Bombe gay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La bombe gay est le nom informel d'une arme chimique non létale que l'armée de l'air des États-Unis aurait envisagée de réaliser.

En 1994, le Wright Laboratory, dans l'Ohio, a publié des propositions d'armes chimiques non létales dans un document dont Sunshine Project a par la suite obtenu la communication au titre de la loi de liberté d'accès à l'information (Freedom of Information Act).

Dans une phrase de ce document, il était suggéré qu'un puissant aphrodisiaque pourrait être répandu sur les troupes adverses, afin de provoquer un « comportement homosexuel ». Cette arme aphrodisiaque était décrite comme « désagréable mais complètement non létale ». Dans la section « nouvelles découvertes nécessaires », le document reconnaît qu'il n'existe actuellement aucune substance chimique qui provoque de tels effets.

La bombe gay a été récompensée par le prix Ig Nobel de la paix en 2007[1],[2],[3],[4],[5].

La bombe gay rappelle par certains côtés le procédé HELEN décrit par René Barjavel dans son roman La Tempête.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1].
  2. (en) « Military wins Ig Nobel peace prize for 'gay bomb' », sur New Scientist (consulté le ).
  3. « Les Ig Nobel 2007, de la bombe gay aux secrets de la bouse de vache », sur Futura (consulté le ).
  4. Yaroslav Pigenet, « La bombe gay, le Viagra et les bouses de vache récompensés », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/7026150.stm.

Liens externes[modifier | modifier le code]