Bouchard le Barbu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bouchard II le Barbu
Titre Seigneur de Montmorency
Souverains Lothaire
Hugues Capet
Robert II « le Pieux »
Biographie
Dynastie Maison de Montmorency
Décès
avant 1012[1]
Père Bouchard Ier de Bray (v. 940 - v. 978)
Mère Hildegarde de Blois
Enfants Bouchard III de Montmorency
Gelduin de Montmorency
Aubry (Alberic) de Montmorency († apr. 1060)
Eudes de Montmorency

Bouchard le Barbu ou Bouchard II de Montmorency († avant 1012[1]), fils de Bouchard Ier de Bray (~940 - 978), et d'Hildegarde de Blois, fille de Thibaud Ier « le Tricheur », comte de Blois, de Chartres et de Brie, était un seigneur de l'entourage des premiers rois Capétiens, dynastie commençant en 987. Il était seigneur de Montmorency, d’Écouen, de Marly-le-Roi, de Feuillarde et de Château-Basset.

Origine, famille[modifier | modifier le code]

Son nom est d'origine germanique. On trouve les formes Burchardus (954, 958[2]), Bauchardus (1007[1]), Bouchardus (1458[2]), Burchards...

On le retrouve dans le nom de la commune du Plessis-Bouchard située légèrement à l'est de Montmorency.

Les Burchards de Bray se rattachent aux Aubry(Albéric)-Gautier. Ainsi les vicomtes d'Orléans ont été suggérées : Aubry, était le premier vicomte d'Orléans mentionné en 886[3]. Gautier Ier et Gautier II furent archevêques de Sens dans le premier tires du Xe siècle.

« Burchardo de Montemaurenciaco » est cité dès 1028[1]. La lignée adopte donc le nom de Montmorency dès le XIe siècle et s’attribue le titre de « Premiers barons chrétiens ». Bouchard II est le fondateur d’une lignée qui donnera au pays six connétables de France, douze maréchaux et quatre amiraux et sera l’une des plus illustres de l’histoire de France.

Son surnom "le Barbu" lui est attribué à cause de sa bravoure. Plusieurs autres grands ont porté le même surnom pour les mêmes raisons[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 978, Bouchard II et sa famille luttent contre Othon II aux côtés du roi Lothaire et de Hugues Capet. Il soutient ce dernier lors de son accès au trône et sera également fidèle à son fils Robert II, couronné à Orléans à la Noël 987[4].

Ce seigneur, turbulent et brigand, est installé sur l'île Saint-Denis venant de sa femme Ildelinde, fille d'Eudes Ier de Blois[5] - qui elle-même la tenait de son feu mari Hugues de Château-Basset, mort en 1009[1],[note 1].
Mais l'abbaye de Saint-Denis a des prétentions sur ce fief, pour lequel Bouchard refuse de leur rendre hommage[6]. Depuis ce fief il rançonne les embarcations qui passent à sa portée, y compris celles des moines de l'abbaye de Saint-Denis. L'abbé Vivien s'en plaint au roi Robert le Pieux, fils d'Hugues Capet. Un procès royal a lieu, opposant Bouchard à l'abbé Vivien[7]. Par un jugement de ses pairs barons et du roi[6] le [note 2] il se voit contraint de respecter la protection royale accordée aux religieux de Saint-Denis, de démolir le château Basset d'où il préparait ses exactions contre les vassaux de l'abbaye de Saint Denis, et d'accepter l'échange avec Robert II - qui souhaite l'éloigner de l'abbaye - de son île Saint-Denis contre le château et le domaine de Montmorency[1], château alors en ruines[7] car détruit en 978 par l'empereur d'Allemagne Otton II. La reine Constance plaide auprès du roi pour que Bouchard soit autorisé à reconstruire le château[6].

En 998 Robert II lui donne la seigneurie de Feullarde et quelques autres beaux fiefs environnants, en remerciement de l'avoir aidé à reprendre la ville de Melun du comte de Champagne et de Brie Eudes II[6].

