Boules de geisha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schéma illustrant l'utilisation de boules de geisha.

Les boules de geisha sont un jouet sexuel ainsi qu'un accessoire de rééducation et de musculation du périnée. Elles sont également connues sous le nom de boules Ben Wa (, yīndàoqiú, « boules vaginales » ou , nèiyòngqiú, « boules à usage interne »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Historiquement, les boules dites « de geisha » sont des boules de 2-3,5 cm de diamètre, en pierre semi-précieuse, souvent du jade ou du cristal de roche. Ces boules ou ces œufs en pierre semi-précieuse sont utilisées dans des pratiques du tao et du tantrisme pour activer et maîtriser les muscles du périnée[1].

La pratique traditionnelle enseigne l'utilisation d'une seule boule, sans fil. S'il y a un fil, c'est uniquement pour attacher du poids à la boule pour un usage avancé. Celles qui maîtrisaient cette technique gardaient une excellente santé, elles restaient jeunes et généreuses même à un âge avancé, leurs organes sexuels étaient encore aussi fermes et vigoureux que ceux des jeunes filles vierges[2].

Description[modifier | modifier le code]

Deux types de boules de geisha existent : soit à des fins thérapeutique de rééducation/musculation périnéale soit à des fins récréative (sextoys).

Boules de geisha pour la rééducation[modifier | modifier le code]

Plusieurs kinésithérapeutes et sages-femmes conseillent utiliser les boules de geisha pour maintenir le périnée tonifié après l'accouchement. Plus précisément, il s'agit de dispositifs spécialement conçus à des fins de rééducation périnéale – des cônes vaginaux.

Certains modèles de boules de geisha sont également adaptés : ces boules sont suffisamment lourdes et petites pour répondre aux besoins de rééducation. Comme référence, on cite une boule de taille de 2.5-3,5 cm dont le poids minimum est de 60 g et plus[3]. Des boules plus grosses et/ou plus légères ne semblent pas créer l'effet escompté.

Le principe d'action est le suivant : en insérant un cône vaginal ou une boule, la femme est contrainte de garder son plancher pelvien légèrement contracté pour empêcher la boule de tomber.

Cependant, les études cliniques tardent à confirmer l'argument avancé par les fabricants. L'hypothèse la plus probable est qu'un entraînement plus poussé est nécessaire pour atteindre les résultats escomptés. Certains spécialistes préconisent des programmes d'entraînements associant l'utilisation des boules avec d'autres accessoires[4].

Boules de geisha comme sex toys[modifier | modifier le code]

Boules de geisha

On assiste à un véritable engouement pour les boules de geisha après la sortie du roman érotique Cinquante nuances de Grey.[réf. nécessaire] Plusieurs modèles sont en vente dans les sex shops.

  • Modèle classique : deux boules en latex, ou en silicone, de 3-4,5 cm de diamètre, reliées entre elles par un cordon. L'usage proposé par les fabricants est de les insérer et de les porter pour se procurer du plaisir, ou de les utiliser comme un godemichet pour se masturber.
  • Modèle avec des billes à l'intérieur : chaque boule contient une bille (généralement métallique), dont les mouvements erratiques, liés aux déplacements de l'utilisatrice, peuvent générer des sensations par petits chocs et roulements. Chez certaines femmes cela peut provoquer un plaisir immédiat. Elles ne se diffèrent pas du modèle classique en apparence.
  • Modèle avec une télécommande : la femme insère les boules et active leur vibration avec la télécommande. Le jeu érotique le plus répandu est de confier la télécommande à son/sa partenaire.
  • Boules en acier. Ce sont deux boules séparées, assez lourdes. Elles se rapprochent le plus de boules de geisha utilisées à des fin de rééducation périnéale.

Mode d'action[modifier | modifier le code]

Chaque boule contient une bille (généralement métallique) dont les mouvements erratiques se propageront à la surface de l'objet et, directement à la paroi du vagin qui est particulièrement sensible à la stimulation vibratoire[5]. Des exercices consistant à faire sortir manuellement les boules et à contracter les muscles pour les retenir permettent de muscler le périnée ; si ces manipulations sont associées à des sollicitations du clitoris afin de provoquer des contractions, et si les boules sont présentes sur la face antérieure du vagin, sur le point G, elles peuvent au moment de la contraction provoquer un orgasme[5].

Le port permet de muscler et dynamiser le périnée, muscle fondateur du bassin, et d'asseoir le maintien de tout le corps[6].

Usages[modifier | modifier le code]

Il est important de choisir un modèle adapté : les femmes ayant un périnée très affaibli vont privilégier des boules assez grosses, à partir de 4 cm de diamètre et assez légères, autour de 40 g. Au fur et à mesure de la progression, elles vont choisir une boule plus petite, de 3 cm de diamètre et plus lourde.

Le mieux est de privilégier les boules en silicone ou Acrylonitrile butadiène styrène sans additifs (éviter des boules de qualité médiocre sans certification de matières). Le mieux est d'avoir des boules moulées d'une seule pièce pour éviter tout risque d'accumulation de bactéries[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mantak Chia & Maneewan Chia, Le Tao de l'amour retrouvé : l'énergie sexuelle féminine, .
  2. André Van Lysebeth, Tantra, le culte de la féminité.
  3. a et b « Quatre règles pour choisir les boules de geisha ».
  4. « Muscler le périnée, comment débuter ».
  5. a et b La Révolution du plaisir féminin, Élisa Brune, pages 231 extrait en ligne.
  6. La Libre Belgique (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]