Boris Pavlovitch Belooussov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres personnes portant le même patronyme, voir Belooussov.
Boris Pavlovitch Belooussov
Description de cette image, également commentée ci-après

Boris Pavlovitch Belooussov en 1930

Naissance
Moscou (Drapeau de l'Empire russe Empire russe)
Décès (à 77 ans)
Moscou (Drapeau de l'URSS Union soviétique)
Nationalité soviétique
Distinctions prix Lénine

Boris Pavlovitch Belooussov (en russe: Борис Павлович Белоусов; Белоусов) ( - ) est un chimiste et biophysicien soviétique qui a découvert la réaction de Belousov-Zhabotinsky (réaction BZ) au début des années 1950. Ses travaux furent la base de la cinétique chimique non linéaire moderne[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille de Beloussov avait de fortes sympathies anti-tsaristes et, après la révolution russe de 1905, ils furent arrêtés et plus tard forcés de quitter le pays[2]. Ils s’installèrent en Suisse, où Boris étudia la chimie à Zurich.

De retour en Russie au début de la Première Guerre mondiale[3], Belousov essaya de rejoindre l'armée, mais fut refusé pour des raisons médicales. Il obtint un emploi dans un laboratoire militaire sous la direction du chimiste Vladimir Nikolaïevitch Ipatieff (en)[3]. Sa valeur à l'institut est indiquée par son grade militaire, commandant de brigade, correspondant à peu près au grade de général.

Après avoir quitté l'armée, il prit un emploi dans le laboratoire de biophysique du ministère de la Santé de l'URSS, où il travailla dans le domaine de la toxicologie. En cherchant un analogue inorganique du cycle de l'acide citrique biochimique que Beloussov découvrit par hasard une réaction chimique oscillante. Il essaya deux fois, sur une période de six ans, de publier ses découvertes, mais les éditeurs des revues auxquels il présenta ses articles restèrent incrédules et rejetèrent son travail[4] l’estimant « impossible ». Il a pris cet échec très difficilement.

Le biochimiste Simon El'evich Shnoll (en), à l'Institut de biophysique théorique et expérimentale (Puschino), entendit parler des travaux de Beloussov et essaya de l'encourager à poursuivre. Beloussov donna à Schnoll certaines de ses notes expérimentales et fut d’accord pour publier un article dans une publication obscure, non revue, mais décida alors de stopper ses travaux scientifiques. Schnoll donna le projet à un étudiant diplômé, Anatoli Jabotinski (en), qui étudia en détail la réaction et réussit à publier ses résultats. La réaction porte maintenant les noms des deux chercheurs Beloussov et Jabotinski[5].

Belousov reçut à titre posthume le prix Lénine en 1980 pour ses travaux sur la réaction BZ[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Karl A. Gschneidner, LeRoy Eyring, M. Brian Maple, Handbook on the Physics and Chemistry of Rare Earths, Elsevier, (ISBN 0-444-52142-9)
  2. « Симон Шноль. Б. П. Белоусов и его колебательная реакция » [archive du ] (consulté le 3 juillet 2010)
  3. a et b Ник. Горькавый. Сказка о химике Белоусове, который изготовил жидкие часы: Ж. НиЖ №2, 2011 г.
  4. A.T. Winfree (1984), The Prehistory of the Belousov-Zhabotinsky Oscillator, Journal of Chemical Education, 61, 661--663 (PDF)
  5. a et b Зачернюк А. Б., Открытие колебательных химических реакций – ЛЕТОПИСЬ ВАЖНЕЙШИХ ОТКРЫТИЙ.

Liens externes[modifier | modifier le code]