Boletus badius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bolet bai

Imleria badia, autrefois Boletus badius, en français le Bolet bai, est une espèce de champignons (Fungi) basidiomycètes comestibles de la famille des Boletaceae. Il contient de la théanine.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Nom binomial accepté[modifier | modifier le code]

Imleria badia (Fr.) Vizzini (2014)

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Xerocomus badius (Fr.: Fr.) E.-J. Gilbert
  • Suillus badius (Fr.) Kuntze 1898
  • Boletus badius (Fr.) Fr. 1832

Description du sporophore[modifier | modifier le code]

Le chapeau, hémisphérique à l'état jeune puis s'aplatissant avec l'âge, est d'un beau bai-brun, velouté par temps sec et viscidule par temps humide. Il devient progressivement pulviné et à l'état vieux la marge peut se récurver et lui donner un aspect étalé.

La chair est blanc-jaunâtre, très ferme puis mollissant avec l'âge. Découpée elle prend un aspect gris.

Les pores très serrés sont jaune pâle, jaune verdâtre, bleuissant puis noircissant au toucher.

Le pied relativement grêle est allongé et a l'aspect de vieux bois jaune brunâtre.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Habitat[modifier | modifier le code]

On trouve le bolet bai sous bois de feuillus ou de résineux, parfois en zones défrichées sous fougères ou proches de souches arrachées[Quoi ?]. Hémisphère Nord.

Confusions[modifier | modifier le code]

Bolet subtomenteux[pourquoi ?]

Comestibilité[modifier | modifier le code]

C'est un très bon comestible jeune, mais plus petit que le cèpe de Bordeaux. Il est considéré par certains récoltants comme l'équivalent aux cèpes, son parfum étant fort proche, mais reste relativement dédaigné.

Ce champignon peut accumuler les polluants (tels que les métaux lourds). Entre autres, la Société Mycologique Vaudoise le cite en tête de liste des espèces à risque après l'accident de Tchernobyl[1]. Il a, en particulier, une forte capacité de concentration du césium 137[2].

C'est avec le thé la seule source connue de la théanine, un acide aminé au goût umami[3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Société Mycologique Vaudoise, « Tchernobyl : 15 ans après... », sur www.myco-vaud.ch,‎
  2. CRIIRAD, « Radioactivité, contamination des champignons », sur www.criirad.org,‎
  3. (en) [PDF] KH Ekborg-Ott, A Taylor and DW Armstrong (1997) Varietal Differences in the Total and Enantiomeric Composition of Theanine in Tea. J. Agric. Food Chem. 1997, 45, 353-363

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :