Bombardement du Havre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Bombardements du Havre)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Havre durant l'hiver 1944-1945

Les bombardements du Havre sont des bombardements aériens menés par les Alliés sur Le Havre en France pendant la Seconde Guerre mondiale, qui eurent lieu entre le 5 et le 11 septembre 1944[1]. Ces bombardements massifs ont fait du Havre la grande ville la plus détruite de France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 3 septembre 1944, le lieutenant-général John Crocker, commandant du 1er corps d'armée britannique, qui venait de boucler la ville, propose au colonel Eberhard Wildermuth, commandant allemand de la garnison nouvellement assiégée, de se rendre, faute de quoi ses troupes subiraient un bombardement massif. Le refus de Wildermuth est assorti d'une demande que soit évacuée la population civile, ce que Crocker refuse à son tour. Les bombardements de la Royal Air Force commencent en début de soirée le 5 septembre, et se poursuivront les 6, 8, 10 et 11. Si les attaques du 5 et 6 représentent une tentative infructueuse de provoquer la reddition allemande, celles qui suivent préparent l'assaut terrestre, lancé le soir du 10 septembre et réussi en moins de 48 heures. Le 12 septembre, les troupes anglo-canadiennes entrent au Havre. L'accueil de la population est glacial. Rien à voir avec les scènes de liesse, immortalisées dans le reste de la France. La presse surnomme ces troupes les « libératueurs ».

Bilan de l'assaut : 1 800 tonnes de bombes et 30 000 engins incendiaires s'abattent sur la ville, et notamment sur les quartiers résidentiels. 2 053 civils morts ou disparus et quelque 80 000 sinistrés (dont une partie évacuée hors de la ville bien avant les bombardements). Le nombre d'Allemands tués, peu nombreux, reste inconnu, mais plus de 11 000 sont faits prisonniers, dont Wildermuth, blessé à la cuisse[2].

Le raid du 5 septembre 1944 sur le centre du Havre, et dans une moindre mesure celui du 6, sont censés, selon Crocker, semer la peur et la confusion au sein de la garnison allemande plutôt que de détruire la ville. Ils ont surtout accompli l'inverse. Pour Jean-Baptiste Gastinne, historien et adjoint au maire du Havre : « Le bombardement des quartiers centraux pendant les deux premiers jours est incompréhensible, d'autant que les Alliés avaient toutes les informations à leur disposition ». La forte garnison allemande de 12 000 hommes stationnait en effet sur les hauteurs de la ville, tandis que l'état-major était logé dans des villas cossues de « la côte »[1],[3]. « Sans doute les Britanniques ont voulu aller vite pour reprendre la ville » ajoute l'historien.

L'empressement de Crocker de prendre la ville s'explique par l'enjeu stratégique que représentait le port du Havre pour les Alliés à un moment où l'ennemi était en pleine déroute et la possibilité d'une victoire rapide se profilait. Cela dit, les bombardements successifs durant toute la guerre, et surtout la destruction systématique commencée par la garnison allemande fin août et poursuivie jusqu'à la prise de la ville par les Britanniques, avaient rendus les installations portuaires inutilisables. Il a fallu un effort colossal des Américains, arrivés au Havre à partir du 19 septembre, pour les remettre en service. A partir de ce moment-là et jusqu'à la fin de la guerre, 1 million de soldats, et plus de 1,1 million de tonnes d'approvisionnements destinées aux armées alliées transitent par Le Havre ; 1,2 million de soldats rembarquent avant novembre 1946[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Julien Licourt, « 70 ans après, Le Havre s'interroge toujours sur sa destruction », sur Le Figaro (consulté le 24 novembre 2015)
  2. Andrew Knapp, « "Nous vous attendions dans la joie, nous vous accueillons dans le deuil": la libération dans la mémoire des Havrais », in Michèle Battesti et Patrick Facon (eds.), Les Bombardements Alliés sur la France durant la Seconde Guerre Mondiale : Stratégies, Bilans Matériaux et Humains (Paris: Ministère de la Défense (Cahiers du Centre d’Études d’Histoire de la Défense, no. 37), 2009), p. 77-101 ; Andrew Knapp, « Des bombardements sur les champs de bataille normands : du débarquement au siège du Havre », dans John Barzman, Corinne Bouillot et Andrew Knapp (dir.) : Bombardements 1944 : Le Havre, Normandie, France, Europe (Rouen: Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016), p. 137-188.
  3. Andrew Knapp, « Des bombardements alliés sur la France en général et Le Havre en particulier (1940-1944) », Cahiers Havrais de Recherche Historique D69, décembre 2011, p. 121-153.
  4. Andrew Knapp et Sylvie Barot, « Du "16th port"" aux "camps cigarette"". Une présence massive de l’armée américaine au Havre (1944-1946) », dans John Barzman, Corinne Bouillot et Andrew Knapp (dir.) : Bombardements 1944: Le Havre, Normandie, France, Europe (Rouen: Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016), p. 283-305.