Bonzac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bonzac
L'église Saint-Genès.
L'église Saint-Genès.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Libourne
Canton Le Nord-Libournais
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Libournais
Maire
Mandat
Jean-Luc Darquest
2014-2020
Code postal 33910
Code commune 33062
Démographie
Gentilé Bonzacais
Population
municipale
755 hab. (2014)
Densité 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 00′ 28″ nord, 0° 13′ 16″ ouest
Altitude Min. 1 m – Max. 74 m
Superficie 7,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de la Gironde
City locator 14.svg
Bonzac

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Bonzac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonzac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonzac

Bonzac est une commune du Sud-Ouest de la France, dans le département de la Gironde en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Belvédère près de la mairie

Commune de l'aire urbaine de Libourne située dans le Libournais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bonzac[1]
Saint-Martin-de-Laye Sablons
Saint-Martin-du-Bois Bonzac[1]
Savignac-de-l'Isle Saint-Denis-de-Pile

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Bonzac est liée à celle des Decazes. Élie Decazes, duc et pair de France, transforma au XIXe siècle la maison familiale en demeure somptueuse.

La commune fut également visitée par Charlemagne (769) qui étaient à la poursuite d’Hunol. Charlemagne, après avoir défilé devant Corterate (Coutras) emprunte la voie latine qui traverse Guîtres, Bonzac, Savignac et Galgon.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bonzac Blason Parti, au premier de gueules au moulin couvert d’argent, sans ailes, maçonné de sable et au deuxième coupé au I d’or au tonneau couché de gueules cerclé de sable de quatre pièces, surmonté d’une feuille de vigne de sinople flanquée de deux grappes de raisin aussi de gueules tigées et vrillées aussi de sinople et au II d’azur à l’alose d’argent en bande et au comble cannelé cousu de sinople [2].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Jean-Luc Darquest   Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 755 habitants, en augmentation de 0,53 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
668 610 744 613 607 586 564 551 529
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
508 501 562 508 522 517 511 461 408
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
432 439 429 412 378 327 331 338 362
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
332 303 349 515 618 623 665 751 755
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

}

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Tombeau du duc Decazes
  • L'église paroissiale Saint-Genès : église de style néogothique, édifiée au XIXe siècle. Elle abrite plusieurs tableaux dont une Résurrection de Lazare (classée Monument historique -2005), peinte en 1800 par le peintre Sébastien Venet,cette œuvre est un don probable du duc Decazes. Près du portail occidental de l'église, se trouve une croix de cimetière (Monument Historique 1905), du XVIe siècle, reposant sur un emmarchement à trois degrés. Le fût est sculpté sur chacune des faces d'une statuette, placée sous une accolade de choux frisés. Ces statuettes figurent sainte Catherine d'Alexandrie, saint Genès, patron de la paroisse, une femme jouant d'une sorte de viole et un abbé. Dans le cimetière, se trouve le tombeau d'Elie Decazes, duc et pair de France, qui fut ministre de Louis XVIII et fondateur des forges de Decazeville (Aveyron)[7]. Le tympan du portail est gravé avec la devise du cardinal Ferdinand Donnet, archevêque de Bordeaux au XIXe siècle : « Ad finem fortiter omnia suaviter » (Vers le but courageusement, en toute chose doucement.)
  • Croix du cimetière de Bonzac
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Château de Richon (XVe siècle).
  • Château de l’Arc (XVIIIe siècle)
  • Château de Lagrave (XIXe siècle).
  • Château de la Madeleine (XIXe siècle)
  • Château Trincaud (néogothique anglais)
  • Château de Montfavier (XVIIe siècle).
  • Château de Chevalier (néo-gothique, XIXe siècle).
  • La mairie, construite au XIXe siècle, englobe la tour d'un ancien moulin à vent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'histoire de Bonzac est liée à celle des Decazes. Élie Decazes, duc et pair de France, transforma au XIXe siècle la maison familiale en demeure somptueuse.
  • Charles Trochu (1898-1961), président du conseil municipal de Paris de mai 1941 à mai 1943, est décédé sur la commune (château de la Madeleine).
  • Bonzac est également la patrie de Clément Thomas, député girondin à la Constituante de 1848, commandant de la Garde nationale, fusillé par les insurgés à Montmartre, le 18 mars 1871.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]