Boucagnères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Boucagnères
Boucagnères
Une rue du village.
Blason de Boucagnères
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Gers
Maire
Mandat
Corinne Rousseau
2020-2026
Code postal 32550
Code commune 32060
Démographie
Gentilé Boucagnérais, Boucagnéraises
Population
municipale
214 hab. (2018 en augmentation de 45,58 % par rapport à 2013)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 33′ 48″ nord, 0° 36′ 57″ est
Altitude 163 m
Min. 150 m
Max. 273 m
Superficie 6,16 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Auch
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Auch-3
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Boucagnères
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Boucagnères
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boucagnères
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boucagnères
Liens
Site web http://boucagneres.fr/index.php/fr/

Boucagnères (Bocanhera en gascon) est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Boucagnères est située dans le canton d'Auch-3 et dans l'arrondissement d'Auch, dans l'aire urbaine d'Auch, dans la vallée du Gers[1]. Elle se trouve à 11 km au sud d'Auch[2]. Le village lui-même est situé entre la route départementale D 929 à l'ouest et la rive gauche du Gers à l'est[3].

Situation de Boucagnères.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Boucagnères[4]
Auterive
Lasseube-Propre Boucagnères Haulies
Orbessan Traversères

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Boucagnères se situe en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Boucagnères est traversé par le Gers, affluent de la Garonne. Le vieux Boucagnères se situe rive gauche. Gramont et Montarabé sont rive droite. Il est également à noter que plusieurs ruisseaux rident les coteaux communaux et se jettent dans le Gers : la Bâche, la Vidouze, l'Esquerré, l'Anbon, le Baradas…

Le Gers à Boucagnères.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Boucagnères se situe sur la route départementale 929.

L’aéroport le plus proche est celui de Toulouse-Blagnac et l'aéroport secondaire à Auch.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[8]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[6]

  • Moyenne annuelle de température : 13,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 9,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 772 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[9] complétée par des études régionales[10] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Auch », sur la commune d'Auch, mise en service en 1985[11] et qui se trouve à 10 km à vol d'oiseau[12],[Note 2], où la température moyenne annuelle est de 13,1 °C et la hauteur de précipitations de 685,4 mm pour la période 1981-2010[13]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Auch », sur la commune d'Auch, mise en service en 1985 et à 10 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 13,1 °C pour 1981-2010[14] à 13,5 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Boucagnères est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[16],[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auch, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (82,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (60,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (15,8 %), prairies (14,2 %), terres arables (7,9 %), forêts (1,9 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Entrée par le pont avec un panneau Boucagnères.

Le nom de Boucagnères provient sans doute du terme gascon bocalh et désignant une embouchure, dans le sens du bief d'un moulin hydraulique[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Boucagnères comprend, en plus du maire, deux adjoints et huit conseillers municipaux[2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 1981 ? Ernest Estébenet DVG  
2001 2006 Henri Caussade DVD  
2006 2019 Jean-Luc Cabannes[22] PS Retraité Fonction publique
avril 2019 En cours Corinne Rousseau    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24]. En 2018, la commune comptait 214 habitants[Note 5], en augmentation de 45,58 % par rapport à 2013 (Gers : +0,53 %, France hors Mayotte : +1,78 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
98116118131220221216203203
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
200176177184207193178179162
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
138140110113102103108113101
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
10791125142141135134203214
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les données en chiffres de la commune de Boucagnères :

Les résultats datent de la collecte de 2006. La population était de 135 personnes avec 46,7 % d'hommes et 53,3 % de femmes. Le nombre de célibataires était de 31,6 % dans la population. Les couples mariés représentaient 62,3 % de la population. Dans la commune de Boucagnères, les divorcés représentaient 1,8 %. Le nombre de veufs étaient de 4,4 % à Boucagnères.

