Bonaventure d'Argonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonaventure.
Bonaventure d'Argonne
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
AubevoyeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Ordre religieux

Noël Argonne, dit dom Bonaventure d'Argonne, dit monsieur de Moncade, dit Vigneul-Marville, est un moine et homme de lettres français né à Paris (probablement en 1634), mort à Aubevoye le . Il est connu pour sa critique injuste des Caractères de La Bruyère.

Biographie[modifier | modifier le code]

La date de sa naissance à Paris fait débat : 1630, 1634 ou 1640. Benjamin Rountree estime que la plus probable est « de loin » 1634[1]. Fils d'un orfèvre, il devient avocat[2]. À vingt-huit ans[3], las de la vie du siècle, il se fait chartreux à Gaillon, en Normandie[2], et prend le nom de religion de Bonaventure[3]. Il est ensuite père vicaire de la chartreuse de Rouen[2].

Mais, dans sa retraite, cet homme spirituel et savant a gardé le goût de la littérature, et il entretient des relations avec ses amis érudits d'autrefois[4]. Il publie le premier de ses livres sans nom d'auteur. Il use ensuite des pseudonymes de monsieur de Moncade et de Vigneul-Marville. Il est, selon Voltaire, « le seul chartreux qui ait cultivé la littérature[5] ». Mais les lecteurs de La Bruyère ne lui pardonnent pas sa critique injuste des Caractères[4].

Il meurt à la chartreuse Notre-Dame-de-Bonne-Espérance, à Aubevoye, près de Gaillon, dans le département actuel de l'Eure, le [3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Traité de la lecture des Pères de l'Église, 1688. Jean Mabillon appréciait beaucoup ce livre[3].
  • L'Éducation, maximes et réflexions de monsieur de Moncade, avec un discours du sel dans les ouvrages d'esprit, Rouen, Vve d'A. Maurry et P. Ferrand, 1691.
  • Mélanges d'histoire et de littérature, recueillis par Vigneul-Marville, 3 vol., 1699-1701. Anecdotes littéraires, réflexions critiques et traits satiriques (il contient « Sentiments critiques sur Les Caractères de monsieur de La Bruyère »)[4].

Bonaventure d'Argonne aurait laissé d'autres ouvrages, dont on ignore s'ils sont perdus à jamais ou s'ils reposent dans quelque bibliothèque[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Benjamin Rountree, Bonaventure d'Argonne : the Seventeenth Century's Enigmatic Carthusian, sur books.google.fr, Genève, Droz, 1980, p. 35, note 6. Selon la « notice d'autorité personne » de la Bibliothèque nationale de France, il serait né le .
  2. a b c et d Paul-Martin Bondois, « Argonne (Noël, dit Bonaventure d') », in Jules Balteau, Marius Barroux, Michel Prévost, Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 1939, t. III, p. 192.
  3. a b c et d Adrien Beuchot, « Argonne (Noël, dit Bonaventure) », in Louis-Gabriel Michaud (dir.), Biographie universelle ancienne et moderne, Paris, Desplaces ; Leipzig, Brockhaus, 1843, t. II, p. 193.
  4. a b et c Jean-Chrétien-Ferdinand Hœfer (dir.), « Argonne (Noël, dit Bonaventure d') », Nouvelle Biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à 1850-1860, Copenhague, Rosenkilde et Bagger, 1964, t. III-IV, p. 134.
  5. Cité par Adrien Beuchot, op. cit., t. II, p. 193.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Benjamin Rountree, Bonaventure d'Argonne : the Seventeenth Century's Enigmatic Carthusian, Genève, Droz, 1980.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]