Bonanjo (Douala)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bonanjo
Bonanjo (Douala)
Palais des rois Bell
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Littoral
Département Wouri
Commune Douala I
Géographie
Coordonnées 4° 02′ 36″ nord, 9° 41′ 14″ est
Altitude 10 à 26 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Douala
Voir sur la carte administrative de Douala
City locator 14.svg
Bonanjo

Bonanjo est un quartier administratif et résidentiel de la commune d'arrondissement de Douala I, subdivision de la ville de Douala.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bonanjo est établi sur le plateau de Joss, il est délimité à l’ouest par les installations du Port autonome de Douala, à l’est par le boulevard de la Besseke qui le sépare des quartiers Akwa, Bali et Bonapriso; au nord par le port et au sud par l’Avenue du général de Gaulle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bonanjo est avec Akwa et Deido, l'un des trois villages originels de l'ethnnie douala établis sur la rive gauche de l'embouchure du Wouri. Son urbanisation débute pendant la période coloniale allemande, un plan d'urbanisme est établi en 1910 basé sur une séparation des quartiers indigènes et européens. Bonanjo et Joss sont réservés aux administrations, services publics et résidences européennes et des familles princières autochtones[1]. En 1910, l'expropriation par l'administration allemande de 280 ha du plateau de Joss pour construire un quartier résidentiel souleva l'indignation des populations douala.

Économie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne

Ce quartier constitue le centre administratif de la ville ainsi qu’une partie de son centre des affaires comprenant les sièges sociaux des principales banques et entreprises du pays, une agence de la banque centrale BEAC et les directions des administrations pour la région du Littoral. C’est l’un des seuls quartiers de la ville qui comprend un nombre important de constructions en hauteur[2].

Éducation[modifier | modifier le code]

Édifices, monuments et jardins[modifier | modifier le code]

Le quartier compte plusieurs bâtiments à l'architecture remarquable dont une dizaine datent de la colonisation allemande dès 1884[3], puis française à partir de 1914[4].

Culture[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lycée français Dominique Savio, La grande guerre du Cameroun, 2014
  2. Ndon-Lolog Wonyu, Douala: guide vert, ACAREP, Agence camerounaise des relations publiques, , 87 p.
  3. Africultures, Salon Urbain de Douala : Et Douala se métamorphosera, 2013
  4. Douala capitale économique : l'architecture, Lieux Dits, Lyon, , 56 p. (lire en ligne)