Bordj Moulay Hassan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bordj Moulay Hassan
Fort l'Empereur (fra)

سلطان قلعه‌سى (ota)

Bordj Moulay Hassan
Bordj Moulay Hassan au XIXe siècle
Localisation
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Alger
Commune El Biar
Coordonnées 36° 46′ 25″ nord, 3° 02′ 45″ est

Géolocalisation sur la carte : Wilaya d'Alger

(Voir situation sur carte : Wilaya d'Alger)
Bordj Moulay Hassan
Bordj Moulay Hassan
Histoire
Époque Régence d'Alger (XVIe siècle)

Bordj Moulay Hassan[1] ((ara) برج مولاي حسن) ou Fort de l'Empereur était une forteresse ottomane couvrant le sud d'Alger située au sommet de la colline du Savon (Koudia-es-Sebaoun).

Cette citadelle avait été édifiée par le Beylerbey après le siège manqué de la ville par les armées de Charles Quint (l’empereur germanique, d'où le nom de l'endroit) en 1541. La chute de la forteresse dans les premiers jours de juillet 1830, marqua l'étape décisive de la prise d'Alger par les Français.

La tour du Fort de l’Empereur, qui servait de repère aux aviateurs allemands, fut dynamitée le 3 février 1943 par le génie militaire allié.

Histoire[modifier | modifier le code]

Explosion du fort de l'Empereur, juillet 1830.

Bordj Moulay Hassan est construit sur ordre de Hassan Pacha, beylerbey d'Alger et fils de Kheireddine Barberousse (fondateur de la régence d'Alger). Il se veut un renforcement du dispositif de défense d'Alger suite à l'expédition d'Alger de 1541 dirigée par l'empereur Charles Quint. Il est réalisé selon les plans d'un renégat grec, un dénommé caïd Hassan et doté à l'origine de 480 pièces de canons. Ce fort historique portera plusieurs noms[1],[2]:

  • Bordj Moulay Hassan : nom local, en l'honneur de son fondateur Hassan Pacha ;
  • Fort l'Empereur, sous la colonisation française, en l'honneur de Charles Quint ;
  • Sultan Kala'si ((ota) سلطان قلعه‌سى), en turc ottoman, en référence également à Charles Quint.

Ce fort est dévasté lors de l’expédition d'Alger de 1830 : la poudrière explose durant l’assaut[3].

Référence[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nadir Assari, Alger: des origines à la régence turque, Alpha, (ISBN 9789961780152, lire en ligne), p. 124
  2. Société de géographie d'Alger et de l'Afrique du Nord, Bulletin, (lire en ligne), p. 351
  3. Kaddour MʼHamsadji, Casbah d'Alger, autrefois, Office des publications universitaires, (lire en ligne), p. 78

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Gandini, Alger de ma jeunesse, Gandini, (réimpr. juin 2003), 240 p., 21cm x 27cm
  • « Fort-l'Empereur » par Sabrina L. dans Le Soir d'Algérie, n° du 28-29 nov. 2008
  • Jean Sayme, « Alger-Revue », n° de l’été 1956