Bougouni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bougouni
Bougouni
Vue de Bougouni depuis la station de bus
Administration
Pays Drapeau du Mali Mali
Région Région de Sikasso
Cercle Bougouni
Maire Mamourou Coulibaly (CDS)
Démographie
Population 80 679 hab. (2020)
Population précédent recensement 37 360 hab. (1998)
Taux de croissance annuel moyen 7.2 %
Géographie
Coordonnées 11° 25′ 00″ nord, 7° 29′ 00″ ouest
Altitude 351 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Mali
Voir sur la carte administrative du Mali
City locator 14.svg
Bougouni
Géolocalisation sur la carte : Mali
Voir sur la carte topographique du Mali
City locator 14.svg
Bougouni

Bougouni est une ville et une commune du Mali, chef-lieu du cercle de Bougouni dans la Région de Sikasso, située à 170 km au sud-est de Bamako et 210 km à l'ouest de Sikasso. Bougouni est la 11e région administrative du Mali.

En bambara, Bougouni signifie « petite case ». Dans le domaine sportif Bougouni a plusieurs équipes de football dont la plus importante est l'Union Sportive de Bougouni-USB qui évolue en première division et qui a même remporté la coupe du Mali de 2012 face au 11 créateurs de Niaréla une équipe de Bamako. À cela s'ajoutent le Baoulé foot, le Black star, l'AS Sakoromery et le fc koumasé. Bougouni a un stade de 4 000 places qui porte le nom de Moussa Diakité dit UTTA un ancien joueur des Aigles du Mali originaire et un stade municipal qui porte le nom de Sakoro Mery Diakité .

Histoire[modifier | modifier le code]

Bougouni est la quatorzième commune créée par les colonisateurs français au Soudan français. Le , Bougouni devient capitale administrative avec l’installation de son premier administrateur, le lieutenant Gouraud. La ville de Bougouni détenait un fonds important d'archives coloniales qui ont disparu dans un incendie lors des événements de mars 1991 mettant fin à la dictature de Moussa Traoré.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bougouni bénéficie d’un climat de type soudanien.

Sa superficie est de 700 hectares. Bougouni compte 80 600 habitants, essentiellement des Bambara et des Peuls.De nos jours la ville comprend une très grande diversité ethnique et culturelle. En plus des Bambara et des peulhs s'ajoutent les dogons, les bouas, les soninké ,les sonrhaï , les tamachek ,les senoufo, les mianka,les malinké et bien d'autres repartis entre les quartiers de Faraba Dougounina, Niébala Médine Dialanikoro Hèrèmakono-Centre Hèrèmakono-Nord Massablacoura ,Torakabougou ,Nanierela ,Faraba toumou ,Wassoulounbougou,Hamdallaye ,Brinbougou. Chaque année Bougouni accueille des milliers de festivaliers au compte du Festival International Didadi. Bougouni est la capitale de la commune de Banimonotié. Banimonotié signifie littéralement « Fleuve et mono entre ». "Ba" (fleuve) "ni" (et) "mono" (mônô) "tié" (entre). La bonne traduction en français est donc « entre le fleuve et la rivière ». La commune de Banimonotié désigne la contrée limitée au sud par le fleuve (Baoulé) et au nord par la rivière (Mônô).

Politique[modifier | modifier le code]

Année Maire élu Parti politique
2004 Mamourou Coulibaly Adéma
2009 Yaya Togola CDS
2016 Mamourou Coulibaly CDS

Éducation[modifier | modifier le code]

Entrée de l'école Almamy Timbo, située dans le quartier Médine.

L'académie de Bougouni a été créée en [Note 1].

À Bougouni, il y a pluiseurs écoles, fondamentales[Quoi ?] et secondaires. Presque chaque quartier a son école fondamentale mais la première de ces écoles est le groupe scolaire Almamy Timbo située au quartier Médine. Cependant il y a aussi un lycée public qui porte le nom de l'inspecteur feu Kalilou Fofana. En plus de ce lycée s'ajoute le complexe scolaire la chaine grise, le collège Michel Alair, l'école spéciale d'enseignement technique, le lycée Sidy Dicko, l'institut agro-pastorale, le lycée Nabé Ouattara,L'Institut de formation des maîtres situé au quartier Niébala et plusieurs Medarça dont Kankou Moussa, Dar el Hadith, Imam Sekou Traoré.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bougouni est jumelée avec :

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Nahawa Doumbia
  • Doussou Bagayoko
  • Issa Falaba Traoré
  • Sakomery Diakité
  • Bakary Togola
  • Pr Tiemogo Sangaré
  • Mamadou Sangaré dit Blaise
  • Mamadou Sinayoko dit gaucher

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bréhima Diarra, La fiscalité sous le régime colonial. L’exemple du cercle de Bougouni : 1893-1914, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1998, 51 p. + 6 p. d'annexes (Mémoire de DEA).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Conseil des ministres a adopté le 17 mars 2010 le projet de décret portant création des académies de Nioro et Bougouni. Communiqué du conseil des ministres du 17 mars 2010

Références[modifier | modifier le code]