Boulevard Pasteur (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

15e arrt
Boulevard Pasteur
Image illustrative de l’article Boulevard Pasteur (Paris)
Le boulevard depuis sa portion sud près de la gare Montparnasse.
Situation
Arrondissement 15e
Quartier Necker
Début 165, rue de Sèvres
1, rue Lecourbe
Fin Place des Cinq-Martyrs-du-Lycée-Buffon
Morphologie
Longueur 731 m
Largeur 51 m
Historique
Création 19 mai 1838
Dénomination 28 juillet 1896
Géocodification
Ville de Paris 7018
DGI 7089
Géolocalisation sur la carte : 15e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 15e arrondissement de Paris)
Boulevard Pasteur
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Boulevard Pasteur
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le boulevard Pasteur est une voie située dans le quartier Necker du 15e arrondissement de Paris[1].

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Le boulevard commence à hauteur du 165, rue de Sèvres, à l'angle de la rue Lecourbe, pour finir place des Cinq-Martyrs-du-Lycée-Buffon[1].

Située en début de boulevard, la place Henri-Queuille fait office de parvis pour l'immeuble qui héberge les structures Nespresso France depuis 2011[2] et le groupe Pasteur Mutualité[3].

Entre les stations Sèvres - Lecourbe (M)(6) et Pasteur (M)(6)(12), c'est-à-dire entre les rues Lecourbe et de Vaugirard, le terre-plein central séparant les deux voies de circulation est occupé ou surplombé par le viaduc du métropolitain.

Entre la rue de Vaugirard et les rues du Docteur-Roux et Edmond-Guillout, ce terre-plein central prend le nom de place Jacques-et-Thérèse-Tréfouël en 1987[4],[Note 1].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Louis Pasteur, par Nadar.

Le nom de la rue fait référence à Louis Pasteur (1822-1895), scientifique français, chimiste et physicien, inventeur de la vaccination contre la rage et les maladies charbonneuses[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Les travaux de construction de la ligne 6 du métro de Paris, au début du XXe siècle.

Créée par décret du de l'ancienne commune de Vaugirard, la voie est nommée « boulevard Pasteur » par arrêté du [1].

Avant son changement de nom, cette artère prolongeait le boulevard de Vaugirard dont il subsiste un tronçon qui débouche gare Montparnasse[1]. Le sculpteur Rodin eut longtemps son atelier au 28 de l'actuel boulevard Pasteur où, depuis, a été construit l'hôtel Le Meditel appartenant au groupe Pasteur Mutualité.

Le 11 mars 1918, durant la première Guerre mondiale, le no 50 boulevard Pasteur est touché lors d'un raid effectué par des avions allemands[5].

En 2016, le journal Le Parisien annonce le remplacement de l'austère propriété du groupe Pasteur Mutualité de 8 000 m2, qui représente une institution dédiée depuis 150 ans aux professionnels de la santé par un ensemble immobilier intitulé « Villa M »[6].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Une plaque en hommage au résistant Pierre Rossari[7] est apposée sur un pilier du viaduc de la station de métro Sèvres - Lecourbe, face à l'entrée de la rue Lecourbe[8],[9].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note
  1. Par arrêté municipal du 9 janvier 1987, et en hommage à Jacques Tréfouël, chimiste, chercheur dans le laboratoire d'Ernest Fourneau puis directeur de l'Institut Pasteur, et à sa femme qui fut aussi sa collaboratrice.
Références
  1. a b c d et e « Historique du boulevard Pasteur », sur Mairie de Paris, (consulté le 5 juillet 2021).
  2. « Présentation de l'entreprise : Nespresso France », sur Societe.com, (consulté le 5 juillet 2021).
  3. « Mentions légales », sur Groupe Pasteur Mutualité, (consulté le 5 juillet 2021).
  4. « Historique de la place Jacques-et-Thérèse-Tréfouël », sur Mairie de Paris, (consulté le 5 juillet 2021).
  5. Exelsior du 8 janvier 1919 : Carte et liste officielles des bombes d'avions et de zeppelins lancées sur Paris et la banlieue et numérotées suivant leur ordre et leur date de chute.
  6. Élodie Soulié, « Paris XV : L’immeuble du groupe Pasteur Mutualité laissera place à la « Villa M » en 2019 », sur Le Parisien, (consulté le 5 juillet 2021).
  7. Gilles Primout, « Un allié précieux… le téléphone (24 août 1944) : Entre 14 h 45 et 15 h 5 », sur La Libération de Paris (19-25 août 1944) (consulté le 5 juillet 2021).
  8. « Plaque en hommage à Pierre Rossari », sur Musée de la résistance en ligne (consulté le 5 juillet 2021).
  9. « Plaque en hommage apposée sur le pilier du viaduc », sur Google, (consulté le 5 juillet 2021).
  10. « Lycée Fresnel : Plan d'accès », sur lyc-fresnel.scola.ac-paris.fr (consulté le 5 juillet 2021).
  11. « Plaque en hommage à Louis Baron », sur Musée de la résistance en ligne (consulté le 6 juillet 2021).
  12. Daniel Grason, « Baron Louis, Marie, Désiré », sur Le Maitron, (consulté le 6 juillet 2021).
  13. Brigitte Hermann et Sophie-Marguerite, Paris 15e. Balades et bonnes adresses, Paris, Christine Bonneton, , 224 p. (ISBN 9782862534923), p. 117-119.
  14. Comité d’histoire, « L'organisation des services centraux du ministère du travail 1945-2012 : 1945-1989 », Les Cahiers du comité d’histoire des administrations chargées du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, Paris, Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, t. I, nos 15-16,‎ , p. 13 / 262 (ISSN 1628-2663, lire en ligne [PDF], consulté le 5 juillet 2021).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :