Bottega Veneta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bottega Veneta
logo de Bottega Veneta

Création 1966
Personnages clés Daniel Lee[1] - Directeur artistique
Claus-Dietrich Lahrs - PDG
Siège social Vicence, Vénétie
Drapeau d'Italie Italie
Actionnaires KeringVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Mode
Produits Collections prêt-à-porter
Société mère Kering
Effectif 3 000Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.bottegaveneta.com/

Bottega Veneta est une maison de luxe italienne, réputée pour[non neutre] ses articles de maroquinerie vendus dans le monde entier[non neutre], fondée en 1966 en Vénétie, au nord-est de l'Italie[2]. Son atelier est situé dans une villa du XVIIIe siècle à Montebello Vicentino et son siège social à Lugano en Suisse. La société possède des bureaux à Milan et à Vicence en Italie. En 2001, Bottega Veneta est racheté par Gucci Group et fait désormais partie du groupe multinational français Kering[3]. En , Claus-Dietrich Lahrs est nommé PDG de l'entreprise, succédant ainsi à Carlo Beretta[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bottega Veneta a été fondée en 1966 à Vicence en Italie[2],[5] par deux entrepreneurs : Michele Taddei et Renzo Zengiaro[6]. La confection artisanale d'articles de maroquinerie constitue alors le cœur de métier de la société. Elle développe un remarquable[non neutre] motif tressé en cuir surnommé intrecciato, utilisé sur la partie extérieure de nombreux de ses produits. Ce design devient la signature de la marque Bottega Veneta[7],[8]. Le motif Intrecciato marque les débuts de l'évolution de Bottega Veneta. Aujourd'hui encore, il continue à s'imposer comme l'un des éléments les plus emblématiques de la Maison[7],[8][passage publicitaire].

Dans les années 1970, la société commence à se faire connaître[non neutre] avec le slogan « Quand vos initiales suffisent ». Au début des années 1980, Bottega Veneta devient l'une des marques favorites de la jet-set internationale, comptant parmi ses clientes Jacqueline Kennedy Onassis et l'impératrice Farah Pahlavi[6] Andy Warhol réalise même un court-métrage pour la société en 1980[passage publicitaire]. Renzo Zengiaro et Michele Taddei quittent la société dans les années 1990[9].

Au cours des années 1980, la situation de Bottega Veneta se dégrade. Connue pour la discrétion de ses designs[non neutre], la marque a malencontreusement décidé de changer d'image et commence à orner ses produits d'un logo BV. En , l'entreprise, mal en point, est rachetée par Gucci Group pour 156 millions de dollars américains[10]. Tom Ford, directeur artistique de Gucci Group à l'époque, nomme Tomas Maier, qui a fait ses armes chez Sonia Rykiel et Hermès[non neutre], comme directeur artistique de Bottega Veneta en juin de la même année[3],[10].

Tomas Maier a carte blanche sur tous les aspects créatifs : produit, aménagement des boutiques, publicité[11]. Son objectif est de renouer avec l’identité d’origine de la marque[3],[6]. Il retire les logos visibles des produits[3]met en valeur l'emblématique[non neutre] motif Intrecciato et revient au mode de production artisanal des débuts[6]. Vogue décrit ce changement de direction comme un véritable exemple[non neutre] de « prospérité discrète »[12]. Bottega Veneta présente sa première collection de prêt-à-porter féminin lors d'un défilé en et poursuit avec la version masculine en . En , la marque lance sa première collection de joaillerie et s'immisce[style à revoir] dans le monde du mobilier et de la décoration d'intérieur[9].

En , Bottega Veneta organise son défilé de mode Printemps-Eté 2017 à l'académie de Brera à Milan. L'événement marque également[non neutre] les 15 ans de Tomas Maier, passés à la tête de la Maison[13].

En 2018, l'entreprise est citée parmi les filiales du groupe Kering accusées d'avoir eu recours à un système d'évasion fiscale en domiciliant de manière fallacieuse une partie de leur chiffre d'affaires dans une filiale suisse du groupe, Luxury Goods International (LGI)[14].

