Bonapartesaurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bonapartesaurus rionegrensis

Bonapartesaurus est un genre éteint de dinosaures herbivores « à bec de canard » du sous-ordre des ornithopodes et de la famille des hadrosauridés. Ses fossiles ont été découverts en Argentine, dans la partie terminale du Crétacé supérieur, dans la partie inférieure de la formation géologique d'Allen, un niveau stratigraphique daté du Campanien supérieur au Maastrichtien inférieur, soit il y a environ 72 Ma (millions d'années)[1].

Une seule espèce est rattachée au genre : Bonapartesaurus rionegrensis, décrite par Penélope Cruz-Caballero et Jaime Powell en 2017[1].

Découverte et historique[modifier | modifier le code]

Les restes fossiles de l'animal ont été retrouvés par le paléontologue argentin Jaime Powell et son équipe en 1984 puis décrits par lui en 1987. Il les identifie comme appartenant à un « lambéosauriné indéterminé », proche par sa grande taille et ses épines neurales très développées des genres Hypacrosaurus et Barsboldia[2].

En 2010, Rubén D. Juárez Valieri et ses collègues érigent un nouveau genre d'hadrosauridé et son espèce, appelés Willinakaqe salitralensis à partir de deux sites (Salitral Moreno et Islas Malvinas) de la formation d'Allen[3]. Les fossiles sont pour la plupart conservés dans la collection du musée provincial Carlos Ameghino, où le spécimen a été examiné par Powell et a été transformé en paratype de ce nouveau genre, en plus de l'holotype « Lapampasaurus », en tant que matériau attribué à W. salitralensis[4].

Penélope Cruzado Caballero et Rodolfo Coria reprennent l'étude des fossiles attribués à Willinakaqe en 2016. Ils concluent que les fossiles peuvent appartenir à plus d'un taxon d'hadrosauridés et que les caractéristiques utilisées dans le diagnostic ne seraient pas valables. Pour eux, l'holotype est trop altéré et incomplet pour être suffisamment diagnostique. Ils dégradent ainsi Willinakaqe au rang d'« hadrosauridé indéterminé », un nomen vanum (en) (mauvais nom ou mauvaise identification)[5],[1].

En 2017, Cruzado-Caballero et Powell réassignent le paratype de Willinakaqe salitralensis à un nouveau genre et espèce, Bonapartesaurus rionegrensis, considérant Willinakaqe comme une chimère paléontologique constituée des restes mélangés de différents hadrosauridés, et donc comme un nom invalide[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le spécimen holotype MPCA-Pv SM2/1-71 est un squelette partiel composé de 4 vertèbres dorsales, d'un sacrum complet, de 27 vertèbres caudales, de 18 arc hémaux, de 3 côtes dorsales, d'un fragment distal d’omoplate droite, d'un fragment distal d’humérus gauche, d'un cubitus gauche, d'un iliom droit, d'un pubis gauche presque complet, de fragments distaux des ischions, des deux fémurs, tibias et fibulae, d'une astragale gauche, d'un calcanéum droit et d'un pied gauche articulé presque complet[1]. Tous ses fossiles proviennent du site de Salitral Moreno dans la province de Río Negro dans le centre-sud de l'Argentine.

Les caractères dérivés uniques (autapomorphies) qui distinguent le genre Bonaparteosaurus incluent, entre autres, pour la colonne vertébrale :

  • un rapport de hauteur entre épines neurales et les épines transverses des sacrées supérieur à 3,5 ;
  • des vertèbres caudales antérieures avec de épines neurales extrêmement longues ;
  • un processus pré-acétabulaire légèrement courbé ventralement, formant un angle supérieur à 150°[1].

Classification[modifier | modifier le code]

L'analyse phylogénétique réalisée lors de la description de Bonapartesaurus est la seule disponible qui intègre ce genre. Elle s'appuie sur la définition des Hadrosauridae de Paul Sereno en 1998[6], mais aussi sur la définition traditionnelle de la sous-famille des Hadrosaurinae, alors qu'un large consensus existe parmi les paléontologues pour la nommer Saurolophinae[7],[8],[9],[10].