La population de la ville de Boucagnères en 1999 : il y avait 141 personnes, avec 49,6 % d'hommes et 50,4 % de femmes.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'école à Boucagnères. L'enseignement élémentaire est regroupé avec les communes d'Ornézan, Sansan, Traversères, Durban et Orbessan[27]. L'école maternelle est située à Orbessan tandis que l'école primaire se situe à Ornézan. Le centre de loisirs le plus proche est celui de Seissan[28].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Salle des fêtes avec en premier plan le monument aux morts.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • La Pétanque Boulecagnéraise. Cette association organise notamment des tournois tous les jeudis soir du 1er Juillet au 30 septembre. Chaque semaine des nombreux lots sont offerts aux gagnants.
  • La société de chasse.
  • Les 10 km de Boucagnères[30] : Depuis 2009, l'Athlétic Club Auscitain organise en parallèle avec le semi-marathon Seissan-Auch, une course pédestre de 10 km entre Boucagnères et la préfecture. Cette course ouverte à tous est qualificative pour le championnat de France.

Loisirs[modifier | modifier le code]

La boîte à livres et la boîte aux lettres.
  • Lire à Boucagnères : Depuis Janvier 2015, une bibliothèque associative a été créée à Boucagnères.[réf. nécessaire][31] Ce dépôt de livres et de revues est basé sur le volontariat. Les livres et revues sont mis à disposition de tout un chacun dans le coffret métallique qui se trouve à côté de la boite aux lettres de Boucagnères.
  • Association Atelier du Couture[32] : 3 animatrices interviennent 2 samedis/mois de 9h à 12h.

Économie[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage en 2006 était de 8,1 % , contre 17,4 % en 1999. Les retraités et les préretraités représentaient 22,2 % de la population en 2006, contre 22,7 % en 1999. Le taux d'activité était de 65,3 % en 2006, à comparer aux 75 % de 1999.[réf. nécessaire]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La tour médiévale.

La commune possède plusieurs édifices notables[29],[2] :

La tour médiévale

Bâtie en appareil moyen de blocs taillés de molasse rougeâtre et crépie, la construction mesure environ une douzaine de mètres de haut. Il s'agit d'une ancienne tour de défense des seigneurs de Boucagnères, avec un rez de chaussée aveugle voûté en berceau. Le bâtiment a été transformé en pigeonnier à une époque tardive avec deux étroites fenêtres en façade sud ménagées pour le passage des oiseaux. Un toit à quatre pentes, en tuile, entouré d'un génoise a également été ajouté à l'édifice. Elle constitue l'unique vestige du château féodal qui se tenait en cet endroit, plusieurs fois cité dans les textes jusqu'en 1775. Le site castral, modifié au cours des siècles est peu lisible aujourd'hui : la tour est ceinte d'anciens bâtiments agricoles ainsi que d'un porche et se trouve confrontée au sud à une haute maison de maître dont le crépi masque l'appareillage. La datation de 1777 en évidence sur cette dernière bâtisse doit correspondre à un remaniement mais non à sa fondation qui paraît plus ancienne, peut être sur l'emprise d'une tour-salle.

L'église Saint-Germier

Cette église, assez représentative des églises rurales du Gers, pourrait selon Mme A. Duffau avoir été la chapelle du château. Elle est orientée et un crépi masque son appareillage qui semble assez irrégulier. Quatre solides contreforts soutiennent le mur nord construit en escarpement sur le ruisseau de la Bâche. Si l'église de Boucagnères est citée dans des textes anciens, le bâtiment dans sa configuration actuelle semble dater du XVIIIe siècle. Son chevet est plat, son clocher mur percée de deux niches campanaires abrite autant de cloches dont l'une est datée de 1866. On pénètre dans l'édifice au sud, par une porte en arc surbaissé abritée par un porche ou emban. Une pierre datée de 1789 est fichée à l'angle sud-ouest de la chapelle méridionale et semble correspondre à l'ajout de cette extension. La nef, couverte d'une voûte en berceau en plâtre distribue les chapelles latérales (au nord pour la Vierge Marie, au midi pour Saint Joseph et Saint Germier). Signalons deux superbes autels en bois sculpté, peint et doré, témoignages de l'art populaire du XVIIIe sècle et la très ancienne cuve baptismale située sous la tribune. L'église est dédiée à Saint Germier du nom d'un évêque de Toulouse du début du VIe siècle. Elle fut l'objet jusqu'au milieu du XXe siècle de nombreux pèlerinages d'enfants souffrant d'une pathologie de la rate.

