Borel (Marseille)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Borels
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Ville Marseille
Arrondissement municipal 15e
Démographie
Population 4 389 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 56″ nord, 5° 21′ 55″ est
Transport
Bus Autobus de MarseilleLigne 30 Ligne 121 Ligne 122 Bus de nuit 530
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Borels

Géolocalisation sur la carte : Marseille

Voir sur la carte administrative de Marseille
City locator 14.svg
Les Borels

Borel, ou Les Borels, est un quartier du 15e arrondissement de Marseille voisin de Saint-Antoine et des Aygalades.

Toponymie[modifier | modifier le code]

De l’occitan borèl, désignant un coussin garni de bourre, issu du bas latin burra, « laine grossière, bourre ». Le sens a évolué pour désigner le coussin annulaire qu’on mettait sur sa tête pour porter les fardeaux puis le collier rembourré pour les bêtes de trait et enfin le harnais ou une simple pièce de harnachement.

Une archéologie du paysage urbain[modifier | modifier le code]

La présence, aujourd'hui encore, de fermes, de bastides et de cabanons témoigne de l'ancien terroir rural, à vocation agricole.

Le canal de Marseille, la voie ferrée, le viaduc ferroviaire des Aygalades, quelques fours à chaux sont les éléments les plus marquants des modifications du paysage liées au développement des échanges aux entrées de Marseille pendant le XIXe siècle.

Dernier avatar de ce type, le tunnel autoroutier de Saint-Antoine constitue depuis sa mise en service en 1947 l'une des portes du Marseille contemporain, fonction clairement exprimée par la symbolique de son décor de bas-reliefs en béton Marseille et la mer Méditerranée, dus au sculpteur Jean-Marie Baumel en 1950[1] et représentant au nord un bateau, l'abbaye de Saint-Victor et l'hôtel de ville de Marseille, et au sud une femme symbolisant la Provence, le Palais des papes et les arènes d'Arles[2].

En grande partie, l'habitat actuel est de type individuel, petites villas avec jardins ou jardins-terrasses, maisonnettes sur cour. Ces constructions datent de l'Entre-deux-guerres et ont été réalisées sur le lotissement des anciens domaines agricoles, dont l'un, celui de la famille Borel, a donné son nom au quartier.

Même si un nombre certain de villas témoigne de la continuité de ce type d'habitat des années 1960 à nos jours, le type marquant, pour le paysage désormais urbain de la deuxième moitié du XXe siècle, est celui des lotissements concertés d'immeubles.

Sur les hauteurs du quartier de la Savine : la pagode Phap Hoa

On l'a vu, le quartier de Borel n'est pas issu d'un de ces fameux noyaux villageois qui maillent la ville actuelle. Aussi est-il significatif de constater que les seuls édifices cultuels inventoriés, l'église arménienne des Saints Tatéos et Parthomios et la pagode bouddhiste Phaphoa, sont l'expression de deux des vagues migratoires que Marseille connaît depuis son origine.

Un exemple d'aménagement culturel du territoire[modifier | modifier le code]

Les éléments recueillis sur le terrain, complétés par le résultat d'une recherche en archives, serviront de matériau à l'élaboration d'une base de données documentaire susceptible d'enrichir la base nationale Mérimée. Ces données seront également reportées sur une Carte du Patrimoine, document cartographique destiné à faciliter la localisation, l'identification et la gestion du patrimoine architectural.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Base Mérimée
  2. Marseille, ville sculptée [1]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Statistiques quartiers 15e arrondissement de Marseille