Bombardement de Lisieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bombardements de Lisieux
Date Du au
Lieu Lisieux, France
Victimes Civiles de Lisieux
Type Bombardement aérien
Morts 800 estimés
Auteurs Drapeau des États-Unis États-Unis (USAAF),
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (RAF)
Guerre Seconde Guerre mondiale
Coordonnées 49° 08′ 44″ nord, 0° 13′ 32″ est
Géolocalisation sur la carte : Calvados
(Voir situation sur carte : Calvados)
Bombardement de Lisieux
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Bombardement de Lisieux

Les bombardements de Lisieux sont des bombardements aériens stratégiques menés par les Alliés sur Lisieux en France pendant la Seconde Guerre mondiale, qui eurent lieu du au , détruisant environ 75 % de la ville[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

La prise de Lisieux était un enjeu stratégique pour les Alliés après le débarquement de Normandie, car la ville était un nœud ferroviaire et routier important, permettant à la fois de rejoindre Caen, Deauville, Le Havre, Paris et Alençon. Cependant, Lisieux ne fut libéré que le par les troupes britanniques.

Les opérations du bombardement[modifier | modifier le code]

Le premier bombardement de Lisieux à lieu le à 20 h 30. Il touche l'est de la ville : la gare, l'hôpital, les écoles Jules Ferry et Michelet, le boulevard Nicolas-Oresme, la rue d'Orival, le boulevard Herbet-Fournet. Il y a 33 morts et des dizaines de blessés.

Le deuxième bombardement à lieu dans la nuit du au , entre h 20 et h 50. C'est le plus meurtrier des bombardements de Lisieux. C'est l'ouest de la ville qui est visé. Une partie du centre-ville est détruite, ainsi que les quartiers ouest de la ville et l'est de Saint-Désir. Il y a des centaines de morts et de blessés.

Le troisième bombardement à lieu à 14 heures, le . C'est le centre-ville qui est de nouveau visé. Les nombreuses maisons à pans de bois qui font la réputation de Lisieux prennent feu.

De nombreux autres bombardements légers ont lieu jusqu'à la libération de Lisieux, le [2],[3].

Bilan humain[modifier | modifier le code]

Entrée des troupes alliées en août 1944 dans Lisieux en ruines.

Les bombardements de Lisieux font plus de 800 victimes, soit environ 5 % de la population de l'époque, qui était d'environ 16 000 habitants, 150 disparus et 3 000 sinistrés. Paul Cornu est une des personnalités au nombre des victimes. Vingt religieuses perdent la vie lors des bombardements du monastère bénédictin de Lisieux[3].

Dégâts[modifier | modifier le code]

Environ 75 % des bâtiments de la ville sont directement détruits par les bombardements, ou sont tellement endommagés qu'ils sont rasés après-guerre.

Avant 1944, Lisieux était surnommée la « capitale du bois sculpté », car ses rues étroites étaient bordées de maisons médiévales à pans de bois sculptés en encorbellement et aux façades ouvragées, abritant des commerces centenaires[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bâtiments endommagés[modifier | modifier le code]

Des bâtiments endommagés par les bombardements, sont jugés réparables et sont restaurés après la fin du conflit.

L'église Saint-Jacques[modifier | modifier le code]

Bâtiments détruits[modifier | modifier le code]

Maisons à colombages de la place de la Halle-au-Beurre.

Des bâtiments sont directement détruits par les bombardements, ou sont tellement endommagés qu'ils sont jugés irréparables et sont rasés après-guerre.

Maison du 40 rue de la Paix[modifier | modifier le code]

Manoir de la Salamandre[modifier | modifier le code]

Photo du « manoir de la Salamandre » ou « maison de François Ier » à Lisieux.

Le « manoir de la Salamandre » ou « maison de François Ier », maison médiévale, situé au 19 rue aux Fèves, qui abritait le musée du vieux-Lisieux.

L'église Saint-Désir[modifier | modifier le code]

L'église de style classique est bâtie en . Elle est située rue de Caen, qui devient avenue du 6 Juin après la fin de la seconde guerre mondiale. La nouvelle église est construite sous la direction de Robert Camelot de à .

La halle au beurre[modifier | modifier le code]

Carte postale de la halle au beurre à Lisieux.

Le marché au beurre était hebdomadaire à Lisieux. La halle au beurre était située à côté de l'église Saint-Jacques, à l'angle de la rue Saint-Jacques et de la rue au Char, sur l'ancien cimetière Saint-Jacques, l'actuelle place Boudin-Desvergées. Sa structure est métallique et sa façade est en verre et briques émaillées[5]. Trop endommagée pour être reconstruite, ses ruines sont rasées.

Le collège Marcel Gambier[modifier | modifier le code]

Il ne subsiste du collège que le portail d'entrée, situé au 32 rue Paul Banaston, face à la rue Labbey. L'établissement scolaire rouvre dans de nouveaux bâtiments plus étendus.

La sous-préfecture[modifier | modifier le code]

Carte postale de la sous-préfecture de Lisieux.

La sous-préfecture était située sur un îlot au milieu de la Touques. Trop endommagée pour être reconstruite, ses ruines sont rasées. La sous-préfecture est installée dans le bâtiment actuel, au 24 boulevard Carnot, à l'angle de la rue du général Leclerc, ancien hôtel particulier construit au début du XIXe siècle par la famille Cordier.

Abbaye bénédictine Notre Dame du Pré[modifier | modifier le code]

Elle se situe près de l'église Saint-Désir. Thérèse Martin y fut élève de à et fit sa première communion, dans la chapelle de l'Abbaye, le . La nouvelle abbaye est construite sous la direction de Robert Camelot de à . Les moniales quittent définitivement les lieux pour l'abbaye de Valmont en .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Claude Valla, La France sous les bombes américaines 1942-1945, Paris, Librairie nationale, .
  2. « Article du Pays d'Auge portant sur les bombardements de Lisieux. », sur actu.fr.
  3. a et b « Site sur les bombardements de Lisieux », sur http://philippe.petges.pagesperso-orange.fr.
  4. « Quand la Grande-Rue sublimait les pans de bois » Article publié le 22 mars 2014 dans Ouest-France
  5. « Quand Lisieux faisait son bon beurre normand » Article publié le 8 février 2014 dans Ouest-France

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

« Les ruines de l'espoir » diffusé sur Lisieux TV.

Liens externes[modifier | modifier le code]