Boucheron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le joaillier parisien. Pour le ruisseau de Dordogne, voir Boucheron (ruisseau). Pour les autres homonymes, voir Boucheron (homonymie).

Boucheron
logo de Boucheron
Sur la droite de l'image, le nom Boucheron, gravé en lettres capitales dorées sur un plaquage de marbre sombre, surmontant une vitrine de magasin, et en dessous d'un mascaron décoratif de l'immeuble ; sur la gauche de l'image, une plaque de rue de la place Vendôme.
Enseigne du magasin de la place Vendôme, à Paris.

Création 1858
Fondateurs Frédéric Boucheron
Personnages clés Frédéric, Louis, Fred, Gérard, Alain Boucheron
Action New York Stock ExchangeVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Hélène Poulit-Duquesne
Actionnaires KeringVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Orfévrerie, haute-joaillerie, joaillerie, haute-horlogerie, horlogerie, parfums, accessoires
Société mère Kering
Site web Boucheron.com

Boucheron est un joaillier français installé place Vendôme à Paris depuis plus d'un siècle. Il appartient aujourd'hui au groupe Kering[1].

Considéré comme l'un des plus prestigieux et plus chers joailliers, Boucheron est la plus ancienne maison de joaillerie installée place Vendôme. Avec des modèles de bagues mythiques, Boucheron est un des représentants majeurs du très haut de gamme, du luxe et du raffinement français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts et expansion[modifier | modifier le code]

Collier Feuillage pour Mme Mackay[2].

Frédéric Boucheron ouvre sa première boutique en 1858 dans la galerie de Valois, au Palais-Royal[3]. Quelques années plus tard, il ouvre un atelier. En 1865, il s'adjoint son neveu Georges Radius, qui restera dans la maison jusqu'en 1919.

La maison Boucheron remporte une médaille d'or à l'exposition universelle de Paris en 1867, puis un grand prix à celle de 1878 où il expose le collier baptisé Feuillage, composé de diamants et de saphirs dont un en pendentif de 159 carats, commandé par sa cliente américaine Marie-Louise Mackay[2] (1843-1928), épouse de l'industriel John William Mackay. À l'exposition universelle de 1889, il présente des diamants gravés et des colliers dits « point d'interrogation[3] » qui ont un grand succès.

En 1893, Frédéric Boucheron s’installe au 26, place Vendôme[3] dans la résidence de la Comtesse de Castiglione. Puis il ouvre une boutique à Moscou la même année et en 1911 confie à Tillanders la gestion de son stock. Celui-ci s'installe à Saint-Pétersbourg jusqu'en 1917. En 1900, Frédéric Boucheron remporte une médaille d'or et un grand prix à l'exposition universelle de Paris. En 1903, c'est l'ouverture d'un magasin à Londres et d'un bureau à New York. Il recrute entre autres orfèvres, Joé Descomps-Cormier.

Son fils Louis succède à Frédéric Boucheron à sa mort en 1902. Louis Boucheron parraine en 1934 l'installation du jeune joaillier Pierre Sterlé qui conçoit déjà pour lui des bijoux. L'entreprise est reprise par les petits-fils, Fred et Gérard en 1959 puis Alain Boucheron en 1971. Boucheron s'implante également au Japon dans les années 1970.

Développements contemporains[modifier | modifier le code]

La boutique de la place Vendôme, à Paris, en 1965.
Vitrine du magasin de la place Vendôme.

En 1994, la société familiale est vendue à la société Schweizerhall. En 2000, elle est reprise par le groupe Gucci. Elle appartient aujourd'hui au groupe Kering.

En 2001, Tom Ford recrute Solange Azagury-Partridge (en)[4] comme directrice de création : ses pièces sont exposées en 2004 au musée des Arts décoratifs de Paris, et font aujourd'hui partie du fonds[5].

En 2005, la société ouvre sa première boutique à Shanghai ainsi qu’à Dubaï, puis à Hong Kong et à Kuala Lumpur.

La maison a travaillé en collaboration avec le designer Alexander McQueen pour créer une version Haute Joaillerie de son sac emblématique Novak, en utilisant le motif fétiche du serpent[3] Boucheron comme fermoir. Le maître horloger Girard-Perregaux est partenaire dans la fabrication de montres depuis 2007. Les montres Boucheron sont donc dotées d’un mouvement de manufacture suisse.

Les collections Boucheron en joaillerie mettent en relief le travail joaillier sur la matière : plissés ou facettés, polis ou satinés, ors et pierres précieuses qui vont du rouge des rubis au vert acidulé des péridots[6],[7].

En 2011, Claire Choisne[8] devient la directrice artistique sous la présidence de Pierre Bouissou[9].

En juillet 2015, l'ancienne directrice International Business and Client Development de Cartier International Hélène Poulit-Duquesne[10] est nommée présidente directrice générale.

En 2017, on compte 55 boutiques Boucheron dans le monde[11]. Claire Choisne révèle « Hiver impérial[12] » à la chapelle Laennec[13].

Le , Laetitia Casta est nommée ambassadrice de la maison Boucheron[14].

Lignes de parfums[modifier | modifier le code]

En 2010, Boucheron signe un contrat de licence mondial exclusif avec Interparfums.


