Boulevard Raymond Poincaré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liege enseigne droite.svg
Blason liege.svg
LIÈGE
Boulevard Raymond Poincaré
Image illustrative de l’article Boulevard Raymond Poincaré
Situation
Coordonnées 50° 37′ 46″ nord, 5° 34′ 58″ est
Section Liège
Quartier administratif Vennes
Début Quai Mativa et Quai Orban
Fin Boulevard Frankignoul
Morphologie
Type boulevard
Fonction(s) urbaine(s) commerciale, résidentielle
Forme voie à 4 bandes de circulation
Longueur 450 m
Largeur 30 m
Histoire
Création début du XXe siècle

Le boulevard Raymond Poincaré est une artère de la ville de Liège en Belgique.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Ce boulevard qui débute quai Mativa et se termine boulevard Frankignoul, est situé dans le quartier administratif des Vennes.

Ce boulevard est une section d'une importante artère à quatre voies de circulation (route nationale 30) menant du quai Mativa bordant la Dérivation au quai des Ardennes le long de l'Ourthe. Cette artère est communément et non officiellement appelée par les Liégeois boulevard de l'Automobile qui compte aussi le boulevard Frankignoul, le boulevard de Froidmont, le boulevard de Douai et une petite partie de la rue des Vennes. Après être passé sous la rue Natalis, le boulevard se prolonge au nord-ouest par le tunnel routier de la Dérivation passant sous ce cours d'eau.

Voies adjacentes

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Ce boulevard rend hommage à Raymond Poincaré (1860-1934), président de la République française du au pour sa contribution dans la victoire des Alliés lors de la Première Guerre mondiale.

Historique[modifier | modifier le code]

Le boulevard a été créé au début du XXe siècle, lors des importants travaux d'aménagement de la rive droite de la Meuse, pour l'organisation de l'exposition universelle de 1905. Il suit en fait l'ancien cours principal de l'Ourthe qui a été détourné par un nouveau tracé creusé entre le quai des Ardennes en rive droite et le quai des Vennes et le quai du Condroz en rive gauche. Il prend sa dénomination actuelle en 1932.

Le pont de la connexion Y Froidmont de la gare de Liège-Longdoz à la ligne 40 enjambait le boulevard jusqu'en 1990[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Le musée des Transports en commun du Pays de Liège se situe le long du boulevard. L'entrée du musée se fait par la rue Richard Heintz.

La Maison de la métallurgie et de l'industrie est un musée utilisant les anciens laminoirs Dothée construits en 1846 pour le laminage du fer[2].

Les studios liégeois de la RTBF Média Rives se situent au no 15.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guy Demeulder et Armand Collin, « La démolition de Liège-Longdoz », sur Les gares belges d'autrefois (consulté le ).
  2. « Inventaire du patrimoine culturel immobilier : Rue Saint-Éloi, 16 », sur http://spw.wallonie.be (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]