Les inventeurs du genre placent Bonaparteosaurus dans la tribu des Saurolophini en compagnie du seul genre Saurolophus spp., loin du genre Willinakaqe qui est positionné selon ses auteurs dans la tribu des Kritosaurini[3]. Le cladogramme est donc celui de Cruzado-Caballero et Powell en 2017[1] :

Hadrosaurinae/Saurolophinae


Hadrosaurus foulkii



Wulagasaurus dongi



Acristavus gagslarsoni




Maiasaura peeblesorum



Brachylophosaurus canadensis







Kritosaurus navajovius




Gryposaurus notabilis



Gryposaurus monumentensis



Gryposaurus incurvimanus



Gryposaurus latidens







Kerberosaurus manakini




Shantungosaurus giganteus




Edmontosaurus regalis




Edmontosaurus saskatchewanensis



Edmontosaurus annectens









Lophorhothon atopus




Prosaurolophus maximus




Bonapartesaurus rionegrensis




Saurolophus osborni



Saurolophus angustirostris











Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (en) P. Cruzado-Caballero et J. E. Powell, « Bonapartesaurus rionegrensis, a new hadrosaurine dinosaur from South America: implications for phylogenetic and biogeographic relations with North America », Journal of Vertebrate Paleontology, no In press,‎ , p. 1–16 (DOI 10.1080/02724634.2017.1289381)
  2. (es) J. E. Powell, « Hallazgo de un Dinosaurio Hadrosáurido (Ornithischia, Ornithopoda) en la Formación Allen (Cretácico Superior) de Salitral Moreno, Provincia De Río Negro, Argentina », Décimo Congreso Geológico Argentino, vol. Actas 3,‎ , p. 149–152
  3. a et b (en) Rubén D. Juárez Valieri, José A. Haro, Lucas E. Fiorelli et Jorge O. Calvo, « A new hadrosauroid (Dinosauria: Ornithopoda) from the Allen Formation (Late Cretaceous) of Patagonia, Argentina », Revista del Museo Argentino de Ciencias Naturales n.s., vol. 11, no 2,‎ , p. 217–231 (lire en ligne)
  4. (es) R. A. Coria, B. González-Riga et S. Casadío, « Un nuevo Hadrosáurido (Dinosauria, Ornithopoda) de la Formación Allen, Provincia De La Pampa, Argentina », Ameghiniana, vol. Tomo 49, no 4,‎ , p. 552–572 (ISSN 0002-7014)
  5. (en) Cruzado Caballero, P. et & Coria, R. A., « Revisiting the hadrosaurid diversity of the Allen Fm.: Re-evaluation of the taxonomic validity of Willinakaqe salitralensis (Ornithopoda, Hadrosauridae) from Salitral Moreno, Río Negro Province, Argentina », Ameghiniana, vol. 53, no 2,‎ , p. 231–237 (DOI 10.5710/AMGH.25.09.2015.2943, lire en ligne)
  6. (en) P. C. Sereno, A rationale for phylogenetic definitions, with application to the higher-level taxonomy of Dinosauria, vol. 210, , 41–83 p.
  7. (en) A Prieto-Márquez, « Global phylogeny of Hadrosauridae (Dinosauria: Ornithopoda) using parsimony and Bayesian methods », Zoological Journal of the Linnean Society, vol. 159, no 2,‎ , p. 435–502 (DOI 10.1111/j.1096-3642.2009.00617.x)
  8. (en) Godefroit, P.; Bolotsky, Y. L.; Lauters, P. (2012). Joger, Ulrich, ed. "A New Saurolophine Dinosaur from the Latest Cretaceous of Far Eastern Russia". PLoS ONE 7 (5): e36849. DOI:10.1371/journal.pone.0036849. PMC 3364265. PMID 22666331.
  9. (en) A. Prieto-Márquez et J.R. Wagner, « A new species of saurolophine hadrosaurid dinosaur from the Late Cretaceous of the Pacific coast of North America », Acta Palaeontologica Polonica, vol. 58, no 2,‎ , p. 255–268 (DOI 10.4202/app.2011.0049)
  10. (en) A. Prieto-Marquez, G.M. Erickson et J.A. Ebersole, « A primitive hadrosaurid from southeastern North America and the origin and early evolution of 'duck-billed' dinosaurs », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 36, no 2,‎ , e1054495 (DOI 10.1080/02724634.2015.1054495)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]