  • Le château de Gramont : Sur un coteau boisé au NNE du bourg, on devine les tours d'un château médiéval du XIIIe siècle transformé à la Renaissance. Le château est élevé sur ce qui est probablement une ancienne motte castrale. Ancien fief des Lamazère, il est depuis le XVIIIe siècle la propriété de la famille Boubée de Gramont. Propriété privée.
  • La chapelle Saint-Laurent de Gramont : Élevée au NO du château de Gramont, cette petite église orientée à nef unique éclairée par deux fenêtres cintrées au nord et autant au midi renferme une belle statue polychrome de la Vierge Marie. Son chevet est plat, elle était précédée au nord par un petit cimetière aujourd'hui disparu. Propriété privée.
  • Patrimoine vernaculaire :La commune possède une fontaine publique édifiée en 1839 près de la rivière. Plusieurs croix de mission en pierre ou en fer forgé ont été élevées en bordure de route principalement dans le seconde moitié du XIXe siècle : croix de Saint Germier à Coutures (1884), croix Arrivetz près du cimetière (1876), croix près de la chapelle Saint Laurent, croix de Gramont, croix du haut du village A Darre (proche D929), croix Collongues près du pont (1863) très dégradée. Le pont sur le Gers est un ouvrage d'art en fer de 1902, édifié en remplacement du vieux pont en pierre emporté par la terrible crue de 1897. Il est à signaler enfin[style à revoir] la présence dans le bourg de « plusieurs maisons de belle facture des XVIIIe et XIXe siècles le long du Gers dont un moulin à eau et une jolie chartreuse ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Anne Marie d'Aignan d'Orbessan (1716 -1796) : marquis d'Orbessan et co-seigneur de Boucagnères, président à mortier au Parlement de Toulouse, écrivain, savant, mécène[33].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armorial de Boucagnères.

blasonnement : Ecartelé, aux 1&4 d'or à quatre pals de gueules ; aux 2&3 de gueules à deux loups passants d'or rangés en pal ; une roue de moulin de sable à huit branches brochante en son cœur.

devise : Humilis et hospitalis

ornement extérieur : couronne murale à trois tours.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Geoportail
  2. a b c d et e Boucagnères sur le site de la communauté de communes Val de Gers
  3. Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. I : Arrondissement d'Auch, Auch, Société archéologique et historique du Gers, , 460 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF39151085).
  4. Carte IGN sous Géoportail
  5. Plan séisme
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  8. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  9. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  10. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  11. « Station Météo-France Auch - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. a et b « Orthodromie entre Boucagnères et Auch », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station Météo-France Auch - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  14. « Station météorologique d'Auch - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique d'Auch - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. Site de la préfecture - fiche de Boucagnères
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  27. La Dépêche, Ornézan. Les enfants du RPI fêtent Noël, 25 décembre 2013
  28. Ornezan/Orbessan. Ce qui change pour le RPI, La Dépêche du Midi, 31 août 2013
  29. a et b Michel de La Torre, Gers : Le guide complet de ses 462 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5032-2, notice BnF no FRBNF35576310).
  30. « Associations », sur boucagneres.fr (consulté le ).
  31. Super Utilisateur, « Culture et sports », sur boucagneres.fr (consulté le ).
  32. Super Utilisateur, « Dernier scoop de Boucagnères », sur boucagneres.fr (consulté le ).
  33. « Anne-Marie Daignan Orbessan (1716-1796) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le ).