Bongzilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bongzilla
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Heavy metal[1], sludge metal[1], doom metal[1], stoner metal[1]
Années actives 19952009, depuis 2015
Labels Relapse Records, Rhetoric Records, Barbarian Records, Pinecone Records (ancien), Thunder Lizard Records (ancien), Howling Bull America (ancien), HG Fact Records (ancien)
Composition du groupe
Membres Mike Makela
Jeff Schultz
Cooter Brown
Mike Henry
Anciens membres Dave Collins
Nate Dethlefsen
Nate Bush

Bongzilla est un groupe de heavy metal américain, originaire de Madison, dans le Wisconsin. Formé en 1995, le groupe mêle doom metal et stoner metal. Comme leur nom l'indique, une grande partie (sinon la totalité) de leur œuvre traite de la drogue, plus spécialement du cannabis. En 1998, ils signent avec Relapse Records, et compteront un total de quatre albums studio ainsi qu'un album live.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le groupe est formé en 1996 « autour d'un bong[2]. » Le nom est adopté par tous les membres pour leur intérêt commun pour la drogue. Après sa formation, Bongzilla enregisre une première démo produite par Steve Austin du groupe Today Is the Day. Avec quelques EPs et splits publiés dans de petits labels indépendants, le groupe gagne un contrat avec Relapse Records[3].

Chez Relapse, ils publient trois albums studio, dont Stash en 1999, ainsi qu'un album live, Live from the Relapse Contamination Festival, en 2004. Pendant ce temps, le groupe continue de sortir quelques splits dans de petits labels, et participe aux samplers Harvestfest et Weedstock Vol.1[3]. Michael « Magma » Henry et Michael « Muleboy » John Makela forment un groupe similaire appelé Aquilonian en 2007. Après cette formation, le groupe est rapidement dissous. En 2008, ils participent à la compilation Nuggets publié au label Barbarian Records.

Le groupe revient en 2015 pour une tournée européenne et américaine[4]. En décembre 2016, ils sont annoncés à l'affiche du festival Roadburn 2017[5].

Style musical et thème[modifier | modifier le code]

Le cannabis, thème principal de Bongzilla.

Toutes les chansons de Bongzilla traitent, avec le consommateur, de l'effet et l'utilisation du cannabis. Le groupe se centre initialement et exclusivement sous l'influence de la drogue[6].

Le groupe mêle des éléments de heavy metal, hard rock et southern rock. Il s'inspire de groupes catégorisés sludge metal, drone metal, et stoner doom[2]. Certains critiques y voient même un mélange de stoner doom et de sludge avec du southern rock et du groove blues[6],[7].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Mike « Muleboy » Makela - chant, guitare (1995–2009, depuis 2015)
  • Jeff « Spanky » Schultz - guitare (1995–2009, depuis 2015)
  • Mike « Magma » Henry - batterie (1995–2009, depuis 2015)
  • Cooter Brown - basse (2001–2005, depuis 2015)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Dave « Dixie » Collins - basse (2005-2009)
  • Nate « Weed Dragon » Dethlefsen - basse (1995-2001)
  • Nate Bush - basse

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Stash (réédité en 2007 par Relapse Records en double-CD avec Methods for Attaining Extreme Altitudes)
  • 2000 : Apogee
  • 2002 : Gateway
  • 2005 : Amerijuanican

EP[modifier | modifier le code]

  • 1996 : Mixed Bag
  • 1997 : Budgun/THC (split avec Meatjack)
  • 1998 : Brownie/Gungeon (split avec Cavity)
  • 1998 : Witch Weed (split avec Hellchild)
  • 1998 : Hemp for Victory (EP)
  • 1998 : Methods for Attaining Extreme Altitudes (réédité en 2007 par le label Modus Operandi)

Compilations et album live[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Shake: the Singles (contient tous les EP précédemment sortis et plusieurs titres bonus) (compilation)
  • 2004 : Live from the Relapse Contamination Festival (album live)
  • 2005 : Nuggets (compilation)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Bongzilla Biography », sur AllMusic (consulté le 20 janvier 2017).
  2. a et b (de) Scott Heller, « Bongzilla », sur Aural Innovations (consulté le 3 juin 2014).
  3. a et b (en) Garry Sharpe-Young : A-Z of Doom, Goth and Stoner Metal. 2003, (ISBN 978-1-90144-714-9).
  4. (en) « Bongzilla are back (again), playing NYC after European tour », sur Brooklyn Vegan,‎ (consulté le 20 janvier 2017).
  5. « Bongzilla, Big Business et plus à l’affiche du ROADBURN 2017. », sur theheavychronicles.com (consulté le 20 janvier 2017).
  6. a et b (de) Arne, « Bongzilla (Amerijuanican) » (consulté le 3 juin 2014).
  7. (de) Captain Chaos, « BONGZILLA: Amerijuanican », sur Vampster (consulté le 3 juin 2014).

Lien externe[modifier | modifier le code]