Bookmaker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un bookmaker, ou bookmakeur (ou encore preneur de paris[1]), souvent abrégé en « bookie » dans le monde anglophone[2],[3], est une personne morale ou physique permettant de parier de l'argent sur des évènements, le plus souvent sportifs.

Dans de nombreux pays, l'activité de bookmaker est interdite. Elle a été et reste de ce fait souvent pratiquée de manière illégale et « souterraine », dégageant d'immenses profits pour la pègre[4],[2],[3].

Activité sur Internet[modifier | modifier le code]

Au cours des dernières années, le phénomène des paris sportifs s'est développé de façon incontrôlable et exponentielle sur Internet, y compris sur des sites accessibles depuis la France et ce en contradiction avec le monopole de l'État sur les jeux établi par un édit du roi François Ier datant de 1539[5].

France[modifier | modifier le code]

La législation française avait interdit l'exercice des bookmakers en France en raison du monopole des paris sportifs accordés à la Française des jeux et au PMU[6], mais la polémique juridique sur les paris sportifs est venue de la législation et de la jurisprudence européenne, qui étaient en contradiction avec la législation française.

Ainsi malgré les tentatives de l'État français de contrer les bookmakers (en témoigne l'arrestation en septembre 2006 des deux dirigeants de la société Bwin et leur mise en examen[7]), le monopole a disparu au conformément à la législation européenne, et la France a autorisé à partir de cette date les sites de paris en ligne[8].

La loi no 2010-476 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne, publiée au Journal officiel du est désormais applicable. Elle met de cette manière fin au monopole de la Française des jeux et autorise initialement onze bookmakers sur le territoire[9].

Concrètement, la loi prévoit d'autoriser l'exploitation de sites proposant des paris hippiques mutuels, des paris sportifs, et du poker. La loi subordonne la faculté pour un opérateur de proposer des jeux d'argent ou des paris en ligne, à l'obligation d'obtenir un agrément préalable auprès de l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel).

En avril 2020, treize opérateurs étaient agréés en France[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]