Boulevard d'Arcole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Boulevard d'Arcole
(oc) Baloard d'Arcole
Image illustrative de l’article Boulevard d'Arcole
Le boulevard d'Arcole.
Situation
Coordonnées 43° 36′ 40″ nord, 1° 26′ 29″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Ville Toulouse
Quartier(s) Arnaud-Bernard et Chalets (Secteur 1)
Début no 15 rue Merly et no 1 rue de la Concorde
Fin no 10 place Arnaud-Bernard et no 2 avenue Honoré-Serres
Morphologie
Type Rue
Longueur 407 m
Largeur 40 m
Histoire
Création 1815-1825
Anciens noms Boulevard d'Arcole (1825)
Protection Partie sud : Logo site patrimonial remarquable.png Site patrimonial remarquable (1986)
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Boulevard d'Arcole (oc) Baloard d'Arcole
Géolocalisation sur la carte : Toulouse
(Voir situation sur carte : Toulouse)
Boulevard d'Arcole (oc) Baloard d'Arcole

Le boulevard d'Arcole (en occitan : baloard d'Arcole) est une voie publique du centre historique de Toulouse, chef-lieu de la région Occitanie, dans le Midi de la France. Il se trouve au nord du centre historique, à la limite des quartiers Arnaud-Bernard et des Chalets, tous les deux dans le secteur 1 de la ville.

Description[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Voies rencontrées[modifier | modifier le code]

Le boulevard d'Arcole rencontre les voies suivantes, dans l'ordre des numéros croissants (« g » indique que la rue se situe à gauche, « d » à droite) :

  1. Rue Merly (g)
  2. Rue de la Concorde (d)
  3. Rue Queven (d)
  4. Rue des Chalets (d)
  5. Rue Jean-Rancy (g)
  6. Rue Saint-Germier (d)
  7. Rue de l'Hirondelle (g)
  8. Rue de la Verge-d'Or (d)
  9. Rue de la Balance (d)
  10. Place Arnaud-Bernard (g)
  11. Avenue Honoré-Serres (d)

Transports[modifier | modifier le code]

Odonymie[modifier | modifier le code]

Arcole est une ville de la province de Vérone, où fut livrée la bataille du pont d’Arcole par Napoléon Bonaparte contre les Autrichiens les 15, 16 et 17 novembre 1796[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours du XVIIIe siècle, une promenade plantée d'arbres est aménagée entre la porte Arnaud-Bernard, à l'ouest, et la porte Pouzonville, à l'est. Au nord, les terrains sont occupés par les jardins des maraîchers.

À partir de 1815, la ville confie à l'architecte Urbain Vitry le soin de dresser un plan d'amélioration de la circulation et d'embellissement. Il fait le projet de détruire le vieux rempart médiéval et d'aménager un boulevard à leur emplacement, depuis les allées Saint-Étienne (actuelles allées Forain-François-Verdier) jusqu'à la Garonne. En 1825, le boulevard est achevé et nommé en l'honneur de la bataille du pont d'Arcole. Des immeubles s'élèvent progressivement au cours du XIXe siècle.

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, les architectes modernes construisent, le long des boulevards, des immeubles modernes.

Patrimoine et lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

  • no  2 : immeuble Citroën.
    L'immeuble s'élève à l'angle de la rue de la Concorde. Il est construit sur les plans des architectes de l'Atelier des Architectes Associés – Fabien Castaing, Pierre Viatgé, Michel Bescos et Alexandre Labat, entre 1955 et 1957, dans un style moderne, caractéristique des constructions de cette période, qui utilise le béton. Haut de seize étages, il est l'un des premiers immeubles de grande hauteur de la ville. Le rez-de-chaussée est occupé par des locaux commerciaux. L'architecte Paul de Noyers est intervenu pour l'aménagement du garage Citroën, aujourd'hui occupé par l'enseigne Décathlon. Les deux premiers étages sont réservés à des bureaux. Ils s'étirent en deux bandeaux horizontaux aux angles arrondis qui entourent l'immeuble. Par contraste, les quatorze étages supérieurs, occupés par les logements, sont en léger retrait et se développent en suivant des lignes verticales. La façade sur le boulevard alterne les aplats du parement de dalles en gravier lavé, et les creux des loggias[2],[3].
  • no  4 : immeuble.
    L'immeuble, de style éclectique, est construit en 1884, à l'angle de la rue des Chalets, par l'architecte Étienne Gazagne. Sur le boulevard, la façade est rythmée par les sept travées, percées de fenêtres. Le 1er étage est mis en valeur par un balcon filant, doté d'un garde-corps à motifs géométriques et végétaux en fonte. Au 2e étage, les fenêtres possèdent également des garde-corps dotés de garde-corps en fonte et sont couronnées d'un fronton. La travée de l'angle coupé, au croisement de la rue des Chalets, est particulièrement mise en valeur. Le rez-de-chaussée est ouvert par une grande fenêtre, dont les baies doubles sont séparées par des pilastres à chapiteaux corinthiens, possèdent des garde-corps à balustres et un appui en pierre, et sont surmontées d'un tympan sculpté en pierre d'où émerge une tête d'Hermès. Les étages sont encadrés par des pilastres colossaux à chapiteaux corinthiens. Au 1er étage, un balcon à balustres en pierre prolonge le balcon du côté du boulevard, et la fenêtre est encadrée de deux atlantes en pierre, qui supportent le balcon en pierre du 2e étage[4].
  • no  13 : école élémentaire du Nord.
    L'école élémentaire est construite dans la deuxième moitié du XIXe siècle, sur une longue parcelle qui s'étend entre le boulevard d'Arcole et la rue Escoussières-Arnaud-Bernard, depuis la rue Jean-Rancy jusqu'à la rue de l'Hirondelle. Les ailes latérales ont été surélevées au milieu du XXe siècle[5].
  • no  50 : maison.
    La maison, de style éclectique, est construite à l'angle de la rue de la Balance en 1903, par les architectes Georges et Henri Masquet, comme l'indique l'inscription sur le linteau de la porte. La façade sur le boulevard, en brique claire, moins élevée que les immeubles voisins, ne compte qu'un seul étage. Le rez-de-chaussée est en bossage. Au 1er étage, les fenêtres sont décorées de lambrequins en fonte et possèdent des balcons, soutenus par des consoles sculptées en pierre et ornés de garde-corps en fonte de style Art nouveau, aux motifs géométriques et végétaux. Les deux fenêtres latérales sont surmontées de petites consoles en pierre à motifs de feuilles de chêne, qui soutiennent un fronton triangulaire[6].
  • no  56 : maison natale de Claude Nougaro.
    C'est dans cet immeuble, construit dans la deuxième moitié du XIXe siècle, face à la place Arnaud-Bernard, qu'est né, le 9 septembre 1929, Claude Nougaro, fils de Pierre Nougaro, chanteur d'opéra, et de Liette Tellini, professeur de piano[7],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]