Boris Bergmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Boris Bergman.
Boris Bergmann
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Écrivain
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

Boris Bergmann, né à Paris en [1], est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son premier roman, Viens là que je te tue ma belle, aux éditions Scali, journal imaginaire d'un jeune adolescent qui découvre la nuit et la transgression à travers le rock and roll, reçoit le Prix de Flore du Lycéen[1], récompense créée spécialement pour lui par Frédéric Beigbeder et le jury du Prix. Ce roman est adapté en 2012 pour Arte par Jean-Stéphane Sauvaire sous le titre de Punk[2],[3], avec Béatrice Dalle, Paul Bartel, Marie-Ange Casta et Bernie Bonvoisin.

En janvier 2010, il publie son second roman, 1 000 Mensonges, aux éditions Denoël : les confidences d'un menteur qui tombe amoureux. Il entre alors à Sciences Po et y effectue sa scolarité[4].

En août 2016, il sort son troisième roman, Déserteur, aux éditions Calmann-Levy : le récit d'un jeune hacker utilisé par l'armée pour programmer les drones dans la guerre contre le califat. Envoyé en mission dans le désert, il sera forcé de prendre part à des actes terribles qui vont le pousser à s'engager et à se faire face pour la première fois.

Il a également collaboré à de nombreuses revues littéraires (La Règle du Jeu[5], Edwarda[6], L'écho d'Orphée) ainsi qu'à divers magazines et journaux.

En septembre 2017, il est admis comme pensionnaire de la Villa Medicis, promotion 2017/2018. Son projet porte sur le fanatisme[7].

En janvier 2018, il sort son quatrième roman, Nage libre : l'histoire d'Issa, jeune d'un Paris populaire, qui va se libérer par la nage, la quête de désirs et d'amitié[8].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Nouvelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Boris Bergmann: «A moi de prouver que je ne suis pas un one shot» », sur www.20minutes.fr (consulté le 2 août 2017)
  2. Vincent Ostria, « "Punk" : téléfilm frissonnant », sur Les Inrocks, (consulté le 2 août 2017).
  3. « Punk (TV Movie 2012) » (consulté le 2 août 2017).
  4. « "Déserteur" : Boris Bergmann décode la guerre virtuelle », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  5. « Le Musée imaginaire de l'écrivain Boris Bergmann - La Règle du Jeu », La Règle du Jeu,‎ (lire en ligne).
  6. Edwarda, « N°6 Précision | Edwarda », sur www.edwarda.fr (consulté le 2 août 2017).
  7. « Boris Bergmann - pensionnaire Villa Medicis ».
  8. « Fuir la Zone », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]