Boule de suif (film, 1945)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boule de suif (homonymie).
Boule de suif
Réalisation Christian-Jaque
Scénario d'après deux nouvelles de
Guy de Maupassant
Acteurs principaux
Sociétés de production Artès-Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 103 minutes
Sortie 1945

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Boule de suif est un film français réalisé par Christian-Jaque, sorti en 1945.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Deux épisodes de l'occupation prussienne en 1870. Le film est une adaptation de deux nouvelles de Guy de Maupassant : Boule de Suif et Mademoiselle Fifi. Lors du voyage en diligence d'un groupe apeuré d'habitants de Rouen, Élisabeth Rousset, dite « Boule de suif », rend à ces gens un signalé service, mais se heurte à leur sottise et à leur suffisance. Un peu plus tard, Boule-de-suif assassine le redoutable lieutenant prussien que ses amis avaient surnommé Fifi et qui étalait sans vergogne son goût du pillage et ses penchants sadiques.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Boule de suif est un film très patriotique, réalisé à la Libération de la France et qui est loin d'être détaché du contexte.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Anecdote racontée par Micheline Presle : "Louis Salou (qui interprète le lieutenant prussien) était un homme très fin et très sensible. Il devait m'administrer une double gifle et il en était malade. Je le suppliais de frapper fort. Il fallut recommencer la scène un nombre incalculable de fois, car il ne pouvait pas être violent. Lorsqu'il s'exécuta, il était livide de chagrin. Je ripostai en lui crachant à la figure. On avait préparé une jatte d’œufs battus en neige qui tenait lieu de salive. Chaque fois que le jet de blancs d’œufs (projetés hors du champ à l'aide d'un chalumeau) atteignait son visage, il était pris de tremblements. La scène terminée, Salou avait de grosse larmes qui dégoulinaient sur ses joues. Et tout doucement, la voix brisée, il répétait : "c'est terrible d'être humilié ainsi par une femme[2]."

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Louis d'Hée sur l’Internet Movie Database
  2. Télé 7 jours n°716 du 12 janvier 1974, pages 40 et 41, article de Jacqueline Fabre.

Liens externes[modifier | modifier le code]