  • Boucheron Femme (1988)
  • Boucheron pour Homme (1989)
  • Jaïpur Homme (1998)
  • Jaïpur Bracelet (2012)
  • Boucheron Place Vendôme (2013)
  • Quatre (2015)
  • La Collection Boucheron (2017)
  • Quatre Absolu de Nuit (2017)

Clients notables[modifier | modifier le code]

Vue de la colonne Vendôme.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 2012 : « L’Artisan du Rêve[17] »
  • 2013 : « Hôtel de la Lumière[18] »
  • 2014 : « Rêves d'ailleurs[19] »
  • 2015 : « Bleu de Jodhpur[9] »
  • 2017 : « Hiver Impérial[12],[13] »
  • 2018 : « Vendôrama[3],[20] »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Herve Dewintre, « Kering mise sur Boucheron », sur FashionUnited, (consulté le 16 mars 2018)
  2. a b et c Léna Lutaud et Fabienne Reybaud, « Boucheron ouvre ses archives secrètes », sur Le Figaro, (consulté le 16 mars 2018)
  3. a b c d et e Pauline Castellani, « Boucheron à la Monnaie de Paris : un show inattendu : Avec « Vendôrama », la griffe offre un panorama des métiers de la place Vendôme dans un parcours numérique et interactif. Une expérience d’un nouveau genre. », sur Madame Le Figaro, (consulté le 16 mars 2018)
  4. Eléonore Thery, « Joailliers cherchent perles rares », sur Le Monde, (consulté le 16 mars 2018) : « Chez Boucheron de 2001 à 2004, Solange Azagury-Partridge y a laissé sa touche extravagante (bijoux en forme de bouche ou de carrés de chocolat croqués). Sa bague Quatre est l’exemple type du « it » bijou qui restera dans les annales. »
  5. « Solange Azagury-Partridge », sur Les Arts décoratifs, (consulté le 16 mars 2018)
  6. Neret 1985.
  7. de Peslouan 2005.
  8. Adrienne Ribes-Tiphaine, « Joaillerie. Claire Choisne : "Je dois sans cesse me réinventer" », sur L'Officiel, (consulté le 16 mars 2018) : « Et c’est en 2011 qu’elle rejoint Boucheron. Sa collection de haute joaillerie “L’Artisan du rêve”, présentée à la Biennale des antiquaires de 2012, dévoile tout le talent de la jeune femme et son exigence. »
  9. a et b Fabienne Reybaud, « Boucheron dévoile sa collection de haute joaillerie Bleu de Jodhpur », sur Madame Le Figaro, (consulté le 16 mars 2018)
  10. « KERING: Hélène Poulit-Duquesne nommée PDG de Boucheron », sur Capital, (consulté le 16 mars 2018)
  11. « La boutique Boucheron Place Vendôme fait peau neuve pour ses 160 ans », sur Journal du luxe, (consulté le 16 mars 2018)
  12. a et b (en) « The best jewellery at the Cannes Film Festival 2017 », sur The Telegraph, (consulté le 16 mars 2018) : « Lumière de Nuit (...) from Boucheron's new Hiver Impérial »
  13. a et b Fabienne Reybaud et Pauline Castellani, « Les collections haute joaillerie 2017 embrasent Paris. : Boucheron et les vastes espaces du Grand Est », sur Madame Le Figaro, (consulté le 16 mars 2018) : « Boucheron a vraiment marqué les esprits. En pleine canicule parisienne, la marque s’est offert le luxe de dévoiler un Hiver Impérial dans la chapelle Laennec, au siège du groupe Kering (auquel elle appartient), en reconstituant une forêt de bouleaux prise dans un blizzard de neige. »
  14. « Laetitia Casta, nouvelle ambassadrice de la maison Boucheron », sur Journal du luxe, (consulté le 16 mars 2018)
  15. Capucine Junker, « L'âge d'or des maharajahs », sur Property of a lady, (consulté le 16 mars 2018)
  16. Capucine Tissot, « #MontreCulte : la montre Reflet de Boucheron », sur Marie Claire, (consulté le 16 mars 2018) : « sa montre deviendra un talisman »
  17. Pascal Iakovou, « Boucheron, l’artisan du rêve », sur Luxsure, (consulté le 16 mars 2018)
  18. (en) « Let There Be Light! Boucheron’s “Hôtel de la Lumière” High Jewelry Collection », sur Jewels du jour, (consulté le 16 mars 2018)
  19. « Collier Rêves d'ailleurs ou l'Iran vu par Boucheron », sur Les Échos, (consulté le 16 mars 2018)
  20. Mélanie Nauche, « Vendôrama : pourquoi l’exposition Boucheron est la plus ludique de ce début d’année », sur Vogue, (consulté le 16 mars 2018) : « Que diriez-vous de découvrir l’histoire de Boucheron grâce à Wladimir, chat emblématique de la maison et guide espiègle de l’exposition Vendôrama ? »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Neret, Boucheron, le joaillier du temps, office du livre Éditions, (ISBN 2880012775)
  • Guy Lucas de Peslouan, La capture de l'éclat, Paris, Cercle d'art Éditions, (ISBN 2702207715)
  • Vincent Meylan, Archives secrètes Boucheron : de 1858 à nos jours, Éditions Télémaque, , 416 p. (ISBN 978-2753301009)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]