Boris de Schlœzer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Boris de Schlœzer
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Père
Karl Nestor von Schlözer (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Tatiana de Schlœzer (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Boris Fiodorovitch Schlœzer (Борис Фёдорович Шлёцер, translittéré parfois Boris Fëdorovič Šlëcer ou Boris de Šlëcer), né à Vitebsk le et mort le à Paris, est un écrivain, musicologue et traducteur français d'origine russe.

Issu de la branche russe d'une famille noble allemande (son père, Karl Nestor von Schlözer [1839-1906], était un haut fonctionnaire de l'Empire russe), il émigra en France après la révolution d'Octobre. Il participa à La Nouvelle Revue française, et surtout traduisit de nombreux auteurs russes (Nicolas Gogol, Fiodor Dostoïevski, Vassili Rozanov et surtout son ami Léon Chestov dont il contribua à faire connaître la philosophie). Passionné de musique, il écrivit des monographies sur des compositeurs, parfois en collaboration avec sa sœur Tatiana de Schloezer (1883-1922), qui fut l'épouse d'Alexandre Scriabine.

Ouvrages de Boris de Schloezer[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Scriabine (en russe, Berlin, Éditions Grani, 1923), trad. fr., Paris, Librairie des Cinq continents, 1975.
  • Igor Stravinsky, Paris, Éditions Claude Aveline, 1929.
  • Nicolas Gogol, Paris, Plon, 1932.
  • Nicolas Gogol, l'homme et le poète ou les frères ennemis, Paris, L'Herne, 1972. (Complète refonte du livre précédent).
  • Introduction à J.-S. Bach ; essai d’esthétique musicale (1947 pour la première édition), réédité aux Presses universitaires de Rennes, coll. "Aesthetica" (2009).
  • Problèmes de la musique moderne avec Marina Scriabine, sa nièce], Paris, Minuit, 1959. Réédition aux Presses universitaires de Rennes, 2016, (ISBN 978-2-7535-4766-7)
  • Mon nom est personne, roman, Paris, Seghers, 1969.
  • Nombreux articles dans la NRF, la Revue musicale, la Revue philosophique, Critique, Les Temps modernes, etc.

Traductions[modifier | modifier le code]

Ouvrages sur Boris de Schloezer[modifier | modifier le code]

  • Un volume collectif d'hommages à Boris de Schloezer, Cahiers pour un temps, Paris, Centre Georges Pompidou/Pandora éditions, 1981 (avec des articles d'Yves Bonnefoy, André Boucourechliev, Noël Delvaux, Gilbert Gadoffre, Henri Gouhier, Gaëtan Picon, Georges Poulet, Jean Rousset, Jean Starobinski et Michel Vinaver).
  • Mikel Dufrenne, Phénoménologie de l'expérience esthétique, Paris, PUF, 1967.
  • Christine Esclapez, La musique comme parole des corps. Boris de Schloezer, André Souris et André Boucourechliev, Paris, L'Harmattan, 2007.
  • Gun-Britt Kohler, Boris de Schloezer ( 1881-1969 ). Wege aus der russischen EmigrationI, Cologne, Bölhau, 2003.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :