Bon chic bon genre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BCBG.

Bon chic bon genre (abrégé en BCBG)[1], est une expression française qui désigne une personne aux styles comportemental et vestimentaire liés à des valeurs partagées par des groupes sociaux centrés en partie autour de la bourgeoisie française.

Description[modifier | modifier le code]

Cette expression regroupe principalement un style de vie basé sur des valeurs propres, un raffinement extérieur, un comportement dans de nombreux domaines de la vie quotidienne et un bon goût subjectif, et qui transcendent les différences de fortunes et religieuses (on y trouve notamment des catholiques traditionalistes, par goût d'un certain élitisme plutôt que par conviction anti-conciliaire).

Sur le plan comportemental les valeurs s'articule autour du fait religieux catholique (l'école privée, le mariage à l'église, la messe, ...), d'une éducation traditionnelle et d'une sociabilité ciblée (entre-soi, rallye dansant, cercles, associations, réseaux, ...)[2].

Sur le plan vestimentaire, on retrouve de façon caractéristique : les tissus Liberty, le carré Hermès, le collier de perles (on parle du style Collier de perles-carré Hermes, CPCH[2]), etc. Cette volonté de se distinguer socialement du reste de la population fait qu'un certain nombre de fabricants de vêtements et accessoires ciblent exclusivement cette clientèle: Jacadi, Cyrillus, Acanthe, ...

Parmi les prénoms se retrouve un certain classicisme (prénoms issus de la culture catholique, prénoms anciens, ... d'autres sont composés comme Marie-Chantal (comme dans le sketch des Inconnus, Auteuil Neuilly Passy, tel est mon ghetto)[3], aidant ses représentants à se reconnaître[4].

Façon d'être et de s'habiller permet ainsi de se différencier des autres groupes sociaux et de revendiquer un côté prestigieux et élitiste[5].

Étant naturellement endogames, ces personnes peuvent se retrouver dans des annuaires tels que le Bottin mondain[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gabriel G. Adeleye, World Dictionary of Foreign Expressions : A Resource for Readers and Writers, Bolchazy-Carducci Publishers, (ISBN 0-86516-422-3), p. 45 et 50.
  2. a et b Delphine Peras, « Les BCBG font de la résistance ! », L'Express, 11 mai 2009.
  3. [PDF] Auteuil Neuilly Passy, Les Inconnus, Des clips pour apprendre n°12 : Ils chantent la France, sur le site leplaisirdapprendre.com (consulté le 23 janvier 2016)).
  4. Stéphanie Rapoport, « Prénoms BCBG, prénoms ploucs… : quand votre signature révèle vos origines sociales », Atlantico, 14 mai 2014.
  5. « Une sélection de prénoms vraiment BCBG », famili.fr.
  6. Cyril Grange, Les gens du Bottin Mondain 1903-1987. Y être, c'est en être, Paris, Fayard, 1996 (ISBN 2213596301) Document utilisé pour la rédaction de l’article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]