Bosc-Hyons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bosc-Hyons
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Gournay-en-Bray
Intercommunalité Communauté de communes des Quatre Rivières
Maire
Mandat
Yves Quesney
2014-2020
Code postal 76220
Code commune 76124
Démographie
Population
municipale
437 hab. (2015 en augmentation de 9,52 % par rapport à 2010)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 56″ nord, 1° 39′ 31″ est
Altitude Min. 182 m
Max. 229 m
Superficie 5,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bosc-Hyons

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bosc-Hyons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bosc-Hyons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bosc-Hyons

Bosc-Hyons est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime, en Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le pays de Bray.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bosc-Hyons est attesté sous les formes latinisées Hugonis silva vers 1080, Boscum Hugonis en 1165-1183[1].

L'élément bosc représente la forme régionale de bois, quant à Hyon[s], il s'agit du cas régime de l'anthroponyme Hue (cas sujet), forme régionale de Hugues[2]. On retrouve ce nom de personne au cas régime dans les anciens prénoms et noms de familles Yon, Huon et Hyon[2]. Bosc-Hyons signifie donc « le bois de Hue ». Ce toponyme s'écrivait Boschyons avant 1953.

Bosc-Hyons se prononce traditionnellement « bô yon »[2] sans articuler ni le s, ni le c devenus, à ce titre, purement graphiques.

Homonymie avec le Boshion (Eure, Bosco Hugonis en 1196), ancienne commune rattachée à Orvaux en 1809 et située dans le pays d'Ouche[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cet Hue (« Hyons ») est peut-être un des seigneurs nommés Hue de Gournay[4], dont le plus ancien serait Hugues Ier de Gournay.

Des archives du XVIIIe siècle laissent supposer l’existence d’une abbaye bénédictine[réf. nécessaire], rattachée à la chartreuse de Gaillon, et d’une léproserie. Progressivement les seigneuries locales vont s’émanciper. Le château de Bosc-Hyons situé à Beauvoir-en-Lyons, a appartenu à de grandes familles du pays de Bray dont les Le Vaillant du Buisson, gentilshommes verriers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1866 1889 Louis Desjardin    
1889 mai 1912 Onésime Delamare    
mai 1912 décembre 1919 Eugene Videcoq    
décembre 1919 mai 1945 Alphonse Boutigny    
1946 1952 François Pohier    
1952 1964 Marcel Langlois    
1964 juin 1995 Ambroise Cauchy    
juin 1995 mars 2014 Michel Fisset    
mars 2014 en cours
(au avril 2014)
Yves Quesney    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2015, la commune comptait 437 habitants[Note 1], en augmentation de 9,52 % par rapport à 2010 (Seine-Maritime : +0,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
660588631529579588545512475
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
413433424379383375389330325
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
303294286237256220230260268
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
245187216225287311360367421
2015 - - - - - - - -
437--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Saint-Michel du XIIe siècle, de grès et de silex.
  • Le calvaire du XVIe siècle.
  • Le manoir du Buc du XVIe siècle (propriété privée appelée communément « le château » par les habitants) qui est appelé aussi « du Busc » ou encore « du Bus » dans les vieux papiers.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 49
  2. a b et c ibidem
  3. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 155
  4. François de Beaurepaire, op. cit.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.