Boris Bergmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Boris Bergman.
Boris Bergmann
Naissance
Paris
Activité principale
écrivain
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
roman

Œuvres principales

Boris Bergmann, né à Paris en [1], est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son premier roman, Viens là que je te tue ma belle, aux éditions Scali, journal imaginaire d'un jeune adolescent qui découvre la nuit et la transgression à travers le rock and roll, reçoit le Prix de Flore du Lycéen[1], récompense créée spécialement pour lui par Frédéric Beigbeder et le jury du Prix. Il est adapté pour Arte par Jean-Stéphane Sauvaire sous le titre de Punk[2],[3], avec Béatrice Dalle, Paul Bartel, Marie-Ange Casta et Bernie Bonvoisin.

En janvier 2010, il publie son second roman, 1 000 Mensonges, aux éditions Denoël : les confidences d'un menteur qui tombe amoureux. Il entre alors à Sciences Po et y effectue sa scolarité[4].

En août 2016, il sort son troisième roman, Déserteur, aux éditions Calmann-Levy : le récit d'un jeune hacker utilisé par l'armée pour programmer les drones dans la guerre contre le califat. Envoyé en mission dans le désert, il sera forcé de prendre part à des actes terribles qui vont le pousser à s'engager et à se faire face pour la première fois.

Il a également collaboré à de nombreuses revues littéraires (La Règle du Jeu[5], Edwarda[6], L'écho d'Orphée) ainsi qu'à divers magazines et journaux.

En septembre 2017, il est admis comme pensionnaire de la Villa Medicis, promotion 2017/2018. Son projet porte sur le fanatisme[7].

En janvier 2018, il sort son quatrième roman, Nage Libre : l'histoire d'Issa, jeune d'un Paris populaire, qui va se libérer par la nage, la quête de désirs et d'amitié[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Boris Bergmann: «A moi de prouver que je ne suis pas un one shot» », sur www.20minutes.fr (consulté le 2 août 2017)
  2. Vincent Ostria, « "Punk" : téléfilm frissonnant », sur Les Inrocks, (consulté le 2 août 2017).
  3. « Punk (TV Movie 2012) » (consulté le 2 août 2017).
  4. « "Déserteur" : Boris Bergmann décode la guerre virtuelle », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  5. « Le Musée imaginaire de l'écrivain Boris Bergmann - La Règle du Jeu », La Règle du Jeu,‎ (lire en ligne).
  6. Edwarda, « N°6 Précision | Edwarda », sur www.edwarda.fr (consulté le 2 août 2017).
  7. « Boris Bergmann - pensionnaire Villa Medicis ».
  8. « Fuir la Zone », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]