Nouvelle naissance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Born Again Christian)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le terme nouvelle naissance (ou born again en anglais, littéralement « né de nouveau ») ou encore « régénéré » est une expression principalement utilisée par les chrétiens évangéliques.

Il désigne un individu qui affirme avoir vécu une régénération spirituelle par le Saint-Esprit après repentance de ses péchés et donc s'être réconcilié avec Dieu. Après la renaissance de son esprit, il est appelé « enfant de Dieu ».

Origine[modifier | modifier le code]

L'expression fait référence à plusieurs passages de la Bible[1], dont l'entretien de Jésus avec Nicodème[2], où Jésus explique que pour rentrer dans le Royaume de Dieu, l'homme doit renaître de l'Esprit[3].

La rencontre de Paul sur le chemin de Damas avec Jésus ressuscité est aussi un exemple de « nouvelle naissance »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1527, la régénération après repentance symbolisée par le baptême, est le premier point de la Confession de Schleitheim publiée par les frères Suisses, un groupe d’anabaptistes à Schleitheim[5], [6]. Cette confession sera à l'origine de la doctrine de l’Église de professants, qui accorde également la même importance à la nouvelle naissance[7],[8]. Aux XVIIIe et XIXe siècles, l'expression et le concept sont devenus principalement associés au christianisme évangélique[9].

Positions[modifier | modifier le code]

Christianisme évangélique[modifier | modifier le code]

Les chrétiens évangéliques font de la nouvelle naissance, après repentance et de la profession de foi un élément fondamental de leur spiritualité et un caractère distinctif par rapport aux autres chrétiens[10],[11]. En pratique, ce terme fait référence à une conversion au christianisme lors de laquelle le croyant prend la décision de suivre Jésus pour le Salut[12],[13],[14]. Pour les chrétiens évangéliques, la nouvelle naissance survient donc avant le baptême du croyant[15]. Dans certains courants, notamment baptiste, il est synonyme du baptême du Saint-Esprit [16]. Dans les courants du pentecôtisme, du mouvement charismatique évangélique et du mouvement néo-charismatique, il s'agit d'une expérience distincte du baptême du Saint-Esprit[17],[18].

Pour certaines dénominations évangéliques, elle est le début de la sanctification du croyant [19]. Pour d’autres, elle est l’occasion de recevoir la sanctification complète [20].

Témoins de Jéhovah[modifier | modifier le code]

Pour les Témoins de Jéhovah, un chrétien né de nouveau est quelqu'un qui a été baptisé dans l'eau ("est né d'eau") et qui a été engendré de l'esprit de Dieu ("est né d'esprit", on dit aussi qu'il "a été oint d'esprit saint") ; il devient ainsi fils de Dieu et se voit offrir l'espérance de participer au Royaume des cieux. Jésus-Christ est passé par ces étapes comme les 144 000 humains qui sont héritiers avec lui du Royaume céleste [21],[22].

Église réformée de France[modifier | modifier le code]

La déclaration de foi de l'Église réformée de France de 1938 mentionne la nouvelle naissance[23]. Pour le théologien réformé Élian Cuvillier, la nouvelle naissance est « une redéfinition, une réorientation de mon existence. »[24].

Anglicanisme[modifier | modifier le code]

Dans l'anglicanisme, la nouvelle naissance a lieu avec le sacrement du baptême d'eau[25].

Luthéranisme[modifier | modifier le code]

Dans le luthéranisme, la nouvelle naissance est vue comme une expérience par laquelle le Saint-Esprit renouvelle la foi d'une personne, lors du baptême d'eau[26].

Catholicisme[modifier | modifier le code]

Le terme de nouvelle naissance n'est pas employé par le catholicisme, qui identifie la régénération avec le sacrement du baptême et parle plutôt de « baptisé » [27].

