Bouillancourt-la-Bataille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bouillancourt-la-Bataille
Bouillancourt-la-Bataille
La rivière des Trois Doms à Bouillancourt.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Roye
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Roye
Maire
Mandat
Sylvain Pillon
2014-2020
Code postal 80500
Code commune 80121
Démographie
Population
municipale
154 hab. (2016 en augmentation de 15,79 % par rapport à 2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 41′ 44″ nord, 2° 31′ 55″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 109 m
Superficie 3,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte administrative de Picardie
City locator 14.svg
Bouillancourt-la-Bataille

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Bouillancourt-la-Bataille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouillancourt-la-Bataille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouillancourt-la-Bataille

Bouillancourt-la-Bataille est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village picard de la Haute-Somme est situé dans la vallée des Trois Doms, entre Moreuil et Montdidier.

Il est accessible par l'ancien tracé de la route nationale 35 qui va de Compiègne à Amiens et Abbeville et par la route départementale n°483.

Par la route, Bouillancourt est à 7 km de Montdidier et à 31 km au sud-est d'Amiens.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Hargicourt Rose des vents
Malpart N Pierrepont-sur-Avre
O    Bouillancourt-la-Bataille    E
S
Marestmontiers Gratibus

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Cinq communes limitent la localité.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le cartulaire de Fouilloy nous donne Boullencourt en 1227 puis Boilencourt la même année. Le cartulaire d'Ourscamp nous indique Boullencourt en 1228. En 1513, une évolution : Boullancourt prope Monsdiderium, reprise en 1648 dans le Pouillé général et un arrêt du parlement généalogique de Mailly. La forme définitive de Bouillancourt est relevée par Cassini en 1757[1],[2].

« La Bataille » fait allusion aux combats contre les Allemands durant la Première Guerre mondiale, en 1918[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1415, Colart de Mailly, dit « Payen », seigneur de Boullencourt (Bouillancourt-la-Bataille), trouve la mort à la Bataille d'Azincourt[4].

En 1636, les Espagnols occupent le château et dévastent les environs[5].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le , des combats se déroulèrent sur le territoire de la commune au cours de la Bataille du Kaiser, opposant l'armée française à l'armée allemande. Le 125e régiment d'infanterie, de la 1re armée française commandée par le général Debeney, accomplit sa mission : reprendre le château de Grivesnes tenu par les Allemands. Le lendemain, les Allemands tentèrent à trois reprises de s'infiltrer dans le bois de Bouillancourt et les ruines de Malpart, sans succès[6].

La commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 (France) pour les dommages subis lors de la Première Guerre mondiale[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977[8] 2014[9] Daniel Pouchain    
2014[10] En cours
(au 6 mai 2014)
Sylvain Pillon    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2016, la commune comptait 154 habitants[Note 1], en augmentation de 15,79 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
235279297321327303337326286
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
260261269250226206210184156
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
150169149921019894100115
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1341171099389106135133154
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

De la maternelle au lycée, les enfants sont scolarisés à Montdidier et bénéficient du transport scolaire.

Manifestations culturelles et festives[modifier | modifier le code]

Une brocante se déroule à la Pentecôte. Autrefois, la fête communale avait lieu à la Trinité, le dimanche après la Pentecôte, soit 56 jours après Pâques.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le culte catholique donne lieu chaque année à deux ou trois célébrations dans l'église.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Chapelle de la Trinité. À la sortie du village, vers Hargicourt, elle a été reconstruite plus près du village à la fin du XVIIIe siècle par le comte de Gouffier. Reconstruite en 1926, après les dégâts de la Première Guerre mondiale, sa cloche est donnée en mémoire de William Spencer Mead, tombé en Picardie[3].
  • Croix de pierre dans l'ancien cimetière[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, tome 1, p. 148.
  2. [1] La page du Dictionnaire topographique du département de la Somme, concernant Bouillancourt, sur le site des Archives départementales de la Somme, vue 78/269, page 148.
  3. a b et c André Guerville, Croix et calvaires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 1998, novembre, 304 p., p. 222 (ASIN B000WR15W8).
  4. Lire en ligne.
  5. Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur (trice) de Marestmontiers, Archives départementales de la Somme, Amiens.]
  6. http://histoiredeguerre.canalblog.com/archives/2007/09/28/6069953.html
  7. Communes décorées, J.O. du 07/11/1920 (p 17721).
  8. Cercle Maurice Blanchard, histoire de Montdidier.
  9. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 15 juillet 2008)
  10. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. Bouillancourt sur le site du Cercle Maurice Blanchard.