Bosc-Renoult-en-Ouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bosc, Renoult et Ouche.
Bosc-Renoult-en-Ouche
Image illustrative de l'article Bosc-Renoult-en-Ouche
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement de Bernay
Canton Bernay
Intercommunalité Communauté de communes Bernay Terres de Normandie
Maire délégué Jean-Louis Madelon
2016-2020
Code postal 27330
Code commune 27088
Démographie
Population 140 hab. (2013)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 02″ nord, 0° 42′ 32″ est
Altitude Min. 132 m – Max. 189 m
Superficie 7,85 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Mesnil-en-Ouche
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Bosc-Renoult-en-Ouche

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
Bosc-Renoult-en-Ouche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Bosc-Renoult-en-Ouche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Bosc-Renoult-en-Ouche

Bosc-Renoult-en-Ouche est une ancienne commune française, située dans le département de l'Eure en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Mesnil-en-Ouche[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Village du pays d'Ouche.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Prononciation traditionnelle [bornu] ou [burnu] « bournou »[2]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Bosco Renoldi vers 1200[3].

Le premier élément Bosc- est la forme normande (et occitane) de « bois ». Le second élément est un nom de personne d'origine germanique Renoldus très fréquent dans la Normandie ducale. Il s'agit d'une forme courte pour Raginoldus.

Le nom de personne précède l'appellatif dans les fondations médiévales plus anciennes (cf. Auberbosc).

L'ancienne paroisse de Rubremont, rattachée en 1792, a donc un nom qui remonte antérieurement à celui de Bosc-Renoult, puisqu'on le voit, l'appellatif -mont est postposé.

Elle est attestée sous la forme latinisée Rubramonte au XIIe siècle. Le premier élément n'a pas de rapport avec le latin classique ruber, rubra, rubrum « rouge », le -a est d'ailleurs la marque du féminin et mons / monte est masculin[4]. En effet, la langue d'oïl ne connaissaît que le mot "rouge", issu de rubeus[5], on aurait donc abouti à *Rougemont, comme les Rougemont (Côte-d'Or, Doubs, territoire de Belfort), présentant tous des latinisations anciennes de type Rubeus Mons, de Rubeo Monte[6]. En outre, ce genre de formation toponymique date de l'époque médiévale, avec postposition de l'appellatif typique de l'influence germanique.

Comme aucun adjectif roman n'explique le premier élément, celui-ci s'analyse donc probablement comme un nom de personne germanique, comme par exemple dans Aliermont avec Adalherius ou encore Ernemont avec Ernoldus.

François de Beaurepaire[7] propose, vu le maintien du [a] dans les formes anciennes, l'anthroponyme germanique conjecturel *Rotbradus.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Françoise Madelon    
mars 2014 en cours Jean-Louis Madelon UDI Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 140 habitants, en diminution de -10,26 % par rapport à 2008 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
380 460 504 513 451 459 418 404 368
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
364 329 344 328 295 281 285 266 245
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
231 229 213 192 192 180 167 168 177
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
173 153 163 176 154 139 156 140 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis-Étienne Charpillon et Anatole Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l'Eure, 1868, p. 436-438 à lire en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs de l'Eure, voir page 23 » (consulté le 27 octobre 2015)
  2. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, éditions Picard 1981. p. 71.
  3. François de Beaurepaire, Op. cité.
  4. En revanche, le nom de Rougemontiers a été latinisé de manière savante par les clercs dans les textes en Rubrum monasterium, alors que l'étymologie du nom serait *rubeum monasterium
  5. étymologie de rouge
  6. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1979. p. 577.
  7. Op. cit., p. 167.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .

Liens externes[modifier | modifier le code]