Article détaillé : Kering#Évasion fiscale.

En juin 2018, Tomas Maier quitte Bottega Veneta et est remplacé par Daniel Lee, ancien directeur du design chez Céline[15].

Collaborations[modifier | modifier le code]

Le projet « Art of Collaboration » illustre les rencontres entre Bottega Veneta et des photographes de renom[non neutre], à l’occasion de ses campagnes publicitaires[16], tels que Jürgen Teller (Automne 2015), Robert Longo (Automne 2010) et Nan Goldin (Printemps 2010)[16],[17]. En 2012, Bottega Veneta publie un premier livre retraçant son histoire et rendant hommage à son savoir-faire artisanal. L'ouvrage est né de la collaboration entre Tomas Maier en personne[passage publicitaire], Sam Shahid, concepteur de livres, et divers journalistes de mode[18]. Chaque chapitre, signé de la plume de rédacteurs de mode, décrit le design des créations de la marque : sacs, petite maroquinerie, bagages, souliers, prêt-à-porter féminin, joaillerie, prêt-à-porter masculin, mobilier, accessoires de décoration, montres et parfums. Le livre aborde la production artisanale des articles de luxe de Bottega Veneta ainsi que la création de l'emblématique[non neutre] motif tressé Intrecciato, ce dernier ornant en outre le protège-livre[18]. Un second livre détaillant le projet « Art of Collaboration » a été publié en [17].

L'atelier de Montebello Vicentino[modifier | modifier le code]

En 2013, Bottega Veneta inaugure son nouvel atelier à Montebello Vicentino[11]. La restauration et la construction du complexe aux normes LEED (Leadership in Energy and Environmental Design)[11], a été supervisée par Tomas Maier[6]. Selon lui, par respect des traditions et des valeurs de la marque[non neutre], il était primordial de conserver les opérations de Bottega Veneta à Vicence[6]. L'atelier héberge également La Scuola dei Maestri Pellettieri di Bottega Veneta, le centre de formation des employés de l'entreprise, ainsi que les archives et le musée Bottega Veneta[11]. Lancé initialement durant l'été 2006, ce centre vise à former et soutenir les futures générations d'artisans du cuir, à souligner l'importance du savoir-faire artisanal et à pallier le nombre décroissant de maître-artisans experts en cuir en Italie[11][passage publicitaire]. Après un cursus de trois ans, les étudiants peuvent ensuite rejoindre les ateliers[11]. Dans la préface du livre de Bottega Veneta paru en 2012, Tomas Maier déclare que « si les connaissances et la richesse culturelle incarnées par les métiers artisanaux venaient à disparaître, ce serait une perte tragique. Un tel savoir-faire se transmet uniquement par les liens précieux entre créativité individuelle et histoire humaine. »[6] La Scuola dei Maestri Pellettieri di Bottega Veneta a également collaboré avec l'Université IUAV de Venise pour concevoir un cursus universitaire spécialise dans la conception et le développement de produit de maroquinerie. La formation permet aux étudiants d'acquérir une expérience concrète dans des domaines variés de l'industrie : du processus de création, à la fabrication et production, en passant par la vente de produits dans une boutique Bottega Veneta[19].

Boutiques[modifier | modifier le code]

Les produits Bottega Veneta sont vendus dans le monde entier, notamment en Europe, Asie, Australie, Amérique du Sud et Amérique du Nord[20] Bottega Veneta possède 251 boutiques dans 43 pays[21].

En , Bottega Veneta inaugure sa première « Maison », située dans un bâtiment historique Via Sant'Andrea à Milan. D'une superficie de 11 448 mètres carrés, la boutique est la première en son genre à proposer tous les produits de la marque, y compris des articles de maroquinerie, des créations de prêt-à-porter féminin et masculin, des chaussures, de la haute joaillerie, des lunettes, des parfums, des bagages, du mobilier et des accessoires de décoration[22]. La société prévoit d'ouvrir une autre « Maison » d'une taille similaire à New York[11]. En 2015, Bottega Veneta annonce l'ouverture d'une première boutique dédiée à la décoration d'intérieur, située Via Borgospesso à Milan, en Italie. Abritée dans le Palazzo Gallarati Scotti, bâtiment datant du XVIIIe siècle, la boutique, dotée d'une superficie de 2 207 mètres carrés, a été aménagée par Tomas Maier, directeur artistique de Bottega Veneta, pour y présenter le mobilier, les luminaires, les tables et les accessoires de décoration de la marque[22]. Bottega Veneta a ouvert une seconde Maison à Beverly Hills en mai 2016[23] , ainsi qu'une à Manhattan en février 2018[24].

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.vogue.fr/mode/news-mode/articles/daniel-lee-nomme-directeur-artistique-de-bottega-veneta/65261
  2. a et b (en) « Company Overview of Bottega Veneta S.r.l. », sur le site bloomberg.com (consulté le 28 décembre 2017).
  3. a, b, c et d (en) Miles Socha, « Kering Takes Stake in Tomas Maier Brand The French group is to reveal today that it has formed a joint venture with Bottega Veneta’s creative director to develop his signature brand », (consulté le 28 décembre 2017).
  4. (en) Paul Jarvis et Corinne Gretler, « Bottega Veneta Names ex-Hugo Boss Chief Lahrs as New CEO », (consulté le 28 décembre 2017).
  5. (en) Imran Amed, « BoF Exclusive Carlo Beretta on Operation ‘€2 Billion Bottega Veneta’ », sur le site businessoffashion.com, (consulté le 29 décembre 2017).
  6. a, b, c, d, e, f et g (en) Maier Tomas, Bottega Veneta, Rizzoli, (ISBN 978-0-8478-3788-5).
  7. a et b « Global Powers of Luxury Goods 2015 », Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL), (consulté le 25 mai 2016), p. 12
  8. a et b Bottega Veneta - history and brand profile, Retrieved on 28 November 2011.
  9. a et b http://en.vogue.fr/vogue-list/thevoguelist/bottega-veneta-/1092
  10. a et b John Colapinto, « Just Have Less: Bottega Veneta's Tomas Maier », sur The New Yorker, (consulté le 25 juillet 2015)
  11. a, b, c, d, e, f et g Nick Compton, « Bottega Veneta: The Dream Weavers' Tale », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  12. Sarah Mower, « Fall 2006 Ready-to-Wear Bottega Veneta », Vogue (consulté le 10 février 2016)
  13. https://www.telegraph.co.uk/luxury/womens-style/bottega-veneta-ss17-50-years-in-the-making/
  14. Yann Philippin, Vittorio Malagutti (L'Espresso) et Esther Rosenberg (NRC Handelsblad), « Le système Pinault : une évasion à 2,5 milliards d'euros », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  15. « Daniel Lee remplace Tomas Maier à la direction créative de la maison italienne Bottega Veneta », Culturebox,‎ (lire en ligne)
  16. a et b Molly Young, « The Discreet Charm of Tomas Maier », WSJ,‎ (lire en ligne)
  17. a et b « Bottega Veneta: Art of Collaboration », sur Rizzoli New York (consulté le 27 juillet 2015)
  18. a et b Ellen Himelfarb, « Bottega Veneta publishes its first book », sur Wallpaper (consulté le 10 février 2016)
  19. « Università Iuav di Venezia » [archive du ], sur www.iuav.it (consulté le 6 mai 2016)
  20. 2014 Kering Activity Report, p. 8
  21. « Brands key figures », sur Kering (consulté le 26 avril 2017)
  22. a et b Luisa Zargani, « Bottega Veneta Unveils Maison in Milan », sur WWD, (consulté le 25 juillet 2015)
  23. (en-US) Kari Hamanaka, « Tomas Maier Discusses Bottega Veneta’s New Beverly Hills Maison », sur WWD, (consulté le 12 mai 2016)
  24. Wallpaper* Magazine, « Playing house: Bottega Veneta’s Manhattan boutique looks to apartment living », Wallpaper*,‎ (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]