Bottega Veneta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bottega Veneta
logo de Bottega Veneta

Création 1966
Personnages clés Daniel Lee[1] - Directeur artistique
Claus-Dietrich Lahrs - PDG
Siège social Vicence, Vénétie
Drapeau d'Italie Italie
Actionnaires KeringVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Mode
Produits Collections prêt-à-porter
Société mère Kering
Effectif 3 000Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.bottegaveneta.com/

Bottega Veneta est une entreprise italienne de luxe italienne, fondée en 1966 en Vénétie, au nord-est de l'Italie[2]. L'entreprise produit des articles de maroquinerie. Son atelier est situé à Montebello Vicentino et son siège social à Lugano en Suisse. La société possède des bureaux à Milan et à Vicence en Italie. En 2001, Bottega Veneta est racheté par Gucci Group et fait désormais partie du groupe multinational français Kering[3]. En , Claus-Dietrich Lahrs est nommé PDG de l'entreprise, succédant ainsi à Carlo Beretta[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bottega Veneta a été fondée en 1966 à Vicence en Italie[2],[5] par deux entrepreneurs : Michele Taddei et Renzo Zengiaro[6]. La confection artisanale d'articles de maroquinerie constitue alors l'activité principale de la société. Elle développe un motif tressé en cuir surnommé intrecciato, utilisé sur la partie extérieure de nombreux produits. Ce design devient la signature de la marque Bottega Veneta[7],[8].

Au cours des années 1980, la situation de Bottega Veneta se dégrade. La marque commence à orner ses produits d'un logo BV. En , l'entreprise, mal en point, est rachetée par Gucci Group pour 156 millions de dollars américains[9]. Tom Ford, directeur artistique de Gucci Group à l'époque, nomme Tomas Maier directeur artistique de Bottega Veneta en juin de la même année[3],[9].

Tomas Maier a carte blanche sur les aspects les produits, l'aménagement des boutiques, la publicité[10]. Sa stratégie consiste à de renouer avec l’identité d’origine de la marque[3],[6]. Il retire les logos visibles des produits[3] et revient au mode de production des débuts[6]. Bottega Veneta présente sa première collection de prêt-à-porter féminin lors d'un défilé en et poursuit avec la version masculine en . En , la marque lance sa première collection de joaillerie et commercialise des produits de mobilier et de décoration d'intérieur[11].

Renzo Zengiaro et Michele Taddei quittent la société dans les années 1990[12].

En , Bottega Veneta organise son défilé de mode Printemps-Eté 2017 à l'académie de Brera à Milan. Tomas Maier exerce à cette époque ses fonctions depuis quinze ans[13].

En 2018, l'entreprise est citée parmi les filiales du groupe Kering accusées d'avoir eu recours à un système d'évasion fiscale en domiciliant de manière fallacieuse une partie de leur chiffre d'affaires dans une filiale suisse du groupe, Luxury Goods International (LGI)[14].

Article détaillé : Kering#Évasion fiscale.

En juin 2018, Tomas Maier quitte Bottega Veneta et est remplacé par Daniel Lee, ancien directeur du design chez Céline[15].

Informations économiques[modifier | modifier le code]

Les produits Bottega Veneta sont vendus en Europe, Asie, Australie, Amérique du Sud et Amérique du Nord[16] Bottega Veneta possède 251 boutiques dans 43 pays[17].

Collaborations[modifier | modifier le code]

Le projet « Art of Collaboration » est issu des contrats entre Bottega Veneta et des photographes, à l’occasion de ses campagnes publicitaires[18], tels que Jürgen Teller (Automne 2015), Robert Longo (Automne 2010) et Nan Goldin (Printemps 2010)[18],[19].

L'atelier de Montebello Vicentino[modifier | modifier le code]

En 2013, Bottega Veneta inaugure son nouvel atelier à Montebello Vicentino[10]. La restauration et la construction du complexe aux normes LEED (Leadership in Energy and Environmental Design)[10], a été supervisée par Tomas Maier[6]. L'atelier héberge également La Scuola dei Maestri Pellettieri di Bottega Veneta, le centre de formation des employés de l'entreprise, ainsi que les archives et le musée Bottega Veneta[10]. Après un cursus de trois ans, les étudiants peuvent ensuite rejoindre les ateliers[10]. La Scuola dei Maestri Pellettieri di Bottega Veneta a collaboré avec l'Université IUAV de Venise pour concevoir un cursus universitaire spécialisé dans la conception et le développement de produit de maroquinerie[20].

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.vogue.fr/mode/news-mode/articles/daniel-lee-nomme-directeur-artistique-de-bottega-veneta/65261
  2. a et b (en) « Company Overview of Bottega Veneta S.r.l. », sur le site bloomberg.com (consulté le 28 décembre 2017).
  3. a, b, c et d (en) Miles Socha, « Kering Takes Stake in Tomas Maier Brand The French group is to reveal today that it has formed a joint venture with Bottega Veneta’s creative director to develop his signature brand », (consulté le 28 décembre 2017).
  4. (en) Paul Jarvis et Corinne Gretler, « Bottega Veneta Names ex-Hugo Boss Chief Lahrs as New CEO », (consulté le 28 décembre 2017).
  5. (en) Imran Amed, « BoF Exclusive Carlo Beretta on Operation ‘€2 Billion Bottega Veneta’ », sur le site businessoffashion.com, (consulté le 29 décembre 2017).
  6. a, b, c et d (en) Maier Tomas, Bottega Veneta, Rizzoli, (ISBN 978-0-8478-3788-5).
  7. « Global Powers of Luxury Goods 2015 », Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL), (consulté le 25 mai 2016), p. 12
  8. Bottega Veneta - history and brand profile, Retrieved on 28 November 2011.
  9. a et b John Colapinto, « Just Have Less: Bottega Veneta's Tomas Maier », sur The New Yorker, (consulté le 25 juillet 2015)
  10. a, b, c, d et e Nick Compton, « Bottega Veneta: The Dream Weavers' Tale », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  11. Sarah Mower, « Fall 2006 Ready-to-Wear Bottega Veneta », Vogue (consulté le 10 février 2016)
  12. http://en.vogue.fr/vogue-list/thevoguelist/bottega-veneta-/1092
  13. https://www.telegraph.co.uk/luxury/womens-style/bottega-veneta-ss17-50-years-in-the-making/
  14. Yann Philippin, Vittorio Malagutti (L'Espresso) et Esther Rosenberg (NRC Handelsblad), « Le système Pinault : une évasion à 2,5 milliards d'euros », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  15. « Daniel Lee remplace Tomas Maier à la direction créative de la maison italienne Bottega Veneta », Culturebox,‎ (lire en ligne)
  16. 2014 Kering Activity Report, p. 8
  17. « Brands key figures », sur Kering (consulté le 26 avril 2017)
  18. a et b Molly Young, « The Discreet Charm of Tomas Maier », WSJ,‎ (lire en ligne)
  19. « Bottega Veneta: Art of Collaboration », sur Rizzoli New York (consulté le 27 juillet 2015)
  20. (it) « Università Iuav di Venezia » [archive du ], sur www.iuav.it (consulté le 6 mai 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]