Conjoint, enfants[modifier | modifier le code]

Il épouse Alveriæ[1] (ou Idelinde[réf. souhaitée] ?), veuve de Hugues Basset, dont il a quatre enfants :

  • Bouchard III de Montmorency († après le 4 février 1031[1]) ;
  • Gelduin de Montmorency[1] ;
  • Aubry (Alberic) de Montmorency († après 1060), connétable[1] :
    • Landry († après 1083/89[1]) ;
    • Arraud († 1083/89[1]) :
      • Aubry ;
    • Aubry ;
  • Eudes de Montmorency[1].

Duchesne ne cite pas Landry mais cite un "Foucaud". Il place les enfants de Bouchard II dans cet ordre chronologique : Bouchard III, Eudes, Alberic et "Foucaud"[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Du Chesne, Histoire Généalogique de la Maison de Montmorency et de Laval, Paris, (lire en ligne), p. 68-69.
  • (la) André Du Chesne, Preuves de l'histoire de la Maison de Montmorency, tirées des chartes des diverses Églises, des registres de la Chancellerie et du Parlement, Paris, Sébastien Cramoisy, (lire en ligne), p. 12 à 19.
  • Louis Moréri, Le Grand Dictionnaire Historique ou le mélange curieux du Sacré et Profane, vol. 5, Paris, J.Baptiste Coignard, (lire en ligne), p. 436.
  • Joseph Louis Ripault-Desormeaux, Histoire de la maison de Montmorenci : [...] depuis 960 jusqu'en 1531, vol. 1, Paris, , 408 p. (lire en ligne).
  • Nicolas Viton de Saint-Allais, L'art de vérifier les dates des faits historiques, des chartes, des chroniques, et autres anciens monuments, depuis la naissance de Notre-Seigneur, t. 12, Paris, C. F. Patris, , 533 p. (lire en ligne), p. 11
  • François-Alexandre de La Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la Noblesse : contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de France, l'explication de leur armes, & l'état des grandes terres du royaume..., t. 10, Paris, Antoine Boudet, , 2e éd., 756 p. (lire en ligne), p. 410.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bouchard II est cité en tant que "Bouchard I" sur MedLands.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Extraits de la charte royale de 996 :
    Burchardi cognomento Barbati…de feudo sancti Dionysii prope ipsum castrum in insula Sequanæ ("Bouchard connu comme Barbu... attaquant saint Denis depuis son château sur l'île de la Seine"), hérite ex sua coniuge, coniugi autem ex marito suo Hugone…Basseth ("de sa femme, elle-même de son mari Hugo Basseth")...
  2. MedLands donne 996 pour l'année de la charte de Robert II par laquelle Bouchard reçoit Montmorency. L'année à l'époque et pour cette région (le début d'année varie selon les royaumes voire à l'intérieur des royaumes ; voir l'article "Calendrier julien", section "Jour de l'an") commence non au 1er janvier mais le jour de Pâques (donc à dates variables ; voir les dates de Pâques pour le XIIIe siècle). Ainsi toutes les dates depuis le 1er janvier jusqu'à la veille du jour de Pâques en cours, sont comptées comme appartenant à ce qui est dans notre calendrier l'année précédente ; le 25 janvier "996" indiqué à l'époque est donc le selon notre calendrier grégorien actuel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l et m MedLands - Bouchard II.
  2. a et b Duchesne 1624, p. 7
  3. (en) « Vicomtes d'Orléans », « Central France → chap. 3 : Orléans (généalogie détaillée), sur Medieval Lands (MedLands) (consulté le 7 octobre 2017).
  4. a et b Duchesne 1624, p. 65.
  5. Les premiers seigneurs de Montmorency, à la conquête du pouvoir
  6. a b c et d Duchesne 1624, p. 66.
  7. a et b Jean-Pierre Auger, « Le prieuré Grandmontain du Meynel », sur iasef.fr, Initiatives et Actions pour la Sauvegarde de l’Environnement et des Forêts (IASEF), (consulté le 6 octobre 2017).
  8. Duchesne 1624, p. 68.