Boris Stürmer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Boris Stürmer
Shturmer.gif

Boris Stürmer

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions
Liste détaillée
Chevalier de l'ordre de Saint-Alexandre Nevski (d)
Ordre de Saint-Stanislas de première classe (d)
Ordre de Saint-Vladimir de 2e classe (d)
Ordre de l'Aigle blanc
Ordre de Sainte-Anne de première classe (d)
Ordre de Saint-Alexandre NevskiVoir et modifier les données sur Wikidata

Boris Vladimirovitch Stürmer (en russe : Борис Владимирович Штюрмер ; 27 juillet 1848 à Saint-Pétersbourg, Russie - 9 septembre 1917) était un homme politique russe, ministre de l'Intérieur du 3 mars 1916 au 7 juillet 1916, ministre des Affaires étrangères du 20 janvier 1916 à juillet 1916, Président du Conseil du 2 février 1916 au 23 novembre 1916.

Biographie[modifier | modifier le code]

Boris Vladimirovitch Stürmer fut très apprécié par l'impératrice Alexandra. Il fut un homme ambitieux mais de caractère faible, manquant de bon sens, il ne comprit pas les rouages complexes de la politique, il fut un pantin dans les mains de l'impératrice et de Raspoutine.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Diplômé de la faculté de droit de Saint-Pétersbourg, Boris Vladimirovitch Stürmer entama une carrière de bureaucrate.

Grâce à l'appui de l'impératrice, son ascension dans la hiérarchie politique fut rapide.

Boris Stürmer fut maître de cérémonie à la Cour impériale, puis chef de département au ministère de l'Intérieur. En 1894, il fut nommé gouverneur de Novgorod, en 1896, gouverneur de Iaroslavl. Malgré sa réputation de mauvais gestionnaire, il fut admis au Conseil d'État.

Il accompagna Nicolas II en voyage sur la Volga, pour fêter le tricentenaire de la dynastie en 1913, et il parvint alors à gagner la confiance d'un groupe associé à Raspoutine.

Stürmer demanda la permission à l'empereur de changer son patronyme allemand au début de la Première Guerre mondiale pour prendre le nom de Panine (famille noble russe), mais le tsar ne put accéder à sa demande car il devait consulter au préalable les membres de la famille Panine.

Il fut nommé Président du Conseil le 2 février 1916, succédant à Ivan Goremykine, démissionnaire. Il occupa ce poste de février 1916 à novembre 1916. En mars 1916, Nicolas II lui confia le portefeuille de ministre de l'Intérieur. La Russie connaissait alors une augmentation de l'inflation et de graves paralysies dans les transports qui causèrent de graves pénuries alimentaires. La même année, après la démission de Sergueï Sazonov, il fut nommé ministre des Affaires étrangères. Ne possédant aucune connaissance sur les affaires internationales, il fut dans l'impossibilité de donner des ordres cohérents.

Il fut soupçonné de germanophilie. Après la désastreuse offensive d'Alexeï Broussilov (4 juin 1916 à août 1916), on découvrit qu'il avait entamé des négociations de paix séparées avec l'Empire allemand. La pression fut telle que Nicolas II fut contraint de remercier son Premier ministre le 23 novembre 1916.

Il fut remplacé aux fonctions de Président du Conseil par Alexandre Feodorovitch Trepov et au ministère des Affaires étrangères par Nicolas Pokrovski.

Décès[modifier | modifier le code]

Placé en état d'arrestation par le gouvernement provisoire, Boris Vladimirovitch Stürmer décéda dans la prison Pierre-et-Paul à Petrograd, le 2 septembre 1917.

À noter[modifier | modifier le code]

Le grand-oncle de Boris Stürmer fut l'un des gardiens de Napoléon Ier à l'île Sainte-Hélène.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]