Critique[modifier | modifier le code]

Certains auteurs sont restés sceptiques face à l'interprétation de la nouvelle naissance. En effet ce concept est surtout développé dans l'évangile de Jean, alors que les autres évangiles sont discrets sur le sujet[28], ce qui limite sa centralité dans la théologie chrétienne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Paul Lightner, Handbook of Evangelical Theology, Kregel Academic, USA, 1995, p. 199
  2. Jn 3,3–8.
  3. Sébastien Fath, Du ghetto au réseau: Le protestantisme évangélique en France, 1800-2005, Édition Labor et Fides, France, 2005, p. 37-38
  4. J. Dwight Pentecost, New Wine: A Study of Transition in the Book of Acts, Kregel Academic, USA, 2010, p. 100
  5. J. Philip Wogaman, Douglas M. Strong, Readings in Christian Ethics: A Historical Sourcebook, Westminster John Knox Press, USA, 1996, p. 141
  6. Donald F. Durnbaugh, The Believers' Church: The History and Character of Radical Protestantism, Wipf and Stock Publishers, USA, 2003, p. 65, 73
  7. Michael Edward Williams, Walter B. Shurden, Turning Points in Baptist History, Mercer University Press, USA, 2008, p. 91
  8. Philip LeMasters, Discipleship Between Creation and Redemption: Toward a Believers' Church Social Ethic, University Press of America, USA, 1997, p. 2
  9. Brian Stiller, Evangelicals Around the World: A Global Handbook for the 21st Century, Éditions Thomas Nelson, États-Unis, 2015, p. 34.
  10. Randall Herbert Balmer, Encyclopedia of Evangelicalism: Revised and expanded edition, Baylor University Press, USA, 2004, p. 236 .
  11. Orlando O. Espín, James B. Nickoloff, An Introductory Dictionary of Theology and Religious Studies, Liturgical Press, États-Unis, 2007, p. 425.
  12. Edward E. Hindson, Daniel R. Mitchell, The Popular Encyclopedia of Church History: The People, Places, and Events That Shaped Christianity, Harvest House Publishers, États-Unis, 2013, p. 142.
  13. Wesley Peach, Itinéraires de conversion, Les Editions Fides, Canada, 2001, p.s 56-57.
  14. Stephen J. Hamilton, “Born Again”: A Portrait and Analysis of the Doctrine of Regeneration within Evangelical Protestantism, Vandenhoeck & Ruprecht, Germany, 2017, p. 55
  15. Michael J. Meiring, Preserving Evangelical Unity: Welcoming Diversity in Non-Essentials, Wipf and Stock Publishers , États-Unis, 2009, p. 117.
  16. Walter A. Elwell, Evangelical Dictionary of Theology, Baker Academic, États-Unis, 2001, p. 138.
  17. Allan Anderson, An Introduction to Pentecostalism: Global Charismatic Christianity, Cambridge University Press, UK, 2013, p. 184 .
  18. Veli-Matti Karkkainen, The Spirit in the World: Emerging Pentecostal Theologies in Global Contexts, Wm. B. Eerdmans Publishing, États-Unis, 2009, p. 39.
  19. Justo L. González, Essential Theological Terms, Westminster John Knox Press, USA, 2005, p. 155
  20. Roger E. Olson, The Westminster Handbook to Evangelical Theology, Westminster John Knox Press, USA, 2004, p. 319
  21. Luc 12, 32 ; Apocalypse 7, 4 et 14, 1-3
  22. « La nouvelle naissance : quelle est sa raison d’être ? — BIBLIOTHÈQUE EN LIGNE Watchtower », sur wol.jw.org (consulté le 27 décembre 2019)
  23. André Gounelle, « La déclaration de foi de l'Église Réformée de France », sur le blog d'André Gounelle (consulté le 8 avril 2020)
  24. Élian Cuvillier, Étranges témoins de la Passion, Lyon, Olivétan, (ISBN 9782354790318), cité par Christophe Paya, Repères de théologie pratique – 3, ThEv vol. 10, n°1, 2011, pp.85-94.[1]
  25. Paul F. M. Zahl, The Protestant Face of Anglicanism, Wm. B. Eerdmans Publishing, États-Unis, 1998, p. 98.
  26. Carl Ferdinand Wilhelm Walther, Sermons and prayers for Reformation and Luther commemorations, Joel Baseley, États-Unis, 2008, p. 27.
  27. John F. McHugh, The International Critical Commentary, T&T Clark, États-Unis, 2009, p. 227.
  28. CF. LeFevre, Williamson, ID., The Gospel anchor. Troy, États-Unis, 1832, p. 66.