Boudin à la viande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Boudin à la viande
Image illustrative de l’article Boudin à la viande
Boudin à la viande.

Autre nom Boudin du Sud-Ouest, galabard ou boudin béarnais
Lieu d’origine Midi-Pyrénées, Languedoc, Béarn
Place dans le service Entrée, mets principal
Température de service Froide ou chaude
Ingrédients Sang (30 à 50%), tête, couennes, langue et cœur du cochon
Mets similaires Ajout de pain (monts de Lacaune) ou d'oignons (Ségala aveyronnais)
Accompagnement Gamay rouge du vignoble du Bugey, côtes-du-rhône rouge ou vin rouge du Val de Loire

Le boudin à la viande est une spécialité du sud-ouest de la France.

Préparation[modifier | modifier le code]

Il est composé de sang (30 à 50 %). La tête du cochon, des couennes ainsi que de la langue ou du cœur sont cuits plusieurs heures au bouillon, avant d'être coupés en petits morceaux et mélangés au sang. Cette farce est ensuite embossée dans de gros boyaux et cuite à feu très doux dans le bouillon[1].

L'ajout de pain est fréquent dans la région des monts de Lacaune. Dans le Ségala aveyronnais, on y mêle des oignons[1].

Conditionnement et consommation[modifier | modifier le code]

Ce boudin peut se manger froid, comme du saucisson, ou chaud, poêlé nature ou avec des pommes, des oignons ou des châtaignes. Il peut être conditionné en bocal ou en boîte sans embossage. Il est aussi commercialisé séché, le climat de la région étant tout particulièrement propice au séchage[1].

Autres dénominations[modifier | modifier le code]

Ce mets porte des noms différents selon les endroits : « boudin béarnais » en Aquitaine, « galabard » dans le Tarn. Pour l'origine du nom, les étymologistes proposent galavardo qui signifie « vorace », et sa variante galavarda, « manger goulûment », ou tout simplement galavardoun, l'un des noms occitans dont est affublé le cochon[1].

Accord mets-vin[modifier | modifier le code]

Ce boudin noir se marie avec un gamay rouge du vignoble du Bugey, un côtes-du-rhône rouge ou un vin rouge du Val de Loire[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Dossier complet boudins », Site du centre d'information des charcuteries françaises (consulté le 9 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]