Boulevard Voltaire (Asnières-sur-Seine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Boulevard Voltaire
Image illustrative de l’article Boulevard Voltaire (Asnières-sur-Seine)
Le boulevard Voltaire pendant la crue de la Seine de 1910
Situation
Coordonnées 48° 54′ 51″ nord, 2° 17′ 42″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Asnières-sur-Seine
Début Carrefour des Bourguignons
Fin Quai du Docteur-Dervaux
Morphologie
Type Boulevard
Longueur 1 500 mètres
Histoire
Anciens noms Chemin de grande communication n° 15
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Boulevard Voltaire
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Boulevard Voltaire

Le boulevard Voltaire est un axe important situé à Asnières-sur-Seine[1].

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Asnières, le boulevard Voltaire, un tramway TPDS de la ligne n°40.

Ce boulevard suit le tracé de la route départementale 15.

Il commence au bord de la Seine, dans l'axe de l'ancien pont de Clichy[2] construit en 1866, détruit pendant la guerre de 1870 puis reconstruit en 1874 en aval[3]. Il s'agissait de l'axe historique menant vers Argenteuil.

Le boulevard traverse ensuite la place Voltaire en se dirigeant vers le nord. Il rencontre entre autres la rue de la Comète, et se termine au carrefour des Bourguignons à la rencontre de l'avenue d'Argenteuil.

Il est notamment desservi par la station de métro Gabriel Péri.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette place porte le nom de l'écrivain français François-Marie Arouet, dit Voltaire (1694-1778).

Historique[modifier | modifier le code]

Dès 1896, il était parcouru par deux lignes de tramway exploitées par la Compagnie des tramways de Paris et du département de la Seine: 39 (Gennevilliers—Madeleine)[4] et 40 (Argenteuil-Gare—Place Clichy)[5]. Ces lignes sont démantelées dans les années 1930[6].

En avance sur les communes des environs, il bénéficie de l'éclairage électrique en 1937[7].

Au début du XXIe siècle, il connaît un renouveau qui se traduit par la destruction d'anciens bâtis[8] et la construction de nouveaux édifices[9],[10],[11].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Le pont de Clichy, Van Gogh, 1887. Madame la comtesse de la Boissière, amie du peintre, demeurait au premier étage de l'immeuble de gauche[12].
Vue sur la culée de l'ancien pont de Clichy et l'entrée du cimetière des chiens

Notes et références[modifier | modifier le code]