Bon voyage !

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bon voyage.

Bon voyage !

Réalisation James Neilson
Scénario Bill Walsh
Sociétés de production Walt Disney Productions
Pays d’origine États-Unis
Durée 130 min
Sortie 1962

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Bon voyage ! est un film de James Neilson produit par les studios Disney et sorti en 1962.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film met en scène la famille Willard dans un voyage en Europe. La famille traverse l'océan Atlantique à bord du SS United States.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations proviennent des sources concordantes suivantes : Leonard Maltin[1], John West[2] et IMDb[3]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source : Leonard Maltin[1], Dave Smith[4], John West[2] et IMDb[3]

Origine et production[modifier | modifier le code]

Le film Bon voyage ! devait être la troisième réalisation de David Swift pour le studio Disney après Pollyanna (1960) et La Fiancée de papa (1961)[5]. Mais le succès de ces deux précédents films a attiré l'intérêt des autres studios et Swift accepta un contrat ailleurs[5] chez Columbia Pictures. C'est Bill Walsh qui prend ensuite en charge la production[5]. Il est basé sur le roman de Marijane et Joseph Hayes[4].

Le film est une production sortie pour l'été 1962 dans le but de satisfaire le public familial et basée sur un scénario avec une famille américaine en voyage de croisière en France[6]. La famille Willard part de Manhattan en taxi pour l'Europe comme le montre le générique composé de cartes postales et de brochures[6]. Une fois arrivé à Paris, ils découvrent de nombreux lieux comme le système d'égouts[6]. Le film s’appuie sur des acteurs expérimentés tel que Fred MacMurray[6] mais aussi Tommy Kirk ce dernier étant sous contrat chez Disney depuis le téléfilm Les Frères Hardy (1957). Le film prévu par Swift devait être tourné en France et malgré son départ, le studio accepte de payer pour produire le film sur place[5]. Le seul élément confirmant la participation de Swift est la scène où Fred MacMurray se coince le doigt dans le trou d'une bouche d'égout[5].

Le film a été tourné en Europe[4]. En dehors des décors évidents dans Paris, le tournage a utilisé le Salon Kleber[NB 1], son décor baroque et ses jardins pour la demeure de la Contessa[5]. Le casino sur la côte d'Azur est le Palm Beach à Cannes, géré par le groupe Partouche, loué avec son personnel pour le tournage et dont les tables de jeu présentaient pas moins de 50 000 francs (environ 10 000 €[5]. Toutefois les égouts de Paris sont en réalité une reconstitution effectuée d'après plans et photos au sein des studios Disney de Burbank en Californie[5]. Les véritables égouts n'offraient pas les conditions d'éclairage et d'espace nécessaire à un tournage[5]. L'égout recréé en studio après trois semaines de travail faisait 450 pieds (137,16 m) de long et était constitué de papier, de plastique, de treillis métallique de plâtre et de sciure le tout peint en gris[5].

Le paquebot SS United States, visible dans le film, a été utilisé durant cinq jours durant une traversée vers l'Europe[5]. Il est amarré depuis 1996 dans le Pier 84 de Philadelphie[7]. La première musique proposée par les frères Sherman pour le film était une valse romantique mais Walt Disney voulait quelque chose de plus entraînant, la chanson finalement utilisée[8]. Le studio a accepté que les frères Sherman rachètent leur première composition en vue d'une autre production mais n'a jamais été réutilisée[8].

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Le film récolte 5 millions d'USD lors de sa sortie initiale[6]. Bosley Crowther du New York Times écrit que tous les clichés les plus évident du comportement des touristes américains à l'étranger ont été creusés par les scénaristes pour entrer dans cette comédie sur l'odyssée d'une famille en vacance[6]. Crowther précise que le film possède un rythme d'escargot[6].

Fidèle à leur politique de l'époque, les studios Disney sortirent également en même temps une adaptation en bande dessinée, édité par Dell Comics[9], publié en juillet 1962 avec des dessins de John Ushler[10]. Le film a été sélectionné pour les oscars du meilleur costume pour Bill Thomas et du meilleur son pour Robert O. Cook[4].

Le film a été diffusé dans l'émission The Wonderful World of Disney en trois parties les 11, 18 et 25 janvier 1970 sur NBC dans une version écourtée[11]. Le film est sorti en vidéo en 1987[4].

Analyse[modifier | modifier le code]

Pour Leonard Maltin, le scénario de Bon voyage !, une famille américaine typique effectuant leur première croisière est une bonne idée pour un film Disney mais l'adaptation cinématographique fait disparaître les possibilités[1]. Il ajoute que le film est très long et surchargé, comprend des scènes répétitives non nécessaire principalement autour de la romance entre Deborah Walley et Michael Callan que le spectateur peut en être lassé[6]. Avec cette tentative de film pour la famille, le studio Disney rate son jeune public avec un scénario inapproprié[6]. Le problème est que le scénario est trop centré sur les parents et les jeunes spectateurs américains ayant vus le film durant l'été 1962 n'ont pas du resté concentré ne se retrouvant pas dans les scènes[6]. Dave Smith note que le film a soulevé certaines critiques à cause de la présence d'une prostitué qui drague Harry et le jeune Elliott[4]. Pour John West, hormis quelques scènes rigolotes, le reste du film n'est pas regardable[5]. Le jeu des acteurs leur donne l'air d'être de bois et le scénario est incohérent au point que chaque rôle semble mal attribué[5]. West considère que le scénario du film révèle quelque point intéressant de la vision Disney de la vie moderne[5].

Steven Watts précise que Bon voyage ! fait partie des nombreux films scénarisés par Bill Walsh, auteur de nombreux films Disney ayant eu un succès commercial et populaire dans les années 1960 comme Quelle vie de chien ! (1959), Monte là-d'ssus (1961), Après lui, le déluge (1963), Mary Poppins (1964), L'Espion aux pattes de velours (1965) et Lieutenant Robinson Crusoé (1966)[12]. Watts ajoute que Bon voyage ! est l'une des nombreuses comédies à budget modéré attirant le public avec de l'humour et souvent les mêmes acteurs produites après le succès de Quelle vie de chien ! (1957)[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. La description semble désigner le pavillon Kléber, un espace situé Rue Cimarosa devenu un centre de congrès et de réception géré par Potel et Chabot.
Références
  1. a, b et c (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 198.
  2. a et b (en) John G. West, The Disney Live-Action Productions, p. 101.
  3. a, b et c (en) Bon voyage ! sur l’Internet Movie Database
  4. a, b, c, d, e et f (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 70
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) John G. West, The Disney Live-Action Productions, p. 102.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 199.
  7. Olivier Le Goff, Les Plus Beaux Paquebots du Monde, Solar,‎ 1998, 143 p. (ISBN 9782263027994), p. 108
  8. a et b (en) John G. West, The Disney Live-Action Productions, p. 103.
  9. Bon Voyage (Dell comic book) - 1 issues
  10. (en) Base I.N.D.U.C.K.S : W 01068 A-02 Bon Voyage
  11. (en) The Wonderful World of Disney - Episode List - Season 16 sur l’Internet Movie Database
  12. (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 380
  13. (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 406

Lien externe[modifier | modifier le code]