Cliquez ici pour écouter  la version audio de cet article.

Bombay (chat)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bombay (homonymie).
Bombay
{{#if:
Une femelle bombay.
Une femelle bombay.

Région d’origine
Région Drapeau des États-Unis États-Unis
Caractéristiques
Silhouette Cobby.
Taille Moyenne.
Poil Court, fin, bien couché sur le corps et satiné.
Robe Noir de jais.
Tête Arrondie, front bombé, stop marqué.
Yeux Grands, espacés et ronds. De couleur jaune à cuivre.
Oreilles Espacées, inclinées vers l'avant, de taille moyenne.
Queue Longueur moyenne, se rétrécit sur un bout arrondi
Standards

Le bombay est une race de chats originaire des États-Unis. Créée dans les années 1960 dans le but d'obtenir une panthère noire miniature, la race est issue de croisements entre american shorthair noirs et burmeses sable. Le bombay est reconnu par les deux registres d'élevage américains les plus renommés, la CFA et la TICA, dans les années 1970. Aux États-Unis et en Europe, la race est de popularité moyenne à faible.

Le bombay est caractérisé par sa robe à poils courts uniformément noire. Le corps, de type cobby, est musclé et compact. Le visage se caractérise par un museau court et renflé avec un stop bien marqué, des oreilles bien espacées. Les yeux, grands, ronds et espacés l'un de l'autre, sont de couleur or à cuivre.

L'entretien du bombay se borne à un brossage et un lustrage régulier de sa fourrure. En France, l'élevage se maintient entre 2003 et 2015 à une cinquantaine de naissances par an.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette race est créée par Nikki Horner de Louisville, dans le Kentucky (États-Unis) pour ressembler à une panthère noire miniature[1]. Propriétaire de la chatterie Shawnee Cattery depuis 1945, elle y élève des burmeses et des american shorthair[2].

En 1958, elle croise un american shorthair noir avec un burmese[Note 1] sable[Note 2], dans le but d'obtenir un chat noir ayant la morphologie du burmese[3]. Les premiers résultats de ses croisements sont décevants, puisque les chatons ont gardé la morphologie de l'american shorthair[1].

Dans les années 1960, Nikki Horner obtint des chats à l'apparence souhaitée[3], en croisant notamment un grand champion burmese avec un american shorthair noir[1]. Parmi les différents noms ayant circulé pour décrire la race, le bombay a été nommé « Black Burmese », « mini-panther » et « The patent-leather kid with the new-penny eyes », ce qui peut se traduire par « l'enfant de cuir verni avec des yeux en nouveaux penny »[4]. Le nom de « bombay » est choisi en référence à la ville de Bombay et à la panthère noire que l'éleveuse pense y trouver[2].

Entre 1966 et 1972, après 27 portées totalisant plus d’une centaine de chatons, Nikki Horner est satisfaite du bombay[5]. L'apparence du bombay a été légèrement modifiée, notamment pour la forme de la tête, qui s'est éloignée de celle du burmese américain[3].

Aux États-Unis, la CFA reconnaît la race en 1976[3], puis la TICA dès sa création en 1979[1]. La race est rare, même aux États-Unis[3] : selon les statistiques de la CFA, le bombay est la 35e race la plus populaire en 2014 sur 43 races[6]. En Europe, les premiers élevages de qualité selon Christiane Sacase sont des élevages suisses[1]. En France, avec une moyenne de cinquante bombays enregistrés chaque année, la race est la 32e race la plus populaire en France sur un total de 55 races en 2015[7].

En Europe, le bombay n'est reconnu ni par la Fédération internationale féline[8], ni par le Governing Council of the Cat Fancy[9].

Standards[modifier | modifier le code]

En dehors de la couleur de la robe et des yeux, le standard du bombay est identique avec celui du burmese américain pour le LOOF et la TICA[10],[11].

Corps[modifier | modifier le code]

Un bombay couché et un assis.
Le bombay est reconnaissable à son corps compact, de type bréviligne (cobby).

Le bombay est un chat de taille moyenne avec un corps compact de type cobby, une forte musculature et une ossature puissante. Lorsqu'on le porte, on peut être étonné de son poids par rapport à sa taille. Pour le LOOF et la TICA, sa morphologie ne doit en aucun cas rappeler l'exotic shorthair, qui est un défaut éliminatoire en exposition[10],[11].

L'encolure est bien développée, la cage thoracique ouverte. Les hanches et les épaules sont arrondies. La longueur des pattes est proportionnée avec le corps et les pieds de taille moyenne et arrondis. La queue est d'une longueur moyenne se terminant par un bout arrondi : elle ne doit jamais être portée en fouet comme chez l'oriental[10],[12],[13],[11],[14],[15].

Tête[modifier | modifier le code]

La tête est de taille moyenne et de forme arrondie. De profil, on peut observer un front bombé et le stop du nez modérément marqué. Le front plat donne des pénalités en exposition. On ne doit pas pouvoir observer de faces planes. Le nez est légèrement busqué et renflé, le stop ne doit pas être trop prononcé, former comme une cassure, et gêner la respiration. Le museau, de forme ronde, est court et large avec un menton ferme, également rond et sans prognathisme ou protubérance. Les yeux sont ronds, grands et bien espacés. Ils sont de couleur cuivre à doré, le cuivre étant préféré par le LOOF[10], les autres fédérations insistant sur l'intensité de la couleur qui doit être profonde. Les yeux verts ou protubérants sont éliminatoires en exposition. Les oreilles sont d'une taille moyenne, bien espacées sur la tête et inclinées vers l'avant avec un bout arrondi et une base large. L'absence de poils entre la paupière supérieure et l’intérieur de l’oreille est tolérée[10],[12],[13],[11],[14],[15].

Robe[modifier | modifier le code]

Seul représentant à robe unie du groupe des asians, le bombay a une fourrure courte, extrêmement fine et brillante et d'aspect satiné. Le noir de jais, uniforme sur tout le corps et la longueur du poil, est la seule couleur autorisée. Chez le chaton, il est toléré de légères variations de couleur. Une texture de poil grossière entraîne des pénalités en exposition tandis que la présence de taches blanches est un défaut éliminatoire[10],[12],[13],[11],[14],[15].

Mariages autorisés[modifier | modifier le code]

Seuls les mariages avec les burmeses américains de couleur noir sépia sont autorisés par le LOOF[10]. La Cat Fanciers' Association et l'Australian Cat Federation autorisent également les mariages avec les american shorthair noirs[12],[13]. La TICA interdit tous les croisements extérieurs[11].

Caractère[modifier | modifier le code]

Bombay couché sur un arbre à chats
Bombay sur un arbre à chat.

Les traits de caractère ne sont pas décrits dans les standards et constituent des tempéraments généralement observés chez la race[16].

Selon Bruce Fogle, le bombay est un chat très sociable qui recherchera le contact humain pour se réchauffer. Sa voix serait agréable[3]. Selon Christiane Sacase, le bombay est un chat casanier, sociable, très joueur et agile et moins bavard que le burmese. Il aimerait les enfants et les chiens, et saurait rapporter des objets et se promener en laisse[1]. Desmond Morris relève plusieurs termes récurrents pour décrire le bombay : confiant, gentil, bavard avec une voix douce, intelligent, sensible, actif, joueur, amical et patient[17].

Élevage[modifier | modifier le code]

Liens avec d'autres races[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni, « bombay » désigne les asians noirs à poil court[3],[18]. De nombreuses autres races sont comparées à des panthères miniatures : le bengal ou le serengeti par exemple[3]. Le bombay a été utilisé en croisement pour former le bengal[19].

Association d'élevage[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, deux associations sont relevées : The Bombay Connection et l'International Bombay Society[17]. En France, il existe deux associations d'éleveurs de burmeses américains et de bombay : l’Association des Amoureux des Bombays et des Burmèses et le Bombay Burmese Club de France[5].

Entretien[modifier | modifier le code]

Le bombay nécessite un brossage régulier en période de mue. Un lustrage hebdomadaire de sa fourrure au gant de toilette permet de la garder brillante[1]. Selon le LOOF, la couleur du bombay ne risque pas de roussir au soleil, comme les autres chats à robe noire[5].

Reproduction[modifier | modifier le code]

En France, les statistiques sont gérées par le LOOF. Les standards du bombay et du burmese américain étant liés, en-dehors du nombre d'enregistrements, les statistiques sont publiées en commun, sans possibilité de séparer les deux races. Entre 2003 et 2015, la taille des portées du bombay et du burmese américain est en moyenne de 3,06 chatons avec un taux de consanguinité de 9,69 % par chaton. Quatre étalons et onze femelles contribuent à plus de la moitié des naissances. 19 éleveurs ont enregistré une portée entre 2014 et 2015[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. A l'époque de la création du bombay, la morphologie du burmese était encore homogène des deux côtés de l'Atlantique. La race est désormais scindée en deux : le burmese américain et le burmese anglais.
  2. La couleur sable, désigne un chat génétiquement noir et sépia. Chez le burmese, le terme zibeline est également utilisé pour désigner le même type de robe.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Christiane Sacase, Les Chats, Solar, coll. « Guide vert », , 256 p. (ISBN 2-263-00073-9), « Bombay» (fr)
  2. a et b Horner 1991
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Bruce Fogle (trad. Sophie Léger), Les chats [« Cats »], Paris, Gründ, coll. « Le spécialiste », , 320 p. (ISBN 2-7000-1637-8 et 978-2-7000-1637-6, OCLC 421647202, notice BnF no FRBNF41113829), « Les asiatiques », p. 140-141, p. 136
  4. Morris 1996, p. 137
  5. a, b et c « BOMBAY ET BURMESE AMERICAIN », sur http://www.loof.asso.fr/, Livre officiel des origines félines (consulté le 14 février 2016)
  6. (en) « The Cat Fanciers’ Association Announces Most Popular Breeds for 2014 », sur http://cfa.org, Cat Fanciers' Association,‎ (consulté le 14 février 2016)
  7. « Tableau des pedigrees par race et par année », sur http://www.loof.asso.fr/, Livre officiel des origines félines,‎ (consulté le 14 février 2016)
  8. (en) « Breed standards », sur http://fifeweb.org, Fédération internationale féline (consulté le 14 février 2016)
  9. (en) « Choosing a Breed », sur http://www.gccfcats.org/, GCCF (consulté le 14 février 2016)
  10. a, b, c, d, e, f et g « Standard du bombay et du burmese américain », sur http://www.loof.asso.fr/, Livre officiel des origines félines,‎ (consulté le 13 février 2016)
  11. a, b, c, d, e et f (en) « Bombay », sur http://tica.org/, The International Cat Association,‎ (consulté le 13 février 2016)
  12. a, b, c et d (en) « Bombay », sur http://cfa.org, Cat Fanciers' Association,‎ (consulté le 13 février 2016)
  13. a, b, c et d (en) « Bombay (BOM) », sur http://www.acf.asn.au/, Australian Cat Federation,‎ (consulté le 13 février 2016)
  14. a, b et c « Standard de la WCF – Standards de races - Bombay », sur http://www.wcf-online.de/, World Cat Federation,‎ (consulté le 13 février 2016)
  15. a, b et c (en) « Bombay », sur http://www.acfacat.com/, American Cat Fanciers Association,‎ (consulté le 13 février 2016)
  16. Bernard-Marie Paragon et Jean-Pierre Vaissaire, Encyclopédie du chat, Sang de la Terre, , 128 p. (ISBN 978-2747600583).
  17. a et b Morris 1996, p. 138
  18. (en) « Asian », sur http://www.gccfcats.org/, GCCF (consulté le 14 février 2016)
  19. Morris 1996, p. 165
  20. « Statistiques LOOF - BOMBAY BURMESE AMERICAIN - Statistiques sur les naissances », sur http://www.loof.asso.fr/, Livre officiel des origines félines,‎ (consulté le 14 février 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Écouter cet article (info sur le fichier)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Article principal : chat.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 8 mars 2016 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.