Bono (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bono (homonymie).

Bono
Bono (Italie)
Mairie de Bono
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la Sardaigne Sardaigne 
Province Sassari 
Maire Michela Sau
2012
Code postal 07011
Code ISTAT 090012
Code cadastral A977
Préfixe tel. 079
Démographie
Population 3 679 hab. (31-12-2010[1])
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 24′ 55″ nord, 9° 01′ 43″ est
Superficie 7 454 ha = 74,54 km2

Géolocalisation sur la carte : Sardaigne

Voir sur la carte administrative de Sardaigne
City locator 14.svg
Bono

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Bono

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Bono
Liens
Site web www.comune.bono.ss.it

Bono est une commune italienne de la province de Sassari dans la région Sardaigne en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes contigües de Bono sont : Anela, Benetutti, Bonorva, Bottidda, Bultei, Nughedu San Nicolò, Oniferi et Orotelli.

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2012   Michela Sau Liste civique  
Les données manquantes sont à compléter.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Michel Archange[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Michel Archange (Chiesa San Michele Archangelo) est l'église paroissiale, située au cœur de la ville. Elle est datée du XIe siècle.

« La vaste et vieille paroisse Saint-Michel est assez curieuse : au chœur, une statue colossale du saint, intéressante par son antiquité, passe pour un ouvrage de la fin du XIe siècle ; l'archange y paraît beaucoup trop irrité contre le dragon, et il ne le terrasse point avec ce calme puissant et presque divin de la sublime toile de Raphaël. Quelques autres statues plus modernes sont estimées. Le délabrement de cette paroisse remonte aux excès commis en Sardaigne par les Allemands protestants de l'armée de Charles-Quint, envoyés pour soumettre les insurgés. Un objet précieux échappa à cette rapacité sacrilège ; c'est un calice avec sa patène, travail du XIIe siècle et portant les armes du Juge de Logudoro, Gonnario, le pieux fondateur du château de Goceàno. »

— Antoine Claude Valery in Voyages en Corse, à l'île d'Elbe et en Sardaigne, 1837 - tome 2, p. 311.

Notes et références[modifier | modifier le code]