Le Consulat général de la République fédérale d'Allemagne[modifier | modifier le code]

Situé au numéro 33, le bâtiment fut construit aux environs de l’année 1900. Initialement demeure privée, ce n'est qu'en 1954 que la République fédérale d’Allemagne en fit l’acquisition (le Consulat général se trouvait jusque-là dans un grand appartement de la Place Bellecour)[3].

Ce bâtiment est classé monument historique.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]