Bouchain (Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouchain.
Bouchain
Image illustrative de l'article Bouchain (Nord)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Valenciennes
Canton Denain
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut
Maire
Mandat
Ludovic Zientek
2014-2020
Code postal 59111
Code commune 59092
Démographie
Gentilé bouchinois, bouchinoise[1]
Population
municipale
4 091 hab. (2014)
Densité 330 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 17′ 04″ nord, 3° 19′ 04″ est
Altitude Min. 31 m
Max. 100 m
Superficie 12,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Bouchain

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte topographique du Nord
City locator 14.svg
Bouchain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouchain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouchain

Bouchain est une commune française, située dans le département du Nord en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bouchain
Mastaing Rœulx Lourches
Marquette-en-Ostrevant Bouchain Neuville-sur-Escaut

Lieu-Saint-Amand

Wavrechain-sous-Faulx Paillencourt Estrun Hordain

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bouchain est traversé d'ouest en est par l'Escaut. Ce fleuve, peu pratiqué, est surtout fréquenté par des péniches. Il passe au niveau des restes de l'ancien château de Bouchain.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Nord-Pas-de-Calais.

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

  • La gare de Bouchain se situe à l'extrémité de la « ville basse », sur l'axe Cambrai-Valenciennes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bulcinius, Amplissima collectio ; 899. Bulcen, Balderic. Bulcem. Bouchem. Bulcheng. Bouching. Buccinium, Gallia christiana. Buchemium. Bochanium[2].

Boesem en flamand[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Centrale thermique de Bouchain.

La commune a accueilli durant une quarantaine d'années une centrale thermique qui jusqu'en 2005 a annuellement brûlé jusqu'à 100 000 tonnes de charbon (russe et polonais depuis la fermeture du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais pour produire de l'électricité. La durée de vie devrait être prolongée de 25 ans, avec une moindre pollution de l'air, grâce à un passage au gaz (« centrale à cycle combiné », à rendement de plus de 62 %, ce qui devrait doubler sa puissance, la portant à 625 MW ; de quoi alimenter 680 000 équivalents habitants en électricité)[4].
Cette centrale a également accueilli dans les années 1970 le prototype de turbine à combustion (TG 9000B) construit à l'époque à Belfort en copropriété entre Alsthom et General Electric. Cette turbine développait une puissance de l'ordre de 100 MW, entrainait directement un alternateur à 3 000 tr/min et pouvait fonctionner au choix de l'exploitant au gazole, au fioul lourd ou au gaz naturel.

En 2011, la centrale a produit plus de 220 000 MWh, de quoi fournir en électricité 300 000 équivalents habitants, faisant de cette unité une des premières sources de CO2 de la région selon les inventaires de la DRIRE (maintenant intégrée dans la DREAL) ; cette centrale thermique était en 2010 le second plus gros émetteur d'oxydes d'azote (1 945 tonnes par an), second émetteur de particules (364 tonnes de poussières par an) et le 4e plus gros émetteur régional de CO2, avec 672 000 tonnes par an[4]. L'utilisation du gaz naturel pour la nouvelle turbine à combustion 9HA de General Electric en cycle combiné devrait diviser par deux les émissions de CO2 et faire tomber les émissions d'oxydes d'azote à 50 t/an, tout en divisant par 10 les émissions de CO (monoxyde de carbone, qui devrait passer de 300 à 30 t/an). La tour aéroréfrigérante de 125 mètres devrait être conservée[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Tendance politique[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 juin 1995 Albert Leduc Divers droite  
juin 1995 décembre 1995 Jean Dhollande PCF Conseiller général du Canton de Bouchain (1985-1995)
Décédé en cours de mandat
décembre 1995 mars 2008 Michel Caron PCF  
mars 2008 30 octobre 2014[5] Jacques-Pierre Boltz SE Responsable dans le transport
Réélu pour le mandat 2014-2020[6], mais élection annulée par le Conseil d’État
décembre 2014 en cours Ludovic Zientek PS Attaché parlementaire

À la suite de l'annulation des élections municipales de mars/avril 2014 par le Conseil d'État le 22 octobre 2014, l'équipe municipale a été remplacée par une délégation spéciale le 30 octobre 2014, chargée d'administrer la commune jusqu'à l'élection d'un nouveau conseil municipal[5].

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Valenciennes, du tribunal de grande instance de Valenciennes, de la cour d'appel de Douai, du tribunal pour enfants de Valenciennes, du conseil de prud'hommes de Valenciennes, du tribunal de commerce de Valenciennes, du tribunal administratif de Lille et de la cour administrative d'appel de Douai.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bouchain est jumelée avec les villes d'Eitorf (ville de Rhénanie, Allemagne) et de Halesworth (Grande-Bretagne).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 091 habitants, en augmentation de 0,15 % par rapport à 2009 (Nord : 1,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 128 1 102 1 198 1 183 1 148 1 401 1 463 1 577 1 632
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 501 1 504 1 607 1 685 1 763 1 859 1 405 1 527 1 760
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 716 2 214 1 732 2 076 2 434 2 402 2 421 2 812 3 505
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014 -
3 916 4 826 4 543 4 317 4 282 4 174 4 024 4 091 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Bouchain en 2007 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,2 
75 à 89 ans
10,3 
14,0 
60 à 74 ans
15,4 
22,5 
45 à 59 ans
21,4 
19,3 
30 à 44 ans
18,4 
21,2 
15 à 29 ans
17,6 
17,7 
0 à 14 ans
16,2 
Pyramide des âges du département du Nord en 2010 en pourcentage[12].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
5,0 
75 à 89 ans
8,7 
11,5 
60 à 74 ans
12,7 
19,5 
45 à 59 ans
19,3 
20,5 
30 à 44 ans
19,4 
21,9 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
18,9 

Santé[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bouchain fait partie de l'académie de Lille.

Il y a deux écoles primaires : Groupe Scolaire Jean Zay, rue Roger Darthois - et l'école primaire Albert DOuay, à laquelle est juxtaposée l'école maternelle Albert Douay, rue Gustave Charpentier

Un collège existe également à Bouchain, le "collège de l'Ostrevant"

Sports[modifier | modifier le code]

De nombreuses associations sportives existent à Bouchain : cyclotourisme (avec l'OCCB), musculation, l'équitation, judo (EJJB) et karaté, football, futsal, tennis, gymnastique (avec le Foyer Laïc d'Éducation Populaire ou FLEP), la danse (FLEP), etc.

Média[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les fortifications.
  • Bouchain possède une tour médiévale datant du xiie siècle, modifiée aux XVIe et XVIIIe siècles : la Tour d'Ostrevant.
Elle se dresse en « ville haute » en plus d'être classé Monument Historique depuis 1981[13].
C'est sur la plate-forme de la tour d'Ostrevant qu'Hitler s'est fait expliquer le déroulement des combats de mai 1940, combats au cours desquels le 45 R.I. tint en échec l'armée allemande durant près d'une semaine, ralentissant ainsi l'avancée de l'ennemi se dirigeant alors vers Dunkerque.
  • Quelques vestiges des fortifications en bordure de l'Escaut : le bastion des Forges et une partie de sa courtine, vestiges de l'enceinte fortifiée (XVIe siècle)
  • Également des vestiges en "ville basse", notamment les deux étangs dits Grand-Large et Petit-Large, anciens fossés de la ville fortifiée, aujourd'hui lieux de rencontre des pêcheurs.
  • Le tordoir en ville basse, ancien moulin
  • Le musée d'Ostrevant, installé dans la tour du même nom. Musée d'histoire locale et des métiers anciens, il abrite diverses collections d'armes, de batellerie, mais aussi divers objets de la vie quotidienne du siècle dernier.
Hommage au 45e RI - combats de mai 1940.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Nées à Bouchain[modifier | modifier le code]

  • Aldebert (VIIIe siècle), fils de Charles Martel, petit-fils de Pépin de Héristal, comte d'Ostrevant qu'il gouverna au nom de Pépin le Bref dont il épousa la fille, Reine. Ils eurent dix filles.
Erreur : Il n'est pas l'enfant de Charles Martel, sa lignée est toute autre ; enfin Reine ou Regina ne font qu'une parmi neuf et non dix enfants d'Adalbald Ier Comte d'Ostrevent et de sainte Rictrude qui, elle, est bien la fille d'Aude, sœur cadette de Clotilde (l'épouse de Thierry III fils de Clovis II). Elles sont les sœurs de Pépin de Herstal.
Adalbald ou Aldebert vient d'une lignée à l'origine saxonne et qui se trouvait à partir de 507 à Arras, Cambrai, le Vermandois, le Ponthieu et le Ternois. Si Reine et Aldebert ont eu neuf filles : sainte Ragenfrede (ou Remfroye qui suit), Hélène, Avec (ou Ève) aura une liaison avec Hugues l'Abbé (fils de Charlemagne et de Régine ou Reine), Neptaline, Rose, Célestine, Pauline, Charlotte et Euphrosyne ou Ambrosine.
Charlemagne, en maître, reprit leurs biens et les affecta selon son bon vouloir. Ce n'est qu'ensuite (860-890) que l'on trouvera une maison d'Ostrevent (dont Anselme II ci-après est l'un des plus connus)

Mortes à Bouchain[modifier | modifier le code]

Liées à Bouchain[modifier | modifier le code]

  • Pépin de Héristal, duc d'Austrasie (679-714), maire de Neustrie (687-714), bisaïeul de Charlemagne, eut de sa femme légitime Plectrude, deux fils qui moururent avant leur père mais, bien que l'ainé des fils de Pépin laissa un héritier, il choisit, pour lui succéder, Charles Martel, fils de sa courtisane Alpaïde d'Avroy.

Annuaire statistique du département du Nord, Lille, 4e année, 1832, rédigé par Demeunynck et Devaux - BOUCHAIN : "C'est une erreur de croire que cette ville a été bâtie par Pépin de Héristal, maire du palais, dans l'endroit même où il défit le roi Théodoric; car la bataille qui le rendit maître de ce prince et de son royaume se donna l'an 697, entre Péronne et St Quentin, à Tertri-sur-Domignon, éloigné d'environ quinze lieues de Bouchain". Étude sur le Comté d'Ostrevant par Émile Carlier-Bracq, 1875 : " La colline, baignée par les derniers flots de la Sensée, n'a pas attendu Pépin de Héristal pour être habitée dans sa partie basse et posséder un nom. Ce qui est probable, et peut suffire à mériter de la Ville de Bouchain certaine gratitude, est que Pépin fit un castellum en 691 dans la partie haute de Bouchain, qui devint la résidence du comte d'Ostrevant, Lambres (ancienne résidence) ayant été fortement amoindrie par les donations de Maurand à l'abbaye de Merville".

  • La Maison d'Ostrevant tint ce Comté du X au XIIe siècle (après plusieurs carolingiens au Xe siècle, la tenant eux-mêmes d'envahisseurs danois installés depuis plusieurs siècles à Arras & Quentovic).
  • Baudouin IV de Hainaut dit l'édifieur, achète une partie de ses terres à son demi-frère, Godefroid II d'Ostrevant, né en 1127, décédé le 7/04/1163, fils de Godefroid I dit Geoffroy de Bouchain, aussi dit de Ribemont et de Yolande de Wassemberg, qui était veuve de Bauduin III, comte de Hainaut.
  • Thierry d'Alsace bat, par vengeance, en 1150 Baudouin IV de Hainaut à Bouchain
  • Jacqueline de Bavière, née au Quesnoy le 15 juillet 1401, monte sur le trône du Hainaut (1417) à la mort de son père Guillaume IV. Mariée, en secondes noces, à son cousin Jean IV, duc de Brabant, celui-ci la laisse se faire dépouiller de ses possessions par son oncle Jean de Bavière, évêque de Liège. Désespérée, elle quitte Valenciennes, où elle se trouvait avec sa mère et, prétextant un repos nécessaire, elle se rend dans le comté d'Ostrevant, au donjon de Bouchain, là où est mort son père; mais elle n'y passe qu'une nuit et le lendemain matin, le 6 mars 1421, avec l'aide du chevalier d'Ostrevant, sire d'Écaillon, elle part à Calais où elle embarquera vers l'Angleterre. Jacqueline de Bavière, dernière comtesse d'Ostrevant, mourut de tuberculose le 8 octobre 1436 à Teilingen et fut inhumée à La Haye.
  • Léonor Marie du Maine du Bourg Maréchal de France, participe au siège de Bouchain en 1676.
  • Jean Pierre de Selve défend Bouchain, assiégé par le duc de Marlborough, en 1711.
  • Claude Sylvestre Colaud, général de brigade, se replie à Bouchain le 23 mai 1793.
  • François Joseph Kirgener, baron de Planta, lieutenant dans le corps royal du génie, arrêté, comme suspect, à Bouchain en 1793, par ordre du Comité de salut public.
  • Karl Philipp de Schwarzenberg, commandant une partie de l'avant garde du prince de Cobourg, reçut l'Ordre militaire de Marie-Thérèse le 27 avril 1795, après un combat entre Bouchain et Cambrai.
  • Charles Bourseul (1829-1912), inventeur du téléphone. C'est à Bouchain que le père de Charles Bourseul, officier sous la Restauration, s’est marié le 1er décembre 1824, mais il dut démissionner. Les époux quittèrent la France pour s'établir à Bruxelles où naquit leur fils Charles, le futur inventeur du téléphone, le 28 avril 1829, (G. Babin, « Le téléphone, invention française », L'Illustration, 21 novembre 1908). Ils devaient revenir par la suite dans la région et habiter pendant quelques années Douai. À Bouchain comme à Douai, il y a une rue qui porte le nom de Charles Bourseul.
  • Claude Mairesse, Docteur en médecine - officier au 45e RI - en fonction à Bouchain pendant les combats de mai 1940.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Bouchain (Nord).svg

Bien que le blasonnent traditionnel soit : D'argent à une porte crénelée de gueules[15]. , les écus portent une tour de gueules, plutôt qu'une porte crènelée. La tour est ronde, crénelée de cinq pièces, ajourée et maçonnée de sable et ouverte du champ sur une gravure des albums de Croÿ datant de 1609. Elle est carrée, couverte et flanquée de quatre tours sur le sceau ad causas des échevins au Moyen Âge et sur l'écu utilisé par la commune[16].

Blason ville fr Bouchain (Nord) tour carrée.svg

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Petit, Histoire de Bouchain, Douai, Louis Dechristé, (lire en ligne)
  • Gallia Christiana
  • Cameracum Christianum
  • Journal du siège de Bouchain (1711) sans date, lieu d'impression, ni nom d'imprimeur.
  • Notices Biographiques sur les personnes remarquables nées dans la ville de Bouchain (Nord) par Et. A. Leignel - Lille - Imprimerie Lefebvre-Ducrocq - 1905.
  • Histoire de la Ville de Bouchain par Et. A. Leignel - 1925.
  • Bouchain - le Château - La Tour d'Ostrevant - Les Fortifications par Jules Duvivier - Société d'Édition du Nord - Lille 1934
  • D'Alpaïde à Charlemagne sous les Maires du Palais par Jules Lempereur et Jacques Morayns - 1980 - Imprimerie Smets à Blégny (Belgique)
  • La bataille de l'Escaut et de la Sensée - 2002 - réédition complétée - par Émile Obled - Nord Patrimoine Édition

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Page 397- Satistique archéologique du Département du Nord - seconde partie- 1867- Librairie Quarré et Leleu à Lille, A. Durand 7 rue Cujas à Paris - archive du Harvard College Library
  3. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  4. a, b et c Y. Boucher, Centrale EDF de Bouchain : mort annoncée d'un grand pollueur industriel, Voix du Nord, 2012-02-25
  5. a et b M- A. B, « Le premier tour des nouvelles élections se déroulera le 7 décembre », L'Observateur du Valenciennois, no 738,‎ , p. 17 :

    « Suite à l’annulation des dernières élections municipales de Bouchain décidé par le Conseil d’État le 22 octobre dernier, la sous-préfecture a indiqué cette semaine que les nouvelles élections se dérouleront le dimanche 7 décembre, pour le premier tour, et le dimanche 14 décembre, en cas de second tour. »

    .
  6. Kévin Moreau, « La bataille des municipales n’est pas encore terminée à Bouchain. Les deux opposants Ludovic Zientek et Bernard Cartigny viennent de déposer deux recours contre le maire Jacques- Pierre Boltz. », L'Observateur du Valenciennois, no 708,‎ , p. 21
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Évolution et structure de la population à Bouchain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 mai 2014)
  13. « Patrimoine / Histoire | Ville de Bouchain », sur bouchain.fr (consulté le 9 septembre 2015)
  14. Cours d'Histoire nationale, par l'Abbé AJ Namèche, page 36
  15. Site officiel de la ville de Bouchain
  16. "Les Amis de Bouchain et